Peut-on définir l’innovation? un contre-exemple par l’image

LireLire

Voici un article publié sur mon blog Anglais il y a quelques semaines et que je ne voudrais pas que vous ratiez. Je vous le soumets dans le texte original. Si j’ai le courage, je le traduirai un jour en Français …

image of a digital drawing board courtesy of Promothean FranceIn the following video presentation, you will discover the so-called MIT digital drawing board complete with geometrical recognition and simulation of movements. Everybody on the Internet or so seems to have seen this video, and a lot of bloggers have liked it and commented on it. Taken at face value, I must admit that this video is quite impressive and I even started to imagine what this could do to the world of design and Marketing. I suspected that there would still be a fair amount of development to do if one wanted to design a fully-fledged vehicle for instance with a tool like this, but if it existed, it sounded pretty clear to me that this kind of intelligent recognition technology is offering a lot of new possibilities to designers and engineers alike. Marketeers could have also been interested in order to test new ideas in front of potential clients. But is this video so impressive and besides, what did it have to do with the MIT altogether?

Lire la suite

Peut-on définir l’innovation? un contre-exemple par l’image was last modified: février 21st, 2007 by Yann Gourvennec

Des risques liés à la démocratie participative et leur lien avec l’innovation

Tony BlairSi on croit comme moi – avec fermeté – que le Marketing baigne dans sa société et que le phénomène participatif est un signe des temps dont nous devons tenir compte, les déboires de la démocratie participative sont aussi riches d’enseignements, et nous ne pouvons feindre de de ne pas entendre ce qui se passe chez nos amis britanniques. Les soucis participatifs de Tony Blair sur son site sont relatés par les Echos dans un article publié mardi 20 février et miraculeusement encore disponible ce 21 février (dépêchez-vous, ça ne durera pas !). Le premier ministre a permis aux sujets britanniques de créer des pétitions sur Internet. Une liberté saisie immédiatement et en masse (le serveur a même ployé sous la charge) pour s’exprimer spontanément mais aussi pour créer des pétitions farfelues [y compris une qui propose de nous rendre les jeux Olympiques afin d’éviter l’embarras d’un fiasco économique et d’une course à la construction à la Grande Bretagne (scrap the Olympics petition)] ou pour y fustiger le nouveau projet de loi destiné à faire payer les automobilistes au km parcouru. Ce dernier projet a soulevé l’ire d’un grand nombre de citoyens de Grande Bretagne (voir no tolls, 7349 signataires). Mais il y a mieux car la pétition demandant la suppression des radars de contrôle de vitesse a remporté le ponpon des pétitions avec le score de 12481 (et encore 4 mois pour la signer). Car voilà le travers de la démocratie participative, c’est le danger de gouverner par l’opinion qui, loin s’en faut, n’est pas toujours raisonnable. Les mesures impopulaires dans une telle démocratie sont donc vouées aux gémonies, et on risque fort de se retrouver face à des suggestions ‘participatives’ connues d’avance – pour peu qu’on ait déjà lancé une phase d’écoute active directe. D’une certaine manière, démocratie participative peut vite rimer – si on n’y prend garde – avec démagogie1 c’est à dire à troquer l’écoute pour la compassion, ce qui revient à juger la plainte ou la revendication comme un élément central de la gouvernance et non le bon sens, le sens commun et l’intérêt général. On excluera aussi l’originalité et l’inventivité qui risquera d’être mise au rancart au profit de la résolution immédiate des problèmes (non hierarchisés, pris dans l’émotion et non replacés dans leur contexte).

Ne nous méprenons pas, je ne prône pas l’absence d’écoute, bien au contraire. Mais trop d’écoute passive peut aussi se transfomer en absence d’écoute. C’est ce que semble indiquer l’éditeur de Silicon dans son éditorial : « Les e-petitions sont-elles bonnes pour la démocratie ? Bien-sûr mais elles ont bien peu de chance d’infléchir la politique du gouvernement« .

Pour en revenir à l’innovation, voici un phénomène que j’ai déjà rencontré sur le terrain. La phase d’écoute, qu’on pourrait qualifier de ‘démocratique’ d’ailleurs sans trop prendre de risque, est indispensable dans un processus de création. Certes, il faut écouter pour prendre les bonnes idées, mais j’ai vu trop souvent ce genre de processus dégénérer en foires aux promesses où on accumule les demandes farfelues ou irréalistes et qui sortent de l’intérêt général. De plus, il est difficile de susciter un effort de créativité réel auprès d’un groupe d’utilisateurs dont ce n’est pas le métier. Il est plus facile, pour susciter la réelle participation utile, de faire réagir le public sur des propositions concrètes et nouvelles afin de bénéficier de leur feed-back et éviter les spécifications hors champ. Ceci me paraît fondamental. Sous couvert de démocratie participative, on favorise l’écoute passive et compassionnelle, non génératrice d’idées nouvelles, et qui finit par résulter en un catalogue de propositions peu innovantes ou peu réalistes ou les deux. La véritable écoute active est – paradoxalement – plus suggestive et plus concrète et donc aussi plus réellement participative. Tout en restant ouverte, elle se refuse à l’empathie démagogique.

C’est à mon avis ainsi que l’on génère le plus facilement et le plus efficacement le débat, c’est-à-dire sur des propositions qui sont partagées, puis reprises amandées et améliorées en commun, dans une démarche positive de conduite du changement progressive (apprendre à marcher en marchant).

note 1 : Étymol. et Hist. 1791 (BRISSOT, Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins, pp. 15-16 ds FREY, p. 106). Empr. au gr. « art de mener le peuple, en partic. « art de le conduire en le flattant pour avoir ses faveurs » (source: dictionnaire trésor de la langue française)

Des risques liés à la démocratie participative et leur lien avec l’innovation was last modified: février 21st, 2007 by Yann Gourvennec

Gare au virus

Gare au virusJérôme Delacroix sur cooperatique s’est joint à une longue liste afin de faire circuler une liste virale de blogs français. Accès ici:

Ceci devrait avoir un impact non négligeable sur le ranking des sites inclus dans la liste (sauf si Google décide de les blacklister pour spamming aux moteurs de recherche 😉 )

Voici aussi ma F-liste. A vous !

Marketingrama, Marketing is dead, Marketing étudiant, jbouteiller.net, Le blog de Visionarymarketing, onesque , ramirou , bizfriz , 2RO Le bisounours Parisien BozarBlog Le blog de Xavier MisterDanilo BlastBlog Jerome Bouteiller Embruns N’ayez pas peur E-conomy Vinvin Entertainment Le Peuple des connecteurs AccessOWeb Le weblog de bleebot BingBlog Business Garden Chauffeur De Buzz CoopLOG Echos du Net FrenchStudioBlog Outils Froids IClectic Media-Tech ZorGloob Ecoms Ga Bu Zo Meu Loic Lemeur Patrick Amiel Adeline Julie Calmier La vie en Pro de Julio Corinne Dangas Raphael Gilmas Bloc Note de Bertrand Duperrin Presse Citron RMen’s blog NextModernity Altaïde (Jacques Froissant) Et si l’on parlait Marketing (Henri Kaufman) MyDataNews Marketing et Innovation Coopératique Fred Cavazza ActuIntelligence Social Computing William Peres Jean-Marie Le Ray

Gare au virus was last modified: février 19th, 2007 by Yann Gourvennec

Une réunion coopérative du groupe de réflexion miconos

Les membres de Miconos écoutent Thierry Maillet sous l’oeil attentif de Jérôme DelacroixLe groupe de réflexion Miconos (mise en commun de notre savoir) a organisé une réunion sur le thème de la participation et de la coopération le mercredi 24 janvier 2007 dans la cave du restaurant Parnasse 138, boulevard duAssociation Miconos Montparnasse à Paris. Cette réunion fut un franc succès avec 22 participants, et des débats très animés. Deux auteurs y sont venus présenter leurs ouvrages:

  • Thierry Maillet est l’auteur du récent ouvrage “Génération Participation, de la société de consommation à la société de participation”. Thierry est arrivé à ce constat après une dizaine d’années en tant que conseil marketing des plus grandes entreprises de la grande consommation, du luxe et de la distribution. C’est ce constat qu’il a voulu faire partager à l’auditoire en insistant tant bien sur le rapprochement croissant (au point de fusionner) entre consommation et citoyenneté. Thierry est convaincu que le rôle majeur du marketing est de tisser un lien entre le monde de l’entreprise et la société civile sans chercher à imposer un point de vue mais à partager des opinions. Le succès de la formule participative initiée parGénération Participation (couverture) Ségolène Royal ne l’a pas surpris et il a insisté sur le fait que les entreprises sont paradoxalement en retard sur la sphère politique depuis le Référendum sur l’Europe en 2005. L’accès du plus grand nombre au débat public n’est pas réservé aux sachant et il est urgent pour les entreprises de s’y adapter. Vous pouvez retrouver Thierry sur ses blogs et le contacter à th « @ » thierrymaillet.eu (en enlevant les guillemets et les espaces) ou en vous connectant à http://www.thierrymaillet.eu ou http://www.generationp.eu. Il tient aussi une chronique dans le Nouvel Economiste.
  • Jérôme Delacroix, consultant en management coopératif et auteur du livre « Les wikis » (MM2 Editions, mars 2005) nous a présenté la démarche qui l’a conduit à s’intéresser au sujet de la coopération sur Internet et dans les entreprises. Les Wikis par Jérôme Delacroix Il est revenu sur les phénomènes massivement collaboratifs, comme le peer-to-peer, les grilles de calcul (grid computing) et les wikis. A ce propos, il a présenté le projet Citizendium en soulignant comment il s’inspirait de Wikipédia en s’en démarquant nettement par trois points : la participation d’experts aux côtés des contributeurs non experts, la différenciation entre des articles en construction et des articles validés et la participation en utilisant son vrai nom (voir http://www.cooperatique.com/?p=119).

Deux prochaines réunions Miconos sont prévues, l’une sur le nouveau projet de François Laurent Marketing is Dead, l’autre par Eric Seulliet sur les résultats de l’enquête française sur les créatifs culturels.

Une réunion coopérative du groupe de réflexion miconos was last modified: février 16th, 2007 by Yann Gourvennec

Téléphone mobile : les nouveaux usages

Au cours des dernières années, les usages et les fonctions du mobile n’ont cessé de se développer au point d’en faire un compagnon de tous les instants dont 50 milllions de français et des milliards d’individus dans le monde auraient aujourd’hui bien du mal à se passer.

Voici un rapide panorama de toutes les possiblités que nous offre aujourd’hui cet outil dont les performances et les qualités n’ont pas fini de nous surprendre.

Le mobile: outil de communication interpersonnelle

Evidemment, le mobile reste avant tout le média de la communication interpersonnelle. Mais, même dans ce domaine, les habitudes évoluent et, si la voix reste la source de revenu principale des opérateurs (80% de leurs revenus), d’autres modes de communication se généralisent ou apparaissent:

– 70% des possesseurs de mobile ont déjà envoyé des SMS

– 20% des possesseurs de mobiles compatibles ont déjà utilisé des messages photos ou vidéo (MMS)

– On compte déjà 7% d’utilisiteurs de services de messagerie instantanée (IM). Dans la majorité des cas , il s’agit d’une population plutôt jeune.

– les services communautaires (chats, forums, moblogs ) connaissent eux aussi des débuts prommetteurs.

Lire la suite

Téléphone mobile : les nouveaux usages was last modified: mai 11th, 2015 by biger