Livre Gratuit « 25 conseils pour faire connaître son site internet »

25 conseils pour faire connaître son site InternetTéléchargez l’ebook Gratuit « 25 conseils pour faire connaître son site internet »

Après plusieurs dizaines de demandes j’ai enfin fini par rassembler dans un seul PDF les 4 parties du dossier sur « Comment Améliorer son Référencement sur Google » dans un guide de 58 pages.

Comme le sujet est devenu plus large au fil des articles je l’ai nommé “25 conseils pour faire connaitre son site internet” vu que ce guide va au dela du simple référencement.

Au Sommaire de ce guide de 58 pages vous trouverez:
Partie 1 : Comment créer un site Google Friendly ?

1- Le choix du nom de domaine
2- Les Mots clés à retenir
3- La politique d’échange de liens vers votre site
Les autres Guides sur le Référencement à télécharger

Lire la suite

Livre Gratuit « 25 conseils pour faire connaître son site internet » was last modified: avril 17th, 2007 by conseilsmarketing

le journal de ma peau a pris de sacrées rides

Les Rides du journal de ma peauCa fait du bien de se retourner de temps en temps. En me repenchant sur un vieux post de ce blog (septembre 2005), je suis retourné voir le ‘journal de ma peau’ de Vichy, expérience ratée de blogging d’entreprise qui a fait fort jaser à l’époque. Philippe Pinault nous disait en juin 2005 que 4 vraies bloggueuses étaient recrutées par Vichy à l’époque pour relancer l’idée. Où en est-on en 2007, soit près de 2 ans après ? Et bien vous ne me croirez pas, mais en fait Vichy est revenu au bon vieux site vitrine avec en prime une interface flash des plus irritantes. Nous reviendrons d’ici peu sur les tentatives ratées de USA Today et de Netscape. Etablir le dialogue avec ses clients – comme le recommandaient le cluetrain manifesto ou Tara Hunt de Pinko Marketing – est plus dur qu’on croit.

le journal de ma peau a pris de sacrées rides was last modified: avril 17th, 2007 by Yann Gourvennec

La Tribune récompense visionarymarketing: 20/20 en Pinko Marketing

La TribuneLa Tribune, journal économique bien connu des hommes d’affaires, n’est pas seulement une excellente référence pour ceux qui, comme nous, sont à l’affût des bonnes nouvelles et des bonnes pratiques de la vie économique. Le journal issu de la fusion entre la Tribune de l’économie (puis de l’Expansion, créée en 1985) et de la vénérable institution La Cote Desfossés a su se repositionner et se réinventer plusieurs fois, et ceci notamment depuis 2002, en remaniant sa maquette, en la modernisant, en rendant son contenu plus accessible mais ce n’est pas tout, loin de là.

Certes, il y a une nouvelle formule Web et une nouvelle publicité (voir ci-dessous) qui joue sur l’humour. Nous avons pu essayer la nouvelle formule Internet qui est très accessible et très lisible. Particulièrement appréciée, la page thématique qui nous permet d’accéder directement au secteur de notre choix. Mais face aux challenges énormes qui sont le lot quotidien de la presse écrite (rappelons dans ces colonnes les nombreux sujets sur ce thème), la Tribune a véritablement saisi l’esprit Web et sait récompenser ses clients. Tout dabord, signalons que les acheteurs du quotidien ont un accès gratuit aux archives, et que celui-ci se renouvelle tous les jours (identifiant bienvenue/mot de passe nouveau chaque jour) ce qui permet au lecteur intéressé – en se référant à ce mot de passe sur la page droite de la page 3 intitulée 360° – de prolonger sa lecture sur Internet. Je trouve cette idée géniale et fidélisante, ainsi que respectueuse de l’esprit du web. Mais ce n’est pas fini.Pinko Marketing *** pour la tribune

Alors que les Echos (le concurrent de la Tribune, et leader sur ce marché) se lancent dans une opération technologique à haut risque (voir mon post sur le blog anglais de visionarymarketing: encore une tentative de bouche-à-bouche au vieux concept de l’e-reader) la Tribune choisit une formule beaucoup plus simple et accessible, le journal en pdf, direct, universel et copiable d’un clic de souris sur son pda (si ce n’est pas de l’e-paper qu’est-ce que donc?).

Enfin, quelle agréable surprise ce week-end de trouver une lettre dans ma boîte (Cliquer ici pour agrandir la lettre de La Tribune à Visionarymarketing), suite à une inscription dans Buzzparadise (à ma question précédente, je peux donc répondre qu’il ne s’agit pas d’une parodie de participation, bien au contraire), où la Tribune m’écrit pour m’encourager à écrire en utilisant – gracieusement – ses archives. Cette démarche est courageuse et novatrice. Elle est respectueuse des clients et des lecteurs, et enfin, elle retourne habilement à son avantage – sans dénigrer et sans récupérer abusivement – l’effet Internet qui érode les tirages et menace la presse en général. Belle initiative ! Pour ma part, je considère que faire confiance à des bloggueurs (somme toute inconnus) sans avoir peur du risque encouru et faire confiance dans ces relais d’opinion sans demander de contrepartie est un exemple de Pinko marketing pur jus, de collaboration , de courage, et de vrai marketing de la coopération (voir la lettre ci-contre)

La Tribune à Visionarymarketing

Hélas, dans ce concert de louanges, rappelons les faits et notamment qie le lectorat de La Tribune ne s’accroît pas de façon directement proportionnelle à ses efforts (voir les chiffres de l’OJD ici) mais gageons que ses fidèles, dont nous sommes, saurons relayer sur les nouveaux médias, la qualité d’une information dont la référence est indispensable.

Souhaitons enfin que cet effort soit soutenu dans le temps.

La Tribune récompense visionarymarketing: 20/20 en Pinko Marketing was last modified: avril 16th, 2007 by Yann Gourvennec

Cantinecamp 10: le premier pas alternatif vers le web semantique ?

semantic dog semantic web analogi - metaphore du web semantique Découverte très intéressante à l’occasion d’un Cantinecamp (un espace de convivialité et de discussion) organisé par Pierre Philippe Cormeraie et ses amis du Pinko marketing (alias les ‘frèresPinko‘, avec les professeurs Christophe Ducamp et Jean-Christophe Capelli, experts du web x.0 (je préviens ainsi le passage au web 4.0 qui ne saurait tarder), interviewés par Luc Legay qui a mis en ligne une super vidéo avec les interviewes des experts (rien qu’en sachant que ça a été filmé avec un appareil photo ultracompact de Kodak, je suis déjà bluffé ;-).

Inutile donc pour ma part de paraphraser les experts, car attention, il faut attacher ses ceintures (technophobes s’abstenir !). Mais quand on y pense, le concept des microformats (un langage de balisage sémantique de pages html (ou xhtml, son successeur) semble très séduisant pour donner un sens aux données du Web (aujourd’hui, le contenu est encore trop mélangé et touffu, et pas assez intelligible (d’où le petit clin d’oeil de Larson à côté).

Donc, comme nous l’indiquent nos experts, c’est l’annonce d’un web plus puissant et encore plus collaboratif. Ici l’apport sémantique dans ce cas ne se fait pas par le réseau (solacesystems, Cisco AON, etc… où le réseau est sensé ‘comprendre’ la donnée et la distribuer de façon intelligente) dans un mode subscriber/publisher donc classique (serveur/clients), mais dans un mode entièrement distributué où c’est le récepteur qui peut décider de formater la donnée et non l’inverse. Donc à terme, c’est la possibibilité de sortir des services qui iront ’emprunter’ des données de manière intelligence aux sources diverses qu’ils trouveront eux-mêmes, voire même comme le suggère Jean Christophe Capelli, aller jusqu’à ‘tuer’ e-bay (par exemple) en permettant à l’utilisateur de reprendre la main sur l’information, de l’agréger, et de se servir d’un module de paiement compatible sans l’intermédiaire actuel.

Cantinecamp logoSauf que sauf que …

Un bémol apporté par Olivier Auber, la limitation aujourd’hui viendrait selon lui du moteur de recherche, où domine un acteur majeur, qui est donc capable de réinsérer le contrôle que le tout collaboratif essaie d’éviter.

A suivre à cette adresse:

Cantinecamp 10: le premier pas alternatif vers le web semantique ? was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

un dossier sur les banques de Second Life

second life logoau risque de passer pour un vieux ringard, je ne suis pas un fanatique de la réalité virtuelle. Voilà une idée qui trotte dans la tête de pas mal de monde depuis le début du web. En 1995, la mode était aux casques de vision en réalité virtuelle, mais cela n’a pas pris. Comme beaucoup de ces idées du début du Web (il y a quelques années on avait eu droit au 2ème monde, avouons que le concept n’était pas loin) , on voit aujourd’hui de véritables développements surprenants qui reprennent ces idées de départ et qui les améliorent, avec un public plus ouvert, plus éduqué et plus réceptif. Et donc, on ne peut plus aujourd’hui – même quand on est ringard comme moi – ignorer ce cyberespace dont Jean Christophe Capelli nous dresse un très bon panorama sur son blog avec un descriptif très minutieux des banques de Second Life, et on ne peut être qu’impressionné. moi qui croyais naïvement qu’il s’agissait d’un vulgaire jeu en ligne, voilà que j’apprends qu’il s’agit d’un métaverse. Alors, là je rends les armes 😉

un dossier sur les banques de Second Life was last modified: mars 28th, 2007 by Yann Gourvennec