ASI 2.0 : En 2008, arrêt sur images sur Internet

arrêt sur ImagesVisionarymarketing.com vous l’avait dit dès le départ de la polémique autour de la suppression d’arrêt sur images: il fallait diffuser l’émission sur Internet, média ciblé et souple plus adapté à sa cible et plus interactif. Il semblerait que Daniel Schneidermann nous ait entendu. Voici en effet la missive qu’il vient d’adresser aux pétitionnaires de la fin de l’été et qui annonce qu’arrêt sur Images sera désormais produit sur Internet. On se réjouira au passage du caractère infondé du supposé financement de la nouvelle émission par une certaine région Poitou Charentes. Une question subsidiaire, est-ce que David Abiker, parti de façon un peu surprenante sur France Info, fera partie de la nouvelle équipe ? Autre question, la formule d’abonnement payante choisie par Schneidermann sera-t-elle couronnée de succès ? On attend avec impatience de connaître les détails. à suivre …

« Bonjour à toutes et à tous,

En ces jours de rentrée, je souhaite vous donner de bonnes nouvelles de l’avenir d’Arrêt sur images.

Nous avons été silencieux cet été. Pourtant, du Tour de France à la libération spectaculaire des infirmières bulgares, en passant par les nouveaux empiètements de la presse people, nous aurions eu beaucoup de sujets à traiter, dans un univers médiatique plus monocolore, et plus violent que jamais.

Mais nous préparions la rentrée.

En un mot comme en cent, nous avons décidé de construire un site.

Puisqu’aucune chaine de télé ne veut produire ni diffuser Arrêt sur images, et puisque au fond seuls ses télespectateurs veulent que cette émission continue, nous allons nous passer de la télévision.

Nous allons faire l’émission sur Internet.

Evidemment, ce ne sera pas la même émission. D’ailleurs, ce ne sera pas vraiment une émission.

Ce sera…un site.

Avec des textes, comme dans les blogs. Avec des images diffusées par les télés, évidemment. Avec des reportages, filmés ou écrits, sur les personnages de la tragi-comédie médiatique. Et avec des débats en plateau, comme dans l’émission supprimée par France 5. Les débats seront évidemment plus courts. On ne regarde pas des images sur Internet de la même manière qu’à la télévision.

Donc, la grand messe du dimanche sera éclatée en une pluie de rendez-vous et d’enquêtes. Il y aura des rendez-vous quotidiens ou hebdomadaires. Il y aura aussi des surgissements inopinés. Il y aura des visages que vous connaissez déjà. Il y aura aussi de nouveaux visages. Le site sera très réactif à l’actualité, mais nous construirons aussi un solide fonds d’archives, pour restituer sa mémoire à l’univers audiovisuel, univers de la fugacité et de l’amnésie.

Le site sera essentiellement financé par ses abonnés.

Nous avons beaucoup hésité à choisir ce mode de financement. Ne fallait-il pas tout miser sur la pub ? Ne fallait-il pas faire appel à de généreux investisseurs?

C’est votre nombre, qui a emporté notre décision. Votre nombre, et la motivation de tous ceux d’entre vous que nous avons croisés cet été, au hasard de nos déplacements.

Nous n’avons donc pas fait appel à des investisseurs. Et nous souhaiterions que le recours à la pub soit modéré.

En choisissant ce mode de financement, nous savons que nous allons à contre-courant d’un certain air du temps. L’air du temps répète que l’évolution vers la gratuité de tous les services produits sur Internet est inéluctable. L’air du temps répète qu’on n’y peut rien.

Nous n’aimons pas trop écouter l’air du temps.

Nous faisons donc le pari inverse. Nous parions qu’assez de citoyens estimeront qu’une information indépendante sur l’univers médiatique est un service qui a un coût.

Pour autant, nous ne souhaitons pas nous limiter aux convaincus. Certaines parties du futur site seront accessibles à tous. Nous voulons qu’il contribue fortement au débat public. Nous voulons que ses analyses, ses informations, irriguent Internet, et viennent contrarier le ronron de la grosse machine.

La campagne d’abonnements sera lancée courant septembre, le temps d’achever les derniers préparatifs. Tous les détails de la résurrection d’Arrêt sur images vous seront alors dévoilés en priorité, à vous tous qui avez signé pour que votre émission continue.

Simultanément à cette campagne, nous entreprendrons la construction du site définitif.

Ce devrait être l’affaire de quelques mois. Le temps de trouver les mains qui le construiront (ce qui n’est pas le plus facile) et…de le construire, accueillant, durable, vaste, confortable, équipé pour traverser le déluge.

Vivement 2008 !

Daniel Schneidermann »

ASI 2.0 : En 2008, arrêt sur images sur Internet was last modified: septembre 4th, 2007 by Yann Gourvennec

polémique sur la moralité d’un concours 2.0

CustimeSur le site d’Olivier Bender, également contributeur sur ce blog, un bon post qui a déclenché une superbe polémique :

« Un concours intéressant

La société Custime vient de me faire parvenir le mail ci-dessous. Le concept est intéressant puisqu’il fait appel à la communauté des gens intéressés par leurs produits et services. Une sorte de « création de communication 2.0 ». … lire la suite de l’article d’Olivier ici

Dans l’esprit, la démarche participative est très bonne. Si cependant la valeur du prix avancé peut soulever quelques remarques quant à l’honnêteté supposée de Custime, elle peut aussi soulever quelques questions quant à l’efficacité du dispositif. En fin de compte, si M. Granclément défend son bifteck de publicitaire, c’est bien légitime. Personne n’a envie de travailler pour rien et on comprend que les publicitaires voient d’un sale oeil qu’une démarche collaborative vienne leur enlever des prestations lucratives. Ces commentaires posent en fait une question de fond qui est celle de la valeur éthique du business. Si Nike a créé son logo en le payant 35$ ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Nike#Le_logo_de_Nike ) à une étudiante cela est-il répréhensible puisque à l’époque Nike était une PME ? Si Custime obtient un logo pour 180€ (un peu plus cher donc) est-ce « immoral » pour autant ? Et en miroir de cette question de fond, une autre question de fond, qui est celle de savoir si le marché peut répondre, et aussi, si les prix habituellement facturés pour ce genre de prestations ne sont pas parfois décalés (d’où les réactions anti publicitaires). Ma vision ici reste pragmatique, si un freelance a envie de se faire connaître et se s’acheter une référence pour pas cher, c’est un problème de marché. J’en ai moi même fait l’expérience il y a 7 ans en négociant le relooking intégral de tous mes sites et de tous mes logos, templates Dreamweaver compris pour moins de 10000€ alors que des agences de pub me proposaient des tarifs de 200k€. En fin de compte, ma démarche était gagnante-gagnante, car le freelance qui a acheté la référence en a eu aussi pour son argent car il a pu revendre cette expérience ailleurs. En fin de compte, il n’y a pas ammoralité, juste du business. CQFD.

Dans le cas de Custime, laissons parler le marché et je suggère à Olivier de nous tenir au courant avec le résultat des courses. S’il est nul, c’est que le prix est trop bas, tout simplement.

polémique sur la moralité d’un concours 2.0 was last modified: juillet 25th, 2007 by Yann Gourvennec

accès aux supports complets du cours de l’ESG sur la collaboration (marketing 2.0, web 2.0, outils de collaboration)

mbaebusiness

En cette année 2007, marquée par la ‘participation’ et la coopération symbolisée par le développement exponentiel de Wikipédia, le phénomène collaboratif est devenu incontournable. Pour les ‘anciens’ du Web, il s’agit là d’une résurrection plutôt qu’une naissance, mais au-delà des discours blancs ou noirs des médias sur ces sujets, qu’en est-il de la réalité humaine et économique de la collaboration ? Est-ce véritablement un phénomène de fond ? A-t-il commencé en 2007 avec quelques sites web aux noms farfelus (Nicholas Carr dirait avec humour et dérision, les ‘Flackr, Knackr ou Wankr’) ou s’agit-il de quelque chose de plus profond qui répond à un vrai besoin complémentaire (et non contradictoire) de liberté, d’autonomie et d’entraide ? Impossible d’aborder ce sujet sans évoquer ses outils et son marché. En effet, le travail collaboratif est devenu un véritable marché aujourd’hui, avec de nombreux acteurs, mais surtout quelques champions qui se placent au-dessus du lot; témoin le rachat spectaculaire de Webex en ce début 2007, le leader de la webconférence, par Cisco pour plus de 3 milliards de $US.

Le site visionarymarketing.com a rassemblé l’état de l’art de la collaboration, depuis le marketing 2.0 au web 2.0 jusqu’aux outils de collaboration et leur marché dans un cours complet de Marketing donné en mba ebusiness de l’ESG fin Juin 2007, et qui est désormais disponible en intégralité sur le web.

  • télécharger le cours de marketing sur la collaboration, du marketing 2.0 au web 2.0
  • contacter l’auteur du cours
  • accès aux supports complets du cours de l’ESG sur la collaboration (marketing 2.0, web 2.0, outils de collaboration) was last modified: juillet 18th, 2007 by Yann Gourvennec

    le pacte écologique rase-t-il les jeunes ?

    Nicolas Hulot et son pacte écologiqueLes supporters de l’écologie responsable sont ils des soixante-huitards boutonneux qui élèvent des moutons dans le Larzac ? Difficile à dire. A priori, 65% d’entre eux vivent dans des villes moyennes (100.000 habitants). Il faudra encore attendre pour savoir si ce phénomène a touché toutes les catégories sociales. En matière de classe d’âge, la majorité est d’âge moyen, entre 29 et 49 ans, ce qui est sans doute plus réjouissant que si elle elle était de 50 à 80 ans, mais tout de même préoccupant car cela tendrait à montrer que les jeunes générations ne sont pas vraiment motrices.

    Chère/Cher signataire du Pacte écologique,Compte tenu de la très forte mobilisation autour du Pacte écologique (près de 740.000 signataires aujourd’hui), nous avons souhaité mieux vous connaître.
    L’étude réalisée auprès de vous avec l’institut de sondage LH2 en avril et mai dernier a recueilli plus de 50.000 réponses sur 330 000 personnes contactées.
    Les résultats nous encouragent à poursuivre notre action. Nous vous en remercions.

    Signataires du Pacte : qui êtes-vous ?
    – plus de 65% ont entre 25 à 49 ans et vivent dans des villes de moins de 100.000 habitants.
    – 51% de femmes et 49% d’hommes : la parité chez les signataires !

    Quels sont vos engagements au quotidien ?
    – 81% d’entre vous préfèrent une douche au bain ;
    – 69% trient leurs déchets régulièrement ;
    – plus de 50% ont une gestion active de leur énergie (par ex : isolation du logement, extinction des appareils électriques, conduite souple et respect des limitations de vitesse).

    Sans être véritablement militants, vous êtes des citoyens engagés :
    – 94% d’entre vous votent à chaque élection ;
    – 68% prennent part à des discussions politiques ;
    – 61% expriment publiquement des opinions politiques pour tenter de convaincre d’autres personnes.

    Pourquoi avez-vous signé le Pacte ? parce qu’il y a « urgence » !
    – 70% d’entre vous jugent la crise écologique très urgente ;
    – 90% estiment que la protection de l’environnement doit être une priorité pour le président de la République.

    Que souhaitez-vous ?
    Vous êtes déterminés à accroître votre engagement environnemental et à agir…
    – très majoritairement (85%), vous vous déclarez prêts à vous former davantage pour changer vos comportements ;
    – à agir localement (60%) ;
    – à participer à des évènements (plus d’1 sur 2) ;
    – 81% estiment que les signataires devraient faire partie d’une communauté d’internautes via le site de la Fondation Nicolas Hulot et 57% seraient prêts à y participer !

    Nous vous avons bien entendus et vous ferons des propositions à l’automne. D’ici là, cap sur le Grenelle de l’environnement !

    La Fondation Nicolas Hulot participe aux six groupes de travail préparatoires du Grenelle : climat et énergie, biodiversité, environnement et santé, agriculture, démocratie écologique, économie compatible avec l’environnement.
    Aux côtés des représentants des associations environnementales, ces groupes de travail impliqueront syndicats, collectivités locales, entreprises et l’Etat. Une première synthèse des discussions doit être prête en septembre. Des débats en région et sur Internet seront alors organisés, conduisant à des décisions d’action dans la deuxième quinzaine d’octobre.

    Le plus dur reste à faire : parvenir à un accord sur un ensemble de mesures significatives, tant avec le gouvernement qu’avec les partenaires sociaux. La mobilisation continue d’ici le Grenelle et nous avons besoin de vous pour afficher notre détermination !

    Je vous invite donc à continuer d’encourager vos proches à signer le Pacte écologique.

    Bien à vous tous,

    Nicolas Hulot
    Président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme

    Signez le Pacte écologique sur www.pacte-ecologique.org !
    Objectif 1 million de signataires avant le Grenelle !

    La Fondation a mis un espace en ligne vous permettant de gérer vos informations personnelles et abonnements, conformément à la CNIL et à la loi «informatique et libertés». Ainsi, pour tout désabonnement ou mises à jour d’informations, vous devez vous connecter sur le lien suivant : https://secure.fondation-nicolas-hulot.org/amis
    Vos codes personnels vous ont été adressés par mail.

    le pacte écologique rase-t-il les jeunes ? was last modified: juillet 13th, 2007 by Yann Gourvennec

    ENFIN ! LE BOOM DU COMMERCE EN LIGNE EST ARRIVÉ

    le boom du ebusiness en FranceLe commerce en ligne en France sera multiplié par trois d’ici 2011. Le commerce en ligne va poursuivre son irrésistible ascension en France et en Europe selon Forrester Research. Alors que près de 13 millions de consommateurs ont fait des achats sur Internet en 2005 (et même 15 millions en 2006), ils seront deux fois plus nombreux en 2011, tandis que les dépenses sur la Toile seront multipliées par plus de trois.  lire la suite de l’article sur visionarymarketing.com

    ENFIN ! LE BOOM DU COMMERCE EN LIGNE EST ARRIVÉ was last modified: juillet 12th, 2007 by Yann Gourvennec