7 règles d’or pour bien débuter en tant que consultant ou Freelance !

réussir en tant que consultant

Avec le ralentissement de l’économie et une compétition toujours plus vive, gagner correctement sa vie en tant que Freelance ou Consultant Indépendant n’est pas donné à tout le monde.

Pour s’en assurer, il suffit de regarder tous les blogs Pro qui fleurissent, la lutte journalière que se livrent les consultants sur les réseaux sociaux comme Viadeo, le rythme effréné des news sur les Digg likes… pour s’en rendre compte.

Dans le même temps les clients sont de moins en moins fidèles envers leurs agences de conseils : une étude américaine de Reardon Smith Whittaker menée auprès de 202 responsables marketing a monté que 31% d’entre eux ont changés d’agence dans l’année, et que 24% pensent en changer l’année prochaine
Le point positif c’est que d’un autre côté qu’il y a des opportunités pour attirer ces entreprises mécontentes de leurs agences actuelles…

C’est pourquoi pour, si l’on veut se lancer en tant que Consultant ou Freelance, il n’est plus question d’attendre le prospect mais d’aller le chercher !

Le but de cet article, c’est justement de vous donner 7 règles d’or pour bien débuter en tant que Consultant ou Freelance (ce texte est une livre traduction d’un article paru sur www.marketingsherpa.com et tiré du blog de Ford Harding).

1 – Proposez le bon prix pour vos prestations.

Le prix de ses prestations est une variable importante dans le choix d’un consultant : s’il est trop cher le budget du client ne sera pas suffisant, s’il est trop bon marché le consultant perd sa crédibilité.

C’est pourquoi il est essentiel de bien réfléchir à son prix… Pour vous aider à le définir il existe plusieurs méthodes.

La plus simple est de regarder ce que font les autres prestataires il suffit de demander un « devis » de manière anonyme, ou tout simplement de visiter des sites comme www.freelance.com pour voir quels sont les tarifs moyens de la profession concernant ces prestations.

Néanmoins, si ces tarifs vous aident à savoir ce que font vos concurrents, ils ne vous aident pas à savoir si vous pourrez vivre décemment en pratiquant ces tarifs… En effet même si au départ il faut dire OUI à toutes les demandes de travail, il faut que sur le court/moyen terme vos revenus soient suffisants pour couvrir vos charges.

C’est pourquoi il est intéressant de calculer le prix de ses prestations en tenant compte l’argent que cela va vous rapporter (en théorie…).

Le principe est simple :
Evaluez le revenu que vous souhaitez obtenir en revenu « net » tous les mois, et multipliez-le par 2 pour obtenir votre Chiffre d’Affaires « brut ». En effet en France c’est environ 50% de vos revenus qui seront utilisés pour les impôts et les charges diverses et variées.
Divisez ce montant par le nombre de jours où vous êtes disponible pour travailler, sachant qu’il est rarement possible de travailler plus de 4 jours / semaine (il faut réserver du temps pour ses vacances, les tâches administratives, les jours de maladies…). Bien entendu si tout se passe bien vous allez travailler le samedi, voire le dimanche (mais attention à l’impact sur votre vie de famille et vos amis !).
– Ceci étant votre temps de travail théorique disponible, il ne faut pas oublier que vous devez consacrer du temps à trouver des clients (tenir un blog, fureter sur des salons, assister à des soirées networking, intervenir dans des salons…) et suite à cela faire des rendez-vous pour convaincre vos prospects. Et donc en tant que consultant débutant, vous pouvez facilement enlever 50% de votre temps « productif » qui sera réservé à la chasse aux clients !

Voici un exemple pour un consultant débutant :
– Comptez 16 jours de travail / mois et 8 jours de prestation effectives.
– Pour toucher un salaire de 2000 € net il faudra aussi générer 4000 € de prestations.
Soit au final, en tant que consultant débutant vous pouvez estimer votre jour de prestation à 4000 / 8 = 500 € / jour de prestation, soit à l’heure dans les 65 €.
Sachant que pour les petites missions de 3 ou 4 heures, le temps passé sera supérieur à cause des déplacements, de la mise en place initiale… et donc il faudra facturer plus.

Bien entendu, ce calcul n’est que théorique et peut varier énormément selon la demande du marché, votre expérience… mais cela permet déjà d’avoir une bonne idée du minimum à appliquer pour vos prestations.

Un dernier conseil c’est de faire bien attention à l’évaluation du temps consacré à une mission, et ce que vous faites ou ne faites pas pour la mission. Une erreur classique est de ne pas compter les allers-retours, validation multiples, revirements

Pour cela il est essentiel de détailler le processus de mise en place du plan d’action, avec la remise des éléments, les dates de validation finales après lesquelles toutes interventions supplémentaires seront facturées. Si vous ne faites pas cela vous allez perdre beaucoup de temps (et donc l’argent…) sur vos premières prestations.

Nb: en tant que consultant n’oubliez pas que viennent d’ajouter à votre salaire les déductions des charges comme le téléphone portable, le PC, l’électricité… qui vous permettent d’augmenter de manière non négligeable votre « salaire » théorique de 2000 € net…

More...

   Lire la suite

7 règles d’or pour bien débuter en tant que consultant ou Freelance ! was last modified: mai 11th, 2015 by conseilsmarketing

Pierre de Taillac: « le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique »

Anthologie du flingage sur Facebook
Anthologie du flingage sur Facebook

Et voici en complément de l’article précédent, en direct de l’auteur – Pierre de Taillac – lui-même, l’intégralité de l’introduction du livre en format pdf.

introduction :
« L’Elite du pouvoir […], par l’intermédiaire des organes d’information qu’elle possède, influence les pensées, les sentiments, les actions de la quasi-totalité. Pour
parodier la phrase de Winston Churchill, jamais tant d’hommes n’auront été manipulés par aussi peu. » Cette assertion, c’est Aldous Huxley qui l’a formulée, en
1958, dans Retour au meilleur des mondes. L’écrivain britannique semblait convaincu que la disparition des « petits quotidiens locaux », et de leurs « milliers d’éditoriaux » exprimant « des milliers d’opinions indépendantes », au profit de gigantesques conglomérats constituait le premier jalon vers une société totalitaire ressemblant au Meilleur des mondes. Force est de constater qu’il s’est trompé. L’apparition d’Internet a bouleversé l’économie médiatique et accouché d’une super agora planétaire. Les citoyens ne sont plus cantonnés dans un rôle passif, comme au temps de la télévision, mais chacun devient, grâce à son ordinateur, émetteur et récepteur…

Alors qu’au XXe siècle, la concentration des médias avait bien engendré une société verticale ou seules quelques milliers d’individus – en majorité des journalistes – pouvaient s’exprimer et toucher le grand public, le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique, dans laquelle chacun pourra faire entendre sa voix. Internet s’impose ainsi comme un formidable contre-pouvoir. Que la justice interdise le livre du docteur Gübler, le médecin de François Mitterrand, et il se retrouve immédiatement sur le web ; que Le Journal du dimanche censure l’information sur l’abstention de Cécilia Sarkozy au second tour de la présidentielle et elle sort sur le site Rue89 ; et que les chaînes françaises refusent de diffuser une vidéo montrant le chef de l’Etat, titubant à une conférence de presse, et elle est postée sur Youtube et visionnée des millions de fois…

Pierre de Taillac: « le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique » was last modified: juillet 19th, 2008 by Yann Gourvennec

Facebook: anthologie d’un phénomène collaboratif

Anthologie du flingage sur Facebook
Anthologie du flingage sur Facebook

C’est un minuscule recueil au format mini poche, un de ces livres qu’on n’hésite pas à mettre dans sa sacoche avant de partir au bureau ou même — c’est plus de circonstances — en vacances. Facebook est un phénomène. Véritable fusée de l’univers Internet, ce site créé en 2004 par des étudiants est devenu le 13e site le plus populaire d’Internet. On se souviendra du rapport de notre ami Amaury de Buchet de Farbernovel qui évoquait (fin 2007) le chiffre de 30 % de la population totale canadienne connectées à Facebook.

Comme tous les phénomènes, les choses les plus délirantes s’y passent. Outre les  » pokes  » (littéralement, taper du doigt sur quelqu’un, virtuellement bien sûr ou les « funwalls » (sorte de tableaux blancs), Facebook est surtout célèbre pour ses applications (voir l’article de Frédéric Canevet) et ses groupes. Ce sont ces derniers que Pierre de Taillac, diplômé de la Sorbonne et du King’s collège de Londres, déjà auteur d’un ouvrage en 2007 sur l’histoire des stupéfiants (doit-on y voir un rapport ?) a décidé de nous décrire de façon ludique en consacrant à chacun de ces groupes une — parfois deux —  page(s) en les regroupant par catégorie et en sélectionnant les plus loufoques.

Le résultat est très réussi. Je me suis pris à lire le livre dans tous les sens (et surtout pas cursivement) et à mettre à rire tout haut, ce qui a conforté ma femme dans l’opinion que je suis devenu fou. Au hasard de mes lectures, citons ici ou là : dans la catégorie « la vérité est ailleurs »,  « Dieu existe et il s’appelle Nutella » :

[…] Nut est venu,
Nut est né,
Nut a souffert,
Nut est mort,
Nut est ressuscité,
Nut est vivant,
Nut reviendra,
Nut est là ! (1841 membres)

ou encore, dans la section « me, myself and I », « je suis connu mais personne ne le sait ! » (139 membres seulement) ou l’excellent « non à la tektonic, oui ou gin-tonic  » (alcooliques associés, 6589 membres). Voilà pour les farfelus, mais le livre laisse aussi la part belle aux « flingages », c’est d’ailleurs son titre, et dont certains très méchants. Les meilleurs sont sans doute politiques. Comme celui-ci : « Françoise de Panafieu a un caniche albinos mort sur la tête » (577 membres) et aussi les groupes qui visent les grévistes, un grand sport national dont nous détenons tous les records du monde : « SNCF, à nous de vous faire préférer l’avion » (64 membres), où le très très méchant « un jour j’embaucherai le fil conducteur SNCF lui ferai payer » (72 membres).

Le nombre de membres d’ailleurs, ne semble pas suivre un cheminement logique. Certains groupes farfelus et quasi surréalistes réalisent des cartons (« j’ai un problème de motivation » 26502 membres ! ) Alors que d’autres, aux sujet plus consensuels et militants semblent au contraire patiner (« un service public au service du public », 3 membres seulement). C’est l’enseignement que l’on peut peut-être tirer de ce livre, au-delà de son caractère amusant, c’est que pour se faire connaître sur Facebook, il ne suffit pas de trouver un bon sujet, il faut être capable de rassembler les foules, et que c’est plus le résultat d’un don personnel que celui d’un calcul (cf. Le livre de Malcom Galdwell, the tipping point). Mais puisque le sujet de ce livre est le « flingage », je finirai par une dernière blague, en précisant que l’éditeur du recueil de Taillac est « Bourin Editeur ». Ceci ne s’invente pas.

Un bon moment à passer avec ce livre et qui ne coûte que € 9.90. Et en plus, il vous évitera de perdre votre temps libre sur Facebook : Ceci n’est certainement pas le moindre de ses avantages.

Facebook: anthologie d’un phénomène collaboratif was last modified: juillet 15th, 2008 by Yann Gourvennec

e-commerce 2008 des 23-25 septembre 2008

C’est l’événement annuel le plus attendu des professionnels du domaine. Rencontres avec les experts du e-commerce et du e-business, démos en pagaille, conférences, présentations, annuaires, interviews … bref ! C’est le rendez-vous à ne rater sous aucun prétexte.

Rendez-vous donc les 23-24-25 Septembre Porte de Versailles à Paris.

e-commerce 2008 des 23-25 septembre 2008 was last modified: juillet 8th, 2008 by Yann Gourvennec

lancement du blog de la sécurité d’Orange Business Services

blog d'Orange Business Services sur la sécurité Ca y est ! De longues semaines de préparation, et nous voici fin prêts pour lancer le blog de la sécurité d’Orange Business Services: l’adresse du blog est le http://blogs.orange-business.com/securite, mais http://blogs.orange-business.com vous y emmènera directement en attendant qu’il soit rejoint par d’autres blogs sur d’autres sujets, dont quelques uns en Anglais.

J’ajoute un lien vers la plateforme de vote Wikio et l’interview sortie dans le Journal du Net ce matin :

Interview au Journal du Net – 01er juillet 2008

Yann Gourvennec (Orange Business Services) : « Nous sommes naturellement positionnés sur la sécurité de bout en bout »

ygourven | depuis 7 minutes

Lespécialiste des solutions de communication d’entreprise lance un espaced’expression et de communication dédié à ses experts en sécurité. Lesdétails du projet. Vous lancez des blogs d’experts, pour quellesraisons ? Notre démarche de lancement de blogs d’experts répond en faità plusieurs objectifs. Il s’agit d’abord de positionner Orange BusinessServices sur des segments innovants où nous sommes …

lancement du blog de la sécurité d’Orange Business Services was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec