10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010 – 6ème partie

professionaliser les médias sociaux en entrepriseSuite de la 1ère partie dédiée aux 10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010. Ce billet s’attache au deuxième conseil.

conseil N°6 : de la vidéo à la radio

Comme l’a démontré John Earnhardt de Cisco à la fin des années 2008 lors d’une conférence Blogwell à San Jose, le vlogging (c’est-à-dire le blog vidéo) a rendu possible la production de vidéos plus directes et plus fraîches, et surtout à un coût très raisonnable. Cependant, si les vidéos restent plus faciles à produire que les articles de blog, il est certain que le contenu radio l’est encore plus. Et ceci principalement avec des outils comme Blogtalkradio ou Saooti par exemple. Ainsi est encore plus vrai pour les entreprises qui sont disséminées au travers de plusieurs continents comme Orange Business Services : enregistrer une vidéo avec un expert a Sydney et un autre à Vienne est complètement impossible. Les studios de radio sur Internet rendent ce type de contenu nouveau disponible à tous ; ne pas avoir l’image n’étant qu’un inconvénient mineur. Devrions-nous appeler ça le rlogging ? Je ne suis pas sûr, il y a peut-être une limite aux néologismes, même en 2.0.

10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010 – 6ème partie was last modified: février 2nd, 2010 by Yann Gourvennec

10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010 – 5ème partie

professionaliser les médias sociaux en entrepriseSuite de la 1ère partie dédiée aux 10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010. Ce billet s’attache au deuxième conseil.

conseil N°5 : industrialiser votre contenu vidéo grâce au contenu généré par l’utilisateur (UGC)

Quasiment toutes les entreprises intéressées aux nouveaux médias ont lancé leurs expériences vidéo à la fin des années 2008 et 2009. 2010 sera l’année de la maturité pour la production des videos d’entreprise. En outre, recourir à des vidéos générées par les utilisateurs (UGC) sera bientôt plus facile grâce à l’introduction de nouvelles caméras portables de nouvelle génération (HD) comme la FLIP ou la Kodak Zi8. Hélas, il faudra encore attendre un peu qu’on améliore la capture du son…

10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010 – 5ème partie was last modified: février 1st, 2010 by Yann Gourvennec

10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010 – 4ème partie

professionaliser les médias sociaux en entrepriseSuite de la 1ère partie dédiée aux 10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010. Ce billet s’attache au deuxième conseil.

conseil N°4 : de la présence à l’action

Ces quelques dernières années, les entreprises ont fait leurs expériences dans les médias sociaux, même si cela n’allait pas au-delà de tremper prudemment un pied dans l’eau avant de se lancer ; il est bien-sûr bon pour une entreprise, une marque, de pouvoir créer et diffuser son contenu original et de développer sa communauté en ligne et même provoquer des débats, le besoin va se faire vite sentir pour aller au-delà de ces approches descendantes afin  qu’elles commencent à utiliser les médias sociaux pour agir au sein même de la communauté. Les utilisateurs des médias sociaux exigent l’action et non pas du marketing de l’ancien temps, comme l’a démontré récemment la débâcle récente de l’Eurostar. Les clients veulent autre chose que de la peinture marketing. Là aussi, il s’agit d’un piège dans lequel bien des initiatives de médias sociaux bien-pensantes pourraient souffrir également de la pollution des approches traditionnelles, obsolètes et mal gérées.

à suivre …

10 conseils pour profiter du boom des médias sociaux en 2010 – 4ème partie was last modified: janvier 29th, 2010 by Yann Gourvennec

Manager GO ou le renouveau de l’annuaire marketing

jardin géomètrique http://antimuseum.online.fr
jardin géomètrique http://antimuseum.online.fr
L’annuaire Internet ce n’est pas nouveau. On se souviendra que c’est même comme cela que Yahoo! a commencé à la fin des années 90. Entre-temps, Yahoo! a fermé son annuaire  (et même vendu son âme à Microsoft au travers de son coeur de métier, le moteur de recherche), et nous voici livrés à nous-mêmes pour trouver de l’information structurée sans ramer pendant des heures dans les moteurs de recherche.

Il y avait donc une place à prendre ! Et c’est exactement ce qu’a fait Laurent Granger en créant manager go. Cela fait plusieurs années maintenant je corresponds régulièrement avec Laurent et devant le succès de son site, je lui ai demandé de décrire son expérience, en commençant par l’idée jusqu’à la présentation des résultats.

N’hésitez pas à lui poser directement aux questions au travers des commentaires.

L’histoire de Manager GO! par Laurent Granger, fondateur

La genèse de Manager GO!

Dans le passé, j’ai beaucoup travaillé dans des fonctions nécessitant une veille sur les pratiques managériales, en tant que responsable d’études marketing et stratégiques, puis chef de projet organisation. Dans ce cadre, associé à une véritable passion du management de l’entreprise, je perdais beaucoup de temps en recherches sur le web pour dénicher les informations convoitées : articles, cours, études de cas, analyse, études…  Petit à petit, je me suis ainsi constitué  mon propre bookmark pour mes thèmes favoris.

J’ai rapidement été confronté à plusieurs problèmes : liens rapidement obsolètes, difficulté à classer tel ou tel lien dans une catégorie spécifique… et au final un bookmark souvent sans réponse à de nouvelles questions… Il fallait donc réutiliser les moteurs de recherche classiques, qualifier de nouveau les réponses… bref, passer de nouveau beaucoup de temps.

C’est ainsi que germa l’idée de Manager GO! : synthétiser, répertorier et actualiser toutes ces publications issues du web, pour ensuite les diffuser à l’aide d’un outil ergonomique et ultra fonctionnel et prévenir les utilisateurs des nouveaux liens les plus intéressants.

Manager GO!, l’outil

La mise en application de l’idée à pris de nombreux mois. Catégoriser les liens est une opération assez aisée. En revanche, organiser les catégories se révèle être un véritable casse-tête.

Exemple : prenons la catégorie Business plan, a priori facile à classer : on réalise un business plan essentiellement lors de la création d’entreprise. Que retrouve-t-on dans un business plan : une étude de marché, un business model, une stratégie, etc. Le problème est que ces catégories sont déjà reliées ailleurs … L’étude de marché, par exemple,  est une sous-catégorie du domaine marketing. Notre outil doit donc pouvoir créer un lien transversal entre Business plan et étude de marché. De plus, un business plan est un document à ajouter dans son dossier de création d’entreprise. On doit donc le retrouver également dans cette dernière catégorie.

Bref, on se rend vite compte que classifier et créer des connexions transversales devient une véritable usine à gaz. Toutefois, il s’agit du point le plus important de l’outil. En effet, l’utilisateur recherchant des informations sur le business plan sera satisfait de pouvoir accéder rapidement à la catégorie « étude de marché ». Tout comme celui recherchant des informations sur le  Marketing  pourra accéder également à ce qui se dit sur les études de marché. On se rend compte que le contexte de navigation est important pour la classification des catégories.

Ajoutez à cela, le fait que les catégories vivent. A l’origine, la catégorie « étude de marché »  ne possédait aucune sous-catégorie. Puis, lorsque le nombre de liens est devenu conséquent, les catégories « études documentaire », « études quantitatives » et « étude qualitatives » ont été créées. Ce qui allait générer de nouvelles connexions transversales…

En conclusion, il fallait donc pouvoir créer non pas une simple catégorisation mais un véritable modèle avec des liens hiérarchiques et transversaux. Un des enjeux majeurs était d’avoir à sa disposition un outil permettant d’appréhender aisément ce modèle et de pouvoir très facilement le modifier : ajouter de nouvelles connexions, en  déplacer, en supprimer… C’est pour ces raisons que le modèle utilisé par Manager GO! est basé sur des ontologies et des topic maps . Ces technologies permettent en effet de décrire des données non seulement d’une manière hiérarchique domaine->sous-domaine etc, mais surtout de créer des liens transversaux chargés de sens.

De fil en aiguille, le modèle s’étoffe et après 2 ans, l’outil référence plus de 5000 documents classés dans 950 catégories.  Des services ont également été ajoutés :

– une lettre de veille gratuite dont l’objectif est d’informer en mode push les abonnés des entrées les plus intéressantes. La diffusion se fait par e-mail ou par flux RSS.

– une section dédiée aux professionnels. Ils ont la possibilité de présenter leurs offres de prestation, de formations et logicielles et ce, de manière gratuite ou peu onéreuse.

Laurent Granger de manager-go.com

Manager GO ou le renouveau de l’annuaire marketing was last modified: janvier 26th, 2010 by Yann Gourvennec

interview sur ma vision des médias sociaux

photo par Olivier Ezratty
Je suis un peu l’Obelix des médias sociaux ; en moins gros tout de même. Je suis tombé dedans il y a 5 ans maintenant, mais il est vrai que je m’échauffais depuis 1996 avec Visionarymarketing.com.  Grâce à Olivier Zara, le plus français des Québécois de Montréal et auteur de l’ouvrage bien connu sur la réputation en ligne « résussir sa carrière grâce au personal branding« , j’explique ma vision du sujet, pourquoi les médias sociaux sont importants, comment bien les utiliser, est-ce que le mot de « médias sociaux » est approprié etc.

Bonjour Yann, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Je travaille pour Orange Business Services. C’est l’entité d’Orange dédiée au business-to-business, c’est-à-dire les ventes de services et de produits de réseaux et télécommunication aux entreprises dans le monde entier. Nous sommes présents dans 166 pays directement, mais nos activités s’exercent dans 220 pays et territoires.

Au sein de cette entité, je m’occupe de gérer les sites Web. Il y en a environ une soixantaine auxquels il faut ajouter les médias sociaux : blogs, Twitter, Facebook et surtout LinkedIn / Viadeo (car nous sommes en B2B).

2. Peux-tu nous donner ta définition des médias sociaux ? Quelle différence avec les réseaux sociaux ?

Les médias sociaux sont un nom un peu barbare qui a été inventé (on ne sait plus bien par qui d’ailleurs) vers la fin de l’année 2008 afin de remplacer le vocable un peu éculé de Web 2.0. Il s’agit en quelques mots du Web collaboratif dans son ensemble. Mais, ce n’est pas seulement une question d’outils, de logiciels ou de services, c’est aussi et surtout un état d’esprit, une véritable philosophie du Web et de l’intelligence collective.

Ce terme est critiquable car il donne l’impression que le Web est un médium/média or ce n’est pas tout à fait vrai. C’est plutôt un support car les médias peuvent être inventés ou réinventés sur ce support. Quant au qualificatif de social, il est aussi de nature à induire en erreur du fait de sa polysémie. Mais, il faut bien appeler ce phénomène d’une manière ou d’une autre afin que les gens retiennent le concept et se l’approprient. Alors, pourquoi pas médias sociaux ? En fait, on pourrait appeler aussi cela Web 3.0, 4.0, 6.0,… Le plus important, ce n’est pas la terminologie mais ce que nous faisons avec ce Web collaboratif, ces échanges en ligne.

Pour ceux qui auraient raté le premier épisode, voici une interview explicative réalisée par Jérémy Dumont

interview sur ma vision des médias sociaux was last modified: janvier 18th, 2010 by Yann Gourvennec