Twitter, un outil à manier avec précautions… Cas pratique !

bad buzz twitter

Nous avions présenté les principales utilisations de Twitter dans notre article « Quel usage professionnel pour Twitter« .

En effet il est intéressant d’utiliser Twitter pour communiquer directement avec ses clients afin de gérer immédiatement les problèmes ou les questions, et ainsi gagner en réactivité.

C’est aussi un outil qui permet de contacter directement les « early adopters » et les influenceurs dans le domaine du High-Tech lors d’opérations de Buzz Marketing.

Cependant, l’utilisation de cet outil reste sensible chez certaines personnes, qui le considèrent comme très intrusif, un peu comme son téléphone portable sur lequel on n’apprécie guère de recevoir des SMS ou des appels promotionnels.

Par exemple certains accros de Twitter n’apprécient guère l’envoi automatique par flux RSS d’informations et s’attendent à des informations personnalisées.

C’est un reproche qui a déjà été effectué deux fois au compte twitter de ConseilsMarketing, qui relai principalement les informations du Blog et la sélection de liens en home page d’Entreprise-Marketing.fr… avec peu de messages personnels (principalement faute de temps, mais aussi car je doute de la pertinence pour des suiveurs de savoir que « je viens d’aller faire mes courses », « je suis en retard à mon rendez-vous de 11h »…).

Il faut donc distinguer 2 profils d’utilisateurs de Twitter pour éviter d’être considéré comme un spammeur :
– Les acharnés de Twitter, qui l’utilisent comme un outil de communication personnalisé, qui suivent moins de 40 à 60 personnes, et qui lisent tous les messages de leur « tribu ». Pour eux twitter un outil stratégique, et permet ainsi d’avoir accès à des informations ciblées.
– Les dilettantes de Twitter, qui l’utilisent comme un simple outil de communication alternatif et accessoire aux emails et autres réseaux sociaux tel que Facebook. Soit ils suivent quasiment aucune personne (c’est un compte pour tester) ou au contraire des centaines (Twitter est alors un outil de buzz).

Cette subtilité doit être prise en compte lorsque l’on souhaite utiliser Twitter comme un outil Marketing, pour preuve le buzz effectué par Publicis Modem dans le cadre de la promotion des nouveaux PC à écran tactile d’HP.

Le Principe de l’opération de Buzz Lafindessouris.com

hp touchscreen

1 – Faire du teasing auprès de quelques bloggers influents via Twitter et Facebook.

La manœuvre était simple :
– Créer plusieurs une dizaine de profils bidons le 5 mars avec le mot souris « Mouss-akka », « souris-sept »… sut Twitter et Facebook (voir ce Compte Twitter Fictif et Le Groupe Facebook).
– Devenir suiveurs/ami des bloggers influents, et attendre qu’ils les suivent à leur tour pour Twitter (ce que font plus de la moitié des utilisateurs de Twitter afin de se rendre la politesse).
– Envoyer quelques messages sur Twitter et Facebook pour faire parler ces mystérieuses souris qui annonçaient « la fin des souris »…

Lire la suite

Twitter, un outil à manier avec précautions… Cas pratique ! was last modified: mars 20th, 2009 by conseilsmarketing

réseaux sociaux, menace ou opportunité ? le sondage

 A la suite de l’article du 19 mars 2009 sur les réseaux sociaux, opportunité ou menace, nous lançons ce sondage complémentaire qui vous permet de vous exprimer sur ce sujet épineux. Donnez nous votre avis, et voyez en direct les réponses des autres internautes. A vos souris !

réseaux sociaux, menace ou opportunité ? le sondage was last modified: mars 19th, 2009 by Yann Gourvennec

réseaux sociaux : menace ou opportunité ?

les réseaux sociaux
les réseaux sociaux

Alban Ondrejeck est consultant en sécurité. Il a produit 2 vidéos sur le sujet de la protection de l’individu dans les réseaux sociaux que je trouve absolument renversantes.  Il s’agit de la première partie de son étude en format vidéo, commentée avec démonstration à l’appui.  Son angle d’analyse est la sécurité et la protection des identités et a fortiori des informations des entreprises. En effet, la menace principale en matière de sécurité n’est pas forcément là où on croit. 80% des attaques de sécurité (mon chiffre date un peu, mes sources hypothétiques, je l’admets. Je me souviens juste d’un article de USA today qui citait ce chiffre il y a 5-6 ans mais on peut certainement trouver des chiffes similaires ailleurs) sont le fait de ce que l’on appelle en Anglais Social Engineering c’est à dire le travail sur l’humain à l’opposé de la recherche d’une faille de sécurité via des dispositifs techniques. Et cela se comprend aisément. Mettre 15 ordinateurs en parallèle pour craquer un mot de passe à la volée, c’est compliqué. Séduire un utilisateur pour qu’il installe un mouchard sur son PC aussi, lui payer un verre et emprunter son mot de passe car il vous fait « confiance » plus facile. Cela ne requiert pas de technique, juste de l’humain et de la psychologie. Et c’est surtout facile si la personne cible est basée dans la même entreprise : qui va se méfier d’un collègue ou d’un stagiaire ? La méthode décrite par Alban est exactement la même, mais appliquée aux réseaux sociaux.

Attention cependant ! n’allez pas croire qu’Alban essaie de vous dégoûter d’aller sur les réseaux sociaux et de maintenir votre identité numérique. Au contraire. C’est exactement l’inverse qu’il faut faire. Il faut investir les réseaux sociaux pour éviter les usurpations d’identité, maîtriser son profil, gérer ses informations… et présenter un profil avantageux et positif de soi-même. Cela est plus aisé si c’est vous qui maîtrisez l’information. Regardez donc bien ces 2 films, remarquables de virtuosité. Alban est un Mozart de l’informatique 🙂

Souvenez-vous de notre article du 24 novembre 2008 (http://blogs.orange-business.com/securite/2008/11/vive-les-rseaux.html)… Nous abordions les dangers liés aux multiples informations privées et professionnelles mises en ligne particulièrement par le biais des réseaux sociaux.

Le problème c’est que l’on a beau dire de ne pas mettre les doigts dans la prise car ça va faire mal, ou encore exposer de belles théories, mais temps que l’on n’a pas reçu notre premier choc électrique ou vu la démonstration des théories, nous restons sceptiques.

Nous vous proposons une démonstration vidéo en deux épisodes de deux parties chacun qui va vous mettre les doigts dans la prise. Rassurez-vous le courant est de faible intensité, le choc sera bien réel mais pas létal !

poursuivre votre lecture sur le blog de la sécurité

réseaux sociaux : menace ou opportunité ? was last modified: mars 19th, 2009 by Yann Gourvennec

Orange Business Services à l’heure du Social Media

Orange Business Services à l'heure du Social Media
Orange Business Services à l'heure du Social Media

Il y a quelques semaines, j’étais invité par Hervé Kabla pour le compte de decideurstv.com afin de décrire notre stratégie Orange Business Services en termes de social media au cours d’une interview filmée. Il est vrai, que les blogs d’entreprise ont pris une ampleur importante chez Orange business Services depuis environ un an. Notre présence au Blog Council a été notamment remarquée par Forrester et nous avons il est vrai la chance de figurer parmi les blog de confiance désignés par le blog council. Bien sûr, tout ceci n’est pas un hasard, mais le résultat d’un travail acharné non seulement réalisé par toute l’équipe Web mais aussi et surtout – c’est là l’intérêt principal de la chose – par l’ensemble des experts impliqués sur les sujets de la sécurité et de l’impact et l’usage des TIC.

Orange Business Services à l’heure du Social Media was last modified: mars 12th, 2009 by Yann Gourvennec

Société Générale : 1 an après Kerviel, le bilan

affaire Kerviel : 1 an après

affaire Kerviel : 1 an après

Un an après, l’affaire Kerviel et plus largement celle de la société générale, fait encore parler d’elle. Dans cet excellent article de Laurent Magloire, sur son blog Opinion Watch, Laurent fait un retour de l’intervention du directeur de la communication de la société générale dans le cadre de l’observatoire de la communication de crise & sensible de notre ami Didier Heiderich. On le verra, la banque reste fragilisée par cet événement et le directeur de la com de la Société Générale, M. Marquet, insiste largement et à juste titre, sur le manque de prise en compte par la banque de l’univers Internet, dont on sait la particularité, du moins pour ceux qui lisent habituellement nos pages.

 

Ceci étant, ce que je trouve particulièrement intéressant dans l’article de Laurent, c’est qu’il insiste sur le fait que un certain moment intense de la crise, jusqu’à 1000 articles pouvaient être publiés dans les journaux sur ce sujet. Le Net a donc encore une fois encore réagi comme une caisse de résonance, non en opposition de phase avec la presse traditionnelle, mais dans une relation symbiotique où les 2 s’amplifient mutuellement. Il n’est donc pas question de décrire l’Internet comme l’endroit où naîtraient et mourraient toutes les crises, mais plutôt comme une caisse de résonance par rapport à des médias traditionnels qui, bien qu’on nous en annonce sans arrêt la mort (bien entendu, je n’y crois pas), restent le point de référence, du moins aujourd’hui. Je renvoie d’ailleurs à mon article précédent sur ce sujet : buzz et e-reputation, le grand méchant loup n’est pas celui qu’on croit

Voir également ici la chronologie de la crise de la Société Générale décortiquée avec rigueur et brio par Laurent Magloire

Le DirCom de la Société Générale chez Communication Sensible 

Je reviens sur la communication de crise de la Société Générale déjà abordée dans un précédent billet au moment de l’affaire Kerviel car le magazine Communication de Crise & Sensible animé par Didier Heiderich propose une interview intéressante sur le sujet de Denis Marquet, un des membres de la cellule de crise et aujourd’hui DirCom du groupe.

Au cours de cet entretien, M.Marquet aborde les forces et les faiblesses des décisions prises par la cellule de crise :

  • « Les points faibles portent sur une insuffisante prise en considération du média Internet et nous aurions dû couper court aux rumeurs qui s’amplifiaient et qui présentaient Jérôme Kerviel comme une sorte de Robin de Bois avec ses comités de soutien. »
  • « j’ai découvert l’importance de ce que je considère comme le meilleur rempart, à savoir la réaction des salariés. »

>> lire la suite sur le blog de Laurent Magloire : ‘Opinion Watch

Société Générale : 1 an après Kerviel, le bilan was last modified: mars 10th, 2009 by Yann Gourvennec