alimentaire : l’enfant à problème du ecommerce

secteur alimentaire en ligneAlors que le e-commerce est en pleine expansion, une catégorie de produits vendus en ligne peine à se développer : l’alimentaire. Des produis fragiles, périssables et par conséquent difficiles à gérer au niveau logistique, et qui se vendent donc moins bien que les livres, les vêtements, l’informatique… Pour contourner ce problème, on a créé le Drive qui connaît un certain succès en France avec près de 2500 points de retrait. Aussi, récemment mis en ligne, le site mesprovisions.com permet de comparer les prix sur des paniers de produits et trouve le magasin le plus proche et le moins cher. Nous avons essayé ce service et relevé quelques défauts : absence de certains produits, écarts entre les prix du comparateur et ceux pratiqués en magasin, absence des marques distributeur parmi les choix proposés*… Néanmoins, ce service semble être un début de solution pour le consommateur voulant le panier le moins cher au global. Questions/réponses avec Ludovic de Nanteuil, fondateur de Mesprovisions.com.

* Edit 31/03/15 : Depuis la date de l’interview, le site a évolué et certaines des critiques que nous relevions ne sont désormais plus d’actualité, comme nous l’a fait remarqué, à juste titre, le concepteur du site : « Le comparateur mesprovisions.com évolue pour une ergonomie plus fluide, une comparaison plus directe, un annuaire magasins, un usage combiné foyer / mobilité »

Dans un soucis de transparence, il était important pour nous de le signaler. Nous vous invitons à visiter le site pour vous faire votre propre opinion

Quel est l’intérêt de ce énième comparateur de prix ?

C’est un nouveau comparateur de produits alimentaires, sur un marché qui est en train de se structurer. Contrairement à l’idée que l’on peut se faire, il n’y a qu’un nombre limité de comparateurs de prix disponibles sur Internet. Si on prend l’exemple des comparateurs de vols, il y a un très grand nombre de comparateurs mais peu sont connus du grand public. L’idée de mesprovisions.com c’est d’accompagner ce marché afin de devenir une référence connue et appréciée du grand public. Ce service est indépendant, géolocalisé, précis, efficace et rapide. L’intérêt est d’étendre la comparaison du produit à la liste, c’est à dire établir une liste de course pour pouvoir mesurer les écarts entre les différentes enseignes du secteur alimentaire.

Alimentaire
malgré quelques faiblesses, le site offre un observatoire en ligne sur le secteur alimentaire, qui reste à la traîne en termes de développement du commerce en ligne

Et le site indique un magasin où aller…

Effectivement, le principe est, au delà de cette liste, trouver le point de vente le plus proche de chez vous au prix le plus abordable.

Comment trouvez-vous les prix pratiqués par ces magasins ? Vu les différences d’application du digital selon les enseignes, êtes-vous certains que les prix affichés sur Internet sont les mêmes qu’en magasin ?

La majorité des enseignes ont aujourd’hui des sites internet dédiés soit à l’ensemble du groupe, soit dédié à chaque enseigne. Nous avons développé des robots qui chaque jour vont sur ces sites collecter les prix afin de mettre à jour les prix pratiqués sur ces enseignes.

Ce service est gratuit et objectif : il ne dépend d’aucun grand distributeur alimentaire, quelles sont vos sources de revenu ?

Mesprovisions.com est au démarrage de son activité. Nous entrevoyons trois types de sources de revenu : la publicité traditionnelle que nous mettons en place sur le site et qui permet aux distributeurs et aux industriels de trouver le moyen de présenter leurs produits et leurs services, nous proposons aussi un système d’affiliation traditionnel par du lead que nous générons sur les ventes des listes qui seront composées, et enfin nous entrevoyons une troisième source qui est le data mining, c’est à dire toutes les informations statistiques de profiling que nous pourrons collecter sur les visites, les commandes générées par les clients.

Internet est-il un bon outil pour l’achat alimentaire ?

Cela va le devenir très certainement. La majorité des produits proposés sont des produits manufacturés déjà emballés. Que l’on soit en magasin ou sur internet, il n’est pas nécessaire d’avoir un aperçu visuel du produit.

Aujourd’hui les distributeurs en France s’appellent Carrefour, Super U et Auchan, aura t-on demain des TESCO et des Wall Mart ?

Effectivement, le marché de la distribution alimentaire en France est en train de se repenser : c’est un secteur en pleine mutation. Jusqu’à présent, les acteurs européens et internationaux qui essayaient de pénétrer le marché français avaient quelques difficultés car ils avaient en face d’eux 6 centrales d’achat très organisées. Le marché européen est en train de s’ouvrir, la réglementation évolue et la France va devoir accepter l’entrée de nouveaux acteurs sur son marché de manière à ce que l’offre soit plus élargie et plus étendue.

 

alimentaire : l’enfant à problème du ecommerce was last modified: avril 1st, 2015 by Cédric Jeanblanc

Soyooz l’aide au choix technologique – startup du mois

SoyoozChez Visionary Marketing, et particulièrement sur notre blog, nous accordons beaucoup d’importance au vécu et à l’expérience : c’est donc avec attention que nous avons écouté Olivier Pistiaux créateur du site Internet, Soyooz, un outil d’aide au choix permettant de trouver un produit en fonction de son besoin. Il suffit pour cela de répondre à un questionnaire qui se veut être le plus simple possible. Ce questionnaire a la particularité d’être porté sur l’usage que l’on va faire du produit et non sur ses caractéristiques techniques. Retour sur la création et le développement de Soyooz…

Soyooz, plus qu’un comparateur, un outil d’aide au choix technologique … en moins de 3 minutes !

La première étape était de créer une équipe : vous aviez besoin de deux compétences différentes…

Effectivement, et ces compétences étaient d’ailleurs assez rares. Tout d’abord, l’expertise. Le but est d’avoir des personnes connaissant l’ensemble d’un marché et non pas quelques produits, et qui soient aussi capables d’expertiser de façon pointue ces produits. Nous avons commencé par le high-tech, car c’est un domaine où beaucoup de personnes ont besoin d’aide pour plusieurs raisons, notamment à cause d’une barrière sémantique. De plus, les produits high-tech sont compliqués à comprendre et à maîtriser, la technologie évolue très vite et le consommateur peut rapidement être perdu à la sortie de nouveaux produits. Pour cela, il fallait des personnes capables d’analyser les produits en fonction d’une logique que nous avons mise en place qui est particulière et qui n’existait pas jusqu’ici. Nous avons commencé à trouver des experts, principalement issus de la presse spécialisée et qui ont plus de 15 ans d’expérience dans ce domaine. Progressivement, cela a attiré d’autres experts pour former aujourd’hui une équipe plus performante. Le second besoin était plus mathématique, algorithmique, puisqu’il a fallu développer un moteur qui soit capable de prendre en compte tous les besoins qui ont été exprimés pour les mettre en corrélation avec tous les produits du marché, pour offrir instantanément la solution adéquate.

 Comment met-on en place un tel moteur de recherche ?

C’était aussi un travail très long : cela nous a pris un an et demi avant que l’on soit complètement satisfait des résultats que le moteur était capable de produire. Cela a été un travail réalisé en étroite collaboration entre les experts en produits et les experts en algorithmes. Je compare cela à un pilote de formule 1 qui va mettre une saison avant de régler parfaitement son moteur avec les ingénieurs, mais cela fera la différence à l’arrivée. Nous avons donc parcouru la courbe d’apprentissage et nous allons désormais très vite pour intégrer de nouveaux univers car nous savons comment faire.

le site compare des produits pour le grand public selon leurs besoins... Ce qui intéresse les grandes marques de la high-tech.
le site compare des produits pour le grand public selon leurs besoins… Ce qui intéresse les grandes marques de la high-tech.

Pendant cette année de perfectionnement, craigniez-vous que la concurrence prenne votre idée et la développent plus rapidement ?

Oui, car on voit bien que cette idée circule de plus en plus sur le marché : le client a besoin d’aide à l’achat et certaines autres solutions que la notre sont apparues. Néanmoins, celles-ci sont soit trop techniques, donc ont une approche réservée aux personnes qui s’y connaissent déjà, soit trop simpliste, sans aucune expertise, ce qui amène dans les deux cas à un résultat différent.

Pour pouvoir conseiller les consommateurs, vous avez eu accès à tout le matériel nécessaire comprenant les appareils photo, les ordinateurs, tablettes, etc.

Exactement. C’était une contrainte que nous avions eu au début, voire même une crainte, celle que l’accès aux produit ne soit pas possible. Puis nous avons commencé à convaincre certains constructeurs, ce qui a eu pour effet de rassurer les autres constructeurs, voire même de les motiver : aujourd’hui, certains constructeurs nous sollicitent pour tester leurs nouveaux produits. Même Apple nous fournit aujourd’hui ses produits sans aucun souci.

 Vous avez commencé ce projet en vous basant sur un modèle économique qui a depuis évolué.

Nous avions pensé ce site exclusivement en BtoC où le but était de conseiller le grand public. Finalement, nous nous sommes rapidement aperçus que les constructeurs avec qui nous étions en relation avaient ce besoin-là, car ceux-ci ont des sites sur lesquels ils présentent leurs produits : comme leur gamme est large, ils ont besoin d’aider leurs propres clients à trouver le bon produit. Nous nous sommes également aperçus d’une chose à laquelle nous n’avions pas réfléchi au début : le parcours que l’on offre à l’utilisateur nous permet de comprendre de façon très précise les besoins de cet utilisateur. On va pouvoir non pas seulement savoir qu’un consommateur veut une tablette, mais que celui-ci veut pour un usage particulier, par exemple les jeux, pas pour de la photo etc. On a donc une connaissance très précise qui est quelque chose qui intéresse les constructeurs, mais aussi les distributeurs pour pouvoir ajuster leur offre à leur clientèle.

Soyooz l’aide au choix technologique – startup du mois was last modified: novembre 20th, 2014 by Cédric Jeanblanc

L’occasion : un marché mineur au potentiel majeur

rp_vincent-vandegans-150x1501.jpegCrise ou prise de conscience écologique? Peu importe les raisons, toujours est-il que le marché de l’occasion est en plein boom, notamment depuis la création du Bon Coin. Il représente aujourd’hui 1,4 milliards d’euros en France. Si ce montant peut sembler important, il est ridicule comparé aux 57 milliards d’euros du marché du neuf. Nous nous sommes entretenus avec Vincent Vandegans, digital strategist travaillant notamment pour site-annonce.fr, un moteur de recherche de produits d’occasion. Ce site a récemment réalisé une étude sur le marché de l’occasion, marché sur lequel nous avions justement quelques interrogations…

Vous avez réalisé une étude de marché sur les produits d’occasion, quel est le chiffre d’affaires de l’occasion en France?

En France, le chiffre d’affaires de l’occasion représente 1,4 milliards d’euros, comparé à 57 milliards d’euros pour le marché des produits neufs.

On voit qu’il y a encore beaucoup de marge, 1,4 milliard ce n’est pas grand chose finalement.

Effectivement, il y a une marge de progression gigantesque : le marché de l’occasion a littéralement explosé durant ces 10 dernières années, notamment avec l’arrivée du Bon Coin, et on observe une tendance générale en termes de consommation d’aller vers l’occasion, la réutilisation de produits plutôt que l’achat de neuf, avec inévitablement la notion d’économie qui oriente le consommateur vers l’occasion.

Les arrivées d'e-bay puis du bon coin ont fait décoller le marché de l'occasion.
Les arrivées d’e-bay puis du bon coin ont fait décoller le marché de l’occasion.

Dans ce marché de l’occasion, quel type de produit se vend le mieux ?

Nous avons écarté les voitures et l’immobilier de l’étude, car cela faussait complètement les résultats. Il tirent évidemment le marché vers le haut en terme de chiffre d’affaires. Mais si l’on se concentre sur les produits, ce qui ressort en terme de catégorie, ce sont les vêtements, qui sont des produits très recherchés sur les sites d’occasion. Cela représente en France 15% du volume  total de recherche et de produits mis en vente chaque jour. On  constate également dans cette catégorie une réduction  de 50 à 60% par rapport aux produits neufs. En second lieu, on retrouve l’ameublement (10%), tout ce qui est décoration d’intérieur, meubles etc. Puis viennent les livres (8%). Le reste étant occupé par les autres catégories d’un marché qui est d’ailleurs assez fragmenté.

Parmi ces catégories, on retrouve l’informatique, qui étrangement se vend peu dans le marché de l’occasion.

Exactement, l’informatique se vend très bien dans les produits neufs, mais c’est nettement moins le cas dans les produits d’occasion où il occupe 3 à 4% de parts de marché. Lire la suite

L’occasion : un marché mineur au potentiel majeur was last modified: mars 29th, 2016 by Cédric Jeanblanc

places de marché : bientôt 50% du CA des e-commerçants

Ideoshoppingcart Il y a peu, je me suis rendu dans les locaux d’une start-up de la région parisienne, Shopping Flux, afin de mieux comprendre l’historique et l’évolution de l’e-commerce. Je n’ai pas regretté mon voyage car en effet, j’ai appris beaucoup de choses sur l’évolution du e-commerce en France et dans le monde. D’une part la spécificité de l’Europe et notamment de la France avec sa myriade de petits e-commerçants (quiconque est allé à e-commerce One to One, le superbe événement d’Ingrid Fillon Comexposium à Monaco sait la richesse de cet écosystème). Aussi l’existence de véritables géants du e-commerce en France qui viennent damer le pion au géant Amazon et surtout eBay (qui n’est pas très brillant en France, un comble pour une société co-fondée par un Français). Enfin, le fait que cette spécificité donne un avantage concurrentiel à des sociétés de service comme Shopping Flux, à tel point que celle-ci se tourne maintenant crânement vers le marché américain avec un avantage concurrentiel (elle en profite pour s’y nommer Shopping Feed, outre Atlantique). Comme quoi, être différent des américains n’est pas forcément un désavantage ! Interview avec Olivier Lévy, le patron de Shopping Flux

Revenons d’abord sur l’historique du e-commerce avec une spécificité très forte de la France. Pouvez-vous nous raconter cette histoire des places de marché en France ?

NewImage
Olivier Lévy

L’histoire des places de marché en France est particulière, par rapport notamment aux pays anglo-saxons. Les mastodontes comme Amazon ou eBay se sont d’abord attaqués au marché américain puis ensuite au marché anglophone. Bon an mal an les années passent, et ils ont eu du mal à s’attaquer à un marché comme le nôtre. Du coup, en France des gros mastodontes ont mis du temps à émerger. On a aujourd’hui des leaders comme iBazar qui s’est fait racheter ensuite par eBay, et PriceMinister qui a été racheté par Rakuten. Ces places de marché ont finalement copié le modèle Amazon et eBay. Il y a aussi de gros sites e-commerce comme Rueducommerce, Cdiscount, Mr Good Deal … qui ont eu le temps d’émerger parce qu’il n’y a pas eu le bulldozer Amazon assez rapidement sur ce marché français. Cette spécificité fait que le marché français est plus éclaté pour ce qui concerne les places de marché et les sites e-commerce que le marché anglo-saxons.

places de marché
La France est un des rares pays où Amazon n’a pas réussi à faire la police dans l’e-commerce

Lire la suite

places de marché : bientôt 50% du CA des e-commerçants was last modified: octobre 31st, 2014 by Yann Gourvennec

Le véritable internet des objets vu par des pionniers du Web – Prague

Ce week-end est un week-end particulier : À Prague, des pionniers de l’Internet du monde entier vont se réunir pour débattre du véritable Internet des objets et d’autres sujets que vous pouvez consulter ci-dessous. Parmi eux, Doc et Joyce Searl et Esther Dyson, première présidente de l’ICANN. C’est également d’elle que j’ai entendu pour la toute première fois le mot « Internet » ; c’était sur Channel 4 en 1994. Cet événement qui aura lieu le week-end du 18-19 octobre est organisé par Youstice, la start-up qui offre aux internautes la possibilité de résoudre leur problèmes dans leurs achats online [transparence : Youstice est notre client]. Voici, ci-dessous, les personnalités invitées et le sujet des discussions. Nous vous tenons informés sur visionarymarketing.com et sur LinkedIn où vous pourrez aussi découvrir nos photos.

 

Pragues, République Tchèque
Prague, République Tchèque

PARTICIPANTS:

 

SUJETS:

Conditions générales de ventes et aspects juridiques.

L’Internet des objets.

La sécurité des sites de e-commerce.

La relation entre les économies collaboratives : focus sur l’imact social et la création d’opportunités de résolutions de conflit online.

Implications de l’ODR dans les sites de vente online?

Le véritable internet des objets vu par des pionniers du Web – Prague was last modified: octobre 17th, 2014 by Cédric Jeanblanc