médias sociaux : place à la guerre économique

la lecture du jour …

Ce qui a attiré mon attention, c’est cet article remarquable de Cyrille Frank (repéré via Christophe Asselin de Digimind sur Twitter) qui montre que le terrain de jeu des médias sociaux se déplace. Le fameux « klout » déjà maintes fois débattu sur ce blog devient le terrain de jeu non pas seulement de l’influence mais purement et simplement de l’accès aux avantages, aux meilleurs prix, et de l’employabilité … et donc un enjeu d’éducation … et de pérennité économique pour les Etats. A méditer en ces temps de pré campagne électorales où les médias sociaux me semblent extrêmement discrets, à l’inverse de ce qui s’est passé en 2007. Le temps de la poésie sur les médias sociaux est révolu, de la même façon que la bascule s’est effectuée vers le Web marchand au début des années 2000.

[image « economic warfare »  AttributionNoncommercialShare Alike Some rights reserved par Truthout.org

Mais les usages se déplaçant sur les réseaux sociaux, il fallait trouver de nouveaux critères d’influence. Et les marques ont élu Klout en la matière, quoi qu’on puisse penser de ce choix douteux pour mesurer l’influence sociale. En offrant des avantages à ceux qui dépassent un certain score, elles ne font que renouer l’alliance avec les fameux influenceurs, espérant bénéficier par la suite de leurs relais, car ils ne manqueront pas de s’en gargariser. Les employeurs aussi s’intéressent à la performance sociale de leurs futures recrues. Et privilégient déjà ceux qui ont su développer une certaine audience et dont ils espèrent bien profiter pour diffuser leurs messages, trouver des collaborateurs etc. La compétition au départ purement symbolique pour capter l’attention devient donc de plus en plus concrète. Il y a désormais de vrais enjeux économiques : trouver un job, payer ses achats moins cher… A l’heure où les inégalités de revenus reviennent au centre des préoccupations conjoncturelles de nos élus, cette nouvelle forme de sélection devrait les alerter. Non pas pour tâcher de le réglementer bêtement, par une loi inepte de non-discrimination Twitter à l’embauche. Mais en mettant les moyens sur l’éducation et la formation aux outils sociaux, à commencer par les employés du Pôle emploi. Cyrille Frank aka Cyceron via Klout, la bataille sociale se durcit » Médiaculture.

médias sociaux : place à la guerre économique was last modified: septembre 13th, 2011 by Yann Gourvennec

médias sociaux et entreprises – MEDEF 27 Septembre

[note : les photos sont de Christophe AVERTY, www.christopheaverty.fr – tél : 06.28.51.73.61]

Le 2 Septembre je suis intervenu (voir les photos ci-dessous) aux côtés de Vincent Ducrey, Toufik Lerari et Geoffroy Roux de Bézieux sur le sujet des médias sociaux en entreprise. Ceci préfigure un prochain débat sur ce sujet qui aura lieu au MEDEF île de France, le 27 Septembre et dont voici les détails :

  • Date : 27 septembre
  • Lieu : MEDEF Ile de France 10 rue du Débarcadère, 75017 Paris
  • Thème : « Réseaux sociaux : les (véritables) enjeux »
  • Format : 18h00 à 20h suivi d’un cocktail
  • Public : 200 personnes

intervenants confirmés:

  • Renault : Patrick Hoffstetter, Directeur digital
  • Virgin : Geoffroy Roux de Bézieux, PDG France
  • Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)
  • Vincent Ducrey, entrepreneur, consultant en stratégie, conseiller en mobilisation en ligne, conseiller communication Internet au sein du Gouvernement
  • Toufik Lerari, CEO tequilarapido.
  • Christiane Féral-Schuhl, bâtonnier de Paris
  • Orange : Yann Gourvennec (Président de Media Aces)
  • Marie-Christine OGHLY Présidente du MEDEF Ile de France
médias sociaux et entreprises – MEDEF 27 Septembre was last modified: septembre 8th, 2011 by Yann Gourvennec

livre blanc – Up 2 Social : les blogs d’entreprise ne sont pas morts !

« les blogs d’entreprise ne sont pas morts, ils viennent juste de naître ! » tel est le titre de ma contribution au livre blanc de up2social auquel 7 praticiens des médias sociaux ont participé (voir ci-dessous). Je vous livre ici le début de mon article, n’hésitez pas à télécharger le livre blanc sur les bénéfices des blogs de Up 2 Social, qui est très complet:

les blogs d’entreprise ne sont pas morts, ils viennent juste de naître ! 

Il y a à peine trois ans, ce qui paraît en temps Internet une éternité, je discutai avec un ami professionnel du Web et nous débattions de notre initiative de blogs d’entreprise chez Orange Business Services : « pourquoi se lancer sur les blogs, c’est fini !» me disait cet ami. Il est vrai que la mode – largement inspirée de la dernière élection présidentielle et amplifiée par la ‘république des blogs’ de notre confrère Versac – était derrière nous. Mais c’est juste pour cette raison aussi que cette initiative devenait intéressante, car c’est hors de la mode que l’on peut bâtir un véritable discours ; contrairement à une croyance répandue, c’est dans le long terme que se construisent les initiatives du Web, pas dans l’éphémère et illusoire gloire des projecteurs.

Trois ans plus tard, voyons comment et pourquoi les blogs – désormais relayés et élargis au reste des médias sociaux – peuvent soutenir, développer et magnifier la communication entreprise.

1. Le contenu, créateur de liens forts, remède au cyber babillage

Il a été prétendu que les relations entre individus prenaient le pas – avec l’avènement des médias sociaux – sur les échanges de contenus. Je ne peux cependant imaginer un monde où les discussions entre les hommes font disparaître les débats de fond, les constructions intellectuelles et les échanges d’idées. Il en est de même des marques et de la communication entreprise. Je vois une tendance se généraliser au cyber babillage, où le lien le plus fort avec son écosystème tient au fait de gagner ou non un iPad. Les marques ont de belles histoires à raconter, non seulement sur elles, mais surtout sur les autres, car c’est en montrant leur altruisme qu’elles peuvent créer des liens forts. C’est là que les médias sociaux et notamment les blogs remplissent leur rôle. Ce travail est cependant plus ardu. Il demande de l’implication, de la co-construction et de l’implication au quotidien au sein même des services pour investir ces espaces. C’est un défi certain, car il ne suffit pas de payer un tiers, aussi bon soit-il, pour créer un contenu engageant.

… lecture à poursuivre avec le livre blanc sur les bénéfices des blogs – Up 2 Social.

Quels sont les bénéfices des blogs dans votre communication sur les médias sociaux ?

Partie I : Livre blanc

Les entreprises bloguent; Leurs premiers pas; Choix d’une plateforme; Stratégie d’entreprise; Avant de se lancer; L’écriture sur un blog; Blogs et médias sociaux

Partie II : Témoignages

Développer son business avec un blog; Lancer une alternative au blog; Se positionner en référence avec un blog; Animer une communauté sur un blog; Gérer une relation Blogueur/Marque; Réaliser une veille sur les blogs; Imaginer l’avenir de la communication

7 experts nous ont fait l’honneur de témoigner dans ce livre blanc : Yann Gourvennec (Orange), Christophe Ramel (Kriisiis), Frédéric Canevet (ConseilsMarketing), Ismael Kheir (Lokeo), Gwenola Toulemonde (La Redoute), Manuel Dorne (Korben) et Severine Faurax (Alerti).

Téléchargez le livre blanc – Up 2 Social.

livre blanc – Up 2 Social : les blogs d’entreprise ne sont pas morts ! was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

klout mesure-t-il l’influence ou la capacité à influencer klout ?

à Yellowstone, la pause numérique est o-bli-ga-toire !

Comme nous l’évoquions dans un précédent article, fruit d’une discussion avec Fadhila Brahimi sur la nécessité de faire des pauses numériques, voici le reflet des vacances sur mon score Klout.

On voit sur le schéma ci-dessous, le creux qui reflète ma pause estivale de 3 semaines sans réseaux sociaux. Le système se remet immédiatement à agir dès que la publication de nouveaux articles et tweets a repris.

D’un côté, la nécessité de mesurer – et donc d’avoir un outil de mesure, aussi imparfait soit-il – se fait grandissante (nous y reviendrons bientôt alors que je travaille activement à la préparation d’un tableau de bord à cet effet. D’un autre, la mesure finit par générer l’activité propre à influer sur … la mesure.

Il est difficile de ménager un équilibre …

Klout - descente aux enfers pendant les vacances
klout mesure-t-il l’influence ou la capacité à influencer klout ? was last modified: août 30th, 2011 by Yann Gourvennec

une startup qui débute a besoin d’intuition, pas de marketing !

la lecture du jour …

Est un article de Fred Wilson, un VC de New York, sur le fait qu’une startup qui démarre n’a pas besoin de Marketing. Les startups ont en effet besoin d’intuition, de doigté et de feeling, de « segmentuition » comme j’aime à le répéter souvent, mais pas d’études de marché à prix d’or ni de campagnes d’acquisition, du moins au début. Mais ce qu’il y a de plus intéressant dans cet article, ce sont les commentaires, tous partis d’une attaque de Seth Godin, que je apprécie énormément, comme mes lecteurs le savent déjà… sauf que cette fois ci, je ne suis pas d’accord avec sa remarque. D’une part, la remarque des startupers voulant compenser une mauvaise offre par un « budget marketing » – quelque soit le sens du terme – est vraie et rencontrée quotidiennement. D’autre part, le terme de « marketing »a autant de définitions que de personnes essayant de le définir, et ce n’est ni véritablement intéressant ni important ; le marketing est une discipline très large, qui englobe quasiment tout, et la communication aussi, qui n’est d’ailleurs pas qu’un vilain mot ! Enfin, l’acquisition client, mentionnée par l’auteur, me semble bien une problématique de marketing, et non de communication. Un article qu’il me semble important de découvrir, ci-dessous en Anglais : 

Marketing

You asked for it Arnold and 84 others (so far). So I’m gonna talk about marketing.

I believe that marketing is what you do when your product or service sucks or when you make so much profit on every marginal customer that it would be crazy to not spend a bit of that profit acquiring more of them (coke, zynga, bud, viagra).

A very experienced and successful entrepreneur came into our office a week ago to pitch his latest company. At the end of his pitch he showed us some numbers. Normally for a raw startup we see almost all product and engineering expenses (headcount). But his plan had a monthly budget for customer acquisition. After he left, we talked about his plan and my partners focused on the customer acquisition number. It bugged us. It felt wrong.

So a few days later, I called him. We talked about what we liked about his plan and pitch and what we didn’t like. I brought up the customer acquisition line item at one point in that call. He said « every company needs a marketing budget. » It seemed like a strong reply but in truth not one of our top performing companies had a marketing budget in their initial business plan.

Read on at: http://www.avc.com/a_vc/2011/02/marketing.html

une startup qui débute a besoin d’intuition, pas de marketing ! was last modified: août 30th, 2011 by Yann Gourvennec