e-loue.com, le Priceminister de la location en ligne

DSC_4187Le 22 septembre, je recevai Alexandre Woog – découvert par hasard au détour de LinkedIn – le jeune et dynamique patron de la société e-loue.com. E-loue, c’est un peu le priceminister de la location. Ce site prometteur est déjà une réussite sur un marché en plein essor et que peu d’acteurs traditionnels ont investi, y compris les poids lourds du secteur. C’est le cas notamment de Kiloutou par exemple qui ne s’est lancé que le jour de l’enregistrement de cette vidéo ! Et encore, ils ne permettent, selon Alexandre, que de « réserver leurs produits en ligne » ; Loxam serait quant à lui moins avancé. E-loue travaille avec beaucoup de professionnels et profite de cette explosion actuelle du e-commerce. Zoom sur une future star du e-commerce français et peut être même européen :

[photo Yann Gourvennec : http://bit.ly/picasayann]

la location garantie

L’avantage concurrentiel de E-loue ? Le développement d’une plate-forme technologique qui leur permet la réservation et le paiement en ligne (avec Paypal), soit mieux que ce que font – on ne font pas – les acteurs traditionnels du secteur. Ce qui fait aussi et surtout le point fort du site, c’est que quand on a envie d’une location, dès le premier jour, le débiteur est débité. La société joue ainsi le rôle de tiers payant certificateur, et le dernier jour de la location, e-loue paie enfin le loueur, moins les 15 % de sa location (depuis 2011). L’annonce elle, reste gratuite. On peut donc dire que c’est une sorte de Priceminister de la location, qui assure une location garantie.

Les loueurs sont à la fois des pros, mais aussi de simples quidams qui travaillent selon un contrat de location pré rempli avec les coordonnées à la fois du loueur et du locataire, issues du formulaire d’inscription. La location est aussi assortie d’une assurance, qui permet de garantir l’intégrité de l’objet loué. Quand il s’agit d’une voiture, car e-loue permet aussi de louer sa voiture, c’est la société MMA qui remplit son rôle d’assureur. E-loue est donc, pour les loueurs individuels, un bon moyen de rentabiliser ses achats, pourvu qu’on soit un peu prêteur, et pour les professionnels, le site agit comme une place de marché.

DSC_3646-028-JPEGe-loue permet aussi la location de voitures … et de limousines [photo Yann Gourvennec : http://bit.ly/picasayann]

assurance et prévention des fraudes

Dans le cadre d’une location de voitures par exemple, peut-il y avoir des arnaques à l’assurance ? Par exemple, un loueur et un locataire pourraient-ils s’entendre pour faire disparaître un véhicule afin de toucher la prime ? Selon Alexandre, « ceci existe mais il existe une surveillance statistique qui permet d’éviter les fraudes ». Le but du site est d’assurer la qualité du service aux loueurs et aux locataires dans toutes les annonces.

tout se loue : même les chèvres !

Et le plus drôle c’est que tout se loue, pas seulement des voitures. Il y a un an, e-loue a lancé une opération pour louer des chèvres pour tondre son jardin ! « C’est venu un peu par hasard » ajoute Alexandre Woog, parce que quelqu’un avait mis une chèvre sur le site et que cela avait amusé le webmaster. Mais il y a encore plus gonflé avec un coup de buzz plus récent, et aussi un peu plus douteux, où e-loue a permis de « louer une petite amie » avec un site provoque éponyme loueunepetiteamie.com. Les mauvaises langues diront que la première opération ciblait les légionnaires sans doute …

L’avantage au premier innovateur aurait permis, selon son créateur, à e-loue de devenir leader en e-location en France, même s’il n’est pas seul sur le territoire français, avec zilok.com (ndlr : je n’ai pu vérifier cette information, mais nul doute que les représentants de Zilok sauront se manifester). Le marché bouge beaucoup aux États-Unis (iRent2u, rentacenter.com) mais quand on regarde en Europe, l’occupation du terrain est assez légère ; au-delà, il y a la Nouvelle Zélande, mais à part les ballons de rugby et les moutons … Si l’on omet erento en Allemagne (qui sont plus sur une cible B2B) il n’y a pas grand-chose sur le marché européen, et voici donc une réelle opportunité de croissance pour la jeune société française.

Un peu comme Priceminister, les médias sociaux ne sont pas favorisés pour la communication ; le site, communautaire par nature, préférant sa messagerie interne pour véhiculer les messages entre membres.

La société semble avoir de beaux jours devant elle. « La consommation devient collaborative » ajoute Alexandre Woog, il y a beaucoup de lancements dans ce domaine. « Mais e-loue est un pionnier, et avec la crise qui monte, le site présente une bonne solution pour mettre en relation, faire des économies et dégager du pouvoir d’achat pour les consommateurs » conclut Alexandre. E-loue ne devrait-il pas être dans le programme de nos futurs candidats à la présidentielle de 2012 ?

un peu de calcul … et encore un petit défi

Avec un chiffre d’affaires de €500 000 alors que 2011 est sa première année payante, e-loue va réaliser l’essentiel de son chiffre d’affaires sur les 15 % pris sur les annonces qui elles, restent gratuites.

C’est une petit start-up qui emploie déjà 11 personnes, et le chiffre d’affaires, un peu court pour essayer de faire vivre tant de monde, a dû être complété par une levée de fonds de €500 000. Mais les prévisions sont prometteuses pour l’année qui vient, avec plusieurs millions de chiffres d’affaires selon Alexandre Woog ; la progression du chiffre étant en ce moment étant de plus de 30 % par mois. Si ces chiffres se maintiennent, la croissance devrait être au rendez-vous

Note : un bref calcul sur la base de 40k€ de CA par mois avec 30% de croissance de mois en mois nous amène à 3 millions d’euros exactement ; ceci avec une croissance hypothétique linéaire.

E-loue a résolu avec vista un des problèmes majeurs liés aux sites de location en ligne : la confiance (voir cet article du New York Times). Reste l’autre problème récurrent des sites de location en ligne : la masse critique. Le temps nous dira si e-loue arrivera à le surmonter aussi.

interview d’Alexandre Woog en 3 minutes, fondateur de e-loue.com
e-loue.com, le Priceminister de la location en ligne was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Media Aces : tout savoir sur les « social media guidelines » 25/10/2011

Les inscriptions à la prochaine conférence Media Aces ( 25/10/11) sont désormais ouvertes …

Depuis que les médias sociaux sont devenus des outils incontournables en entreprise, le thème des SOCIAL MEDIA GUIDELINES a pris une ampleur considérable. Comme toujours, MEDIA ACES vous propose de faire le point sur ce sujet crucial à l’aide des témoignages d’entreprises ayant déjà acquis une expérience dans ce domaine…

MEDIA ACES vous invite à une conférence sur les SOCIAL MEDIA GUIDELINES

Le mardi 25 octobre 2011

De 14h à 17h

à l’ESG 6 Ecole de Management, Paris

35 av Philippe Auguste, 75011 Paris

Metro: Nation – Les Boulets

Tarif

=> place seule 30€

=> place avec le livre « Les médias sociaux expliqués à mon boss« : 50€

Réduction de 20€ pour les étudiants (sur présentation de la carte en cours de validité)

Programme

13h30-14h00Accueil café dans les locaux de l’ESG
14h00-14h30Stefano POGLIANI,
Executive Social Business & Web Experience Consultant
Willem GABILLY,
Internal Communications, Social Media and Alumni Relations
14h30-15h00Christelle ALEXANDRE,
Chargée de communication – HighCo Data
15h00-15h30Myriam L’AOUFFIR
Responsable de la communication online du Groupe France Télévisions
15h30-16h00Nicolas SAUVAGE,
Employment lawyer, equity partner
16h00-17h00Cocktail et networking dans les locaux de l’ESG

(Programme susceptible de mofiications mineures)

N’attendez pas la dernière minute et inscrivez-vous dès aujourd’hui!

La salle de l’ESG a une capacité limitée à 150 places, nous ne pourrons donc accueillir qu’un nombre limité e participants, sur la base de premier inscrit, premier servi!

Nos partenaires:

Une fois encore, nous remercions nos aimables partenaires pour leur participation béénvole et leur implication dans l’organisation de cet événement.

Media Aces : tout savoir sur les « social media guidelines » 25/10/2011 was last modified: septembre 28th, 2011 by Yann Gourvennec

les médias sociaux à l’école centrale aujourd’hui

J’ai la chance de participer à une présentation intitulée « Réseaux Sociaux: un atout stratégique pour votre Entreprise ? » qui aura lieu ce soir à Paris à la maison des centraliens, avec Cécilia Durieu et Hervé Kabla. Voici tous les détails. le hashtag de cette conférence sera #ctrsoc11

CENTRALIENS ENTREPRENEURS

Le mercredi 21 septembre, à 18h45

Conférence-cocktail

Réseaux Sociaux: un atout stratégique pour votre Entreprise ?

Maison des Centraliens – Salon Blériot-Eiffel
8, rue Jean Goujon – Paris 8ème  Plan

Les médias sociaux prennent une importance grandissante dans les stratégies de communication des entreprises. Au-delà des techniques et des outils, c’est surtout dans les mentalités et dans l’éthique que les changements sont nécessaires.

Yann Gourvennec, membre fondateur de Media-Aces, fort de son expérience de plus de 20 ans dans les domaines du marketing, de l’innovation et du Web, abordera les points suivants:
*  les médias sociaux professionnels ne se limitent pas à Facebook et Twitter
*  l’obsolescence des recettes marketing traditionnelles
*  10 + 10 Conseils de développement en entreprise
*  sortir du cadre et dynamiser son événementiel
*  ROI : de quoi parle-ton ?
*  quelques exemples de ce qu’il ne faut pas faire

Participera à cette réunion, Hervé Kabla, co-animateur de Media-Aces avec lequel Yann Gourvennec a publié  « Les médias sociaux expliqués à mon boss« .

En début de séance, Cécilia DURIEU présentera eWorky.com, site qui permet de rechercher très facilement un lieu de travail, qu’il s’agisse d’un café avec wifi, d’un poste de travail professionnel, d’une salle de réunion ou d’une salle de séminaire. Le site est entièrement collaboratif donc chacun peut ajouter, modifier, commenter et noter ses lieux de travail favoris.

INSCRIVEZ-VOUS (Membres du Groupement)
INSCRIVEZ-VOUS (Non-Adhérents)

Participation à la conférence-cocktail: 10€
(gratuit pour les membres de Centraliens-Entrepreneurs)

les médias sociaux à l’école centrale aujourd’hui was last modified: septembre 21st, 2011 by Yann Gourvennec

influence numérique : et pan dans le Klout !

La lecture du jour …

Est une petite tricherie dans la mesure où elle émane de mon fidèle ami Hervé Kabla (co-auteur avec moi des médias sociaux expliqués à mon boss) qui a commis un nouvel article sur 01 Net pro, en réussissant l’exploit de caser plus d’ à-peu-près en 1 page qu’Alphonse Allais dans sa vie entière (j’exagère un peu). Pour la faire courte, cet article, qui fait allusion à des débats déjà lancés ici même cet été, dénonce la notion de mesure de l’influence, popularisée par le célèbre site Klout (http://klout.com), en annonçant tout de go : « l’influence ne se mesure pas ». Certes, le célèbre auteur de la phrase qui fait pschiitt a encore beaucoup de crédits d’influence à son actif et pas de Klout ; et il en est probablement de même d’un très grand nombre de personnalités influentes qui ne sont pas bien placées sur les médias sociaux, voire carrément et volontairement absentes (leur Klout à eux c’est le bon vieux Who’s Who ! – voir la bio de Bill Gates à vendre ici).

Même dans le domaine des high tech cependant, on peut trouver le contre exemple qui montre qu’Hervé a raison. En cherchant ainsi dans les personnes que je suis et dont je vois les scores dans Klout, je suis tombé sur … Eric Schmidt himself ! OK, il est directeur exécutif de Google qui a lancé Google+ un peu contre Twitter d’une certaine façon, mais il a quand même un joli réseau (350,000) … qui n’est pas bien fort en Klout : Un petit score de 59 contre 70 ou plus pour le gourou moyen … que personne ne connaît et qui n’a que peu d’influence sur son marché et encore moins au-delà. CQFD !

bizarre, bizarre : comment une "célébrité" peut-elle avoir un score inférieur à un "gourou" inconnu

Savez-vous planter les klouts ?

Ҫa y est, une nouvelle mode débarque dans les cercles branchés de la « social media économie » : le klout (prononcer : kloaoûtt). Ce nom résonne dans toutes les bouches, sur tous les tweets des Community Managers, Web Marketers et autres communicants de la planète. C’est quoi ton klout ? T’as vu son klout ? Mais je fais comment pour faire progresser mon klout ? Après la cloclomania, voici la klout-klout-mania.

2009, année exotique

Dés son lancement en septembre 2009, la petite société qui compte aujourd’hui une quarantaine d’employés basés à San Francisco se fixe un objectif : mesurer l’influence sur les médias sociaux. De quoi sourire… pas à cause du terme médias sociaux, mais du mot influence. Nous voici revenus à l’époque des z’influenceurs de la blogosphère, les p’tits gars qui d’un tweet, d’un post, vont vous booster les ventes comme pas deux.

via Savez-vous planter les klouts ?.

influence numérique : et pan dans le Klout ! was last modified: septembre 20th, 2011 by Yann Gourvennec

médias sociaux : le « retard français » en chiffres

la lecture du jour …

Remonte à quelques mois (Mai 2011) mais n’est pas obsolète et concerne une antienne bien connue, le « retard français » , un sujet qui – voir cet article que j’ai écrit en 2007 – ne concerne pas que les Français, mais que nous affectionnons particulièrement, comme s’il était plus intéressant de regretter son retard que d’essayer de le rattraper. Ceci étant, les chiffres (issus d’une enquête menée par REGUS) valent la peine qu’on s’y attardent … Alors quand même, pour mettre les choses en perspective, les Français parlent français (une langue devenant hélas minoritaire et peu parlée dans les pays dominants), et surtout, n’oublions pas que – même si on nous annonce le déclin américain à longueur d’années – que les Etats Unis représentent encore une bonne moitié du marché high-tech mondial, voire même plus de 60% dans le cadre du cloud computing par exemple (selon Gartner, en 2011). Il faut donc savoir garder ces proportions en tête … et pédaler plus vite pour développer les usages chez nous aussi !

La révolution des réseaux sociaux n’a pas encore pris en France. |

500 millions d’usagers sur Facebook à travers le monde dont 27 millions en France, 200 millions de « tweets » chaque jour dont 50,000 en français, 30 millions d’inscrits sur Viadeo, 10 millions de videos postées sur Youtube chaque semaine.

Les chiffres ci-dessus peuvent surprendre voire faire peur mais ils sont aujourd’hui une réalité que votre entreprise ne peut plus nier.

Facebook, Twitter, Viadeo, Linkedin, Youtube, Flickr, ou encore Foursquare ou StumbleUpon pour les accrocs aux dernières tendances outre-Atlantique. Ces réseaux sociaux vous sont sûrement pour la plupart familiers et pour cause ; il ne se passe plus une journée sans que l’on entende parler d’eux. Et si vous avez pu penser à un moment donné que ceux-ci n’annonçaient qu’un court effet de mode, au risque de vous décevoir, vous vous êtes trompés.

via La révolution des réseaux sociaux n’a pas encore pris en France. |.

médias sociaux : le « retard français » en chiffres was last modified: septembre 16th, 2011 by Yann Gourvennec