Pierre de Taillac: « le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique »

Anthologie du flingage sur Facebook
Anthologie du flingage sur Facebook

Et voici en complément de l’article précédent, en direct de l’auteur – Pierre de Taillac – lui-même, l’intégralité de l’introduction du livre en format pdf.

introduction :
« L’Elite du pouvoir […], par l’intermédiaire des organes d’information qu’elle possède, influence les pensées, les sentiments, les actions de la quasi-totalité. Pour
parodier la phrase de Winston Churchill, jamais tant d’hommes n’auront été manipulés par aussi peu. » Cette assertion, c’est Aldous Huxley qui l’a formulée, en
1958, dans Retour au meilleur des mondes. L’écrivain britannique semblait convaincu que la disparition des « petits quotidiens locaux », et de leurs « milliers d’éditoriaux » exprimant « des milliers d’opinions indépendantes », au profit de gigantesques conglomérats constituait le premier jalon vers une société totalitaire ressemblant au Meilleur des mondes. Force est de constater qu’il s’est trompé. L’apparition d’Internet a bouleversé l’économie médiatique et accouché d’une super agora planétaire. Les citoyens ne sont plus cantonnés dans un rôle passif, comme au temps de la télévision, mais chacun devient, grâce à son ordinateur, émetteur et récepteur…

Alors qu’au XXe siècle, la concentration des médias avait bien engendré une société verticale ou seules quelques milliers d’individus – en majorité des journalistes – pouvaient s’exprimer et toucher le grand public, le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique, dans laquelle chacun pourra faire entendre sa voix. Internet s’impose ainsi comme un formidable contre-pouvoir. Que la justice interdise le livre du docteur Gübler, le médecin de François Mitterrand, et il se retrouve immédiatement sur le web ; que Le Journal du dimanche censure l’information sur l’abstention de Cécilia Sarkozy au second tour de la présidentielle et elle sort sur le site Rue89 ; et que les chaînes françaises refusent de diffuser une vidéo montrant le chef de l’Etat, titubant à une conférence de presse, et elle est postée sur Youtube et visionnée des millions de fois…

Pierre de Taillac: « le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique » was last modified: juillet 19th, 2008 by Yann Gourvennec

Facebook: anthologie d’un phénomène collaboratif

Anthologie du flingage sur Facebook
Anthologie du flingage sur Facebook

C’est un minuscule recueil au format mini poche, un de ces livres qu’on n’hésite pas à mettre dans sa sacoche avant de partir au bureau ou même — c’est plus de circonstances — en vacances. Facebook est un phénomène. Véritable fusée de l’univers Internet, ce site créé en 2004 par des étudiants est devenu le 13e site le plus populaire d’Internet. On se souviendra du rapport de notre ami Amaury de Buchet de Farbernovel qui évoquait (fin 2007) le chiffre de 30 % de la population totale canadienne connectées à Facebook.

Comme tous les phénomènes, les choses les plus délirantes s’y passent. Outre les  » pokes  » (littéralement, taper du doigt sur quelqu’un, virtuellement bien sûr ou les « funwalls » (sorte de tableaux blancs), Facebook est surtout célèbre pour ses applications (voir l’article de Frédéric Canevet) et ses groupes. Ce sont ces derniers que Pierre de Taillac, diplômé de la Sorbonne et du King’s collège de Londres, déjà auteur d’un ouvrage en 2007 sur l’histoire des stupéfiants (doit-on y voir un rapport ?) a décidé de nous décrire de façon ludique en consacrant à chacun de ces groupes une — parfois deux —  page(s) en les regroupant par catégorie et en sélectionnant les plus loufoques.

Le résultat est très réussi. Je me suis pris à lire le livre dans tous les sens (et surtout pas cursivement) et à mettre à rire tout haut, ce qui a conforté ma femme dans l’opinion que je suis devenu fou. Au hasard de mes lectures, citons ici ou là : dans la catégorie « la vérité est ailleurs »,  « Dieu existe et il s’appelle Nutella » :

[…] Nut est venu,
Nut est né,
Nut a souffert,
Nut est mort,
Nut est ressuscité,
Nut est vivant,
Nut reviendra,
Nut est là ! (1841 membres)

ou encore, dans la section « me, myself and I », « je suis connu mais personne ne le sait ! » (139 membres seulement) ou l’excellent « non à la tektonic, oui ou gin-tonic  » (alcooliques associés, 6589 membres). Voilà pour les farfelus, mais le livre laisse aussi la part belle aux « flingages », c’est d’ailleurs son titre, et dont certains très méchants. Les meilleurs sont sans doute politiques. Comme celui-ci : « Françoise de Panafieu a un caniche albinos mort sur la tête » (577 membres) et aussi les groupes qui visent les grévistes, un grand sport national dont nous détenons tous les records du monde : « SNCF, à nous de vous faire préférer l’avion » (64 membres), où le très très méchant « un jour j’embaucherai le fil conducteur SNCF lui ferai payer » (72 membres).

Le nombre de membres d’ailleurs, ne semble pas suivre un cheminement logique. Certains groupes farfelus et quasi surréalistes réalisent des cartons (« j’ai un problème de motivation » 26502 membres ! ) Alors que d’autres, aux sujet plus consensuels et militants semblent au contraire patiner (« un service public au service du public », 3 membres seulement). C’est l’enseignement que l’on peut peut-être tirer de ce livre, au-delà de son caractère amusant, c’est que pour se faire connaître sur Facebook, il ne suffit pas de trouver un bon sujet, il faut être capable de rassembler les foules, et que c’est plus le résultat d’un don personnel que celui d’un calcul (cf. Le livre de Malcom Galdwell, the tipping point). Mais puisque le sujet de ce livre est le « flingage », je finirai par une dernière blague, en précisant que l’éditeur du recueil de Taillac est « Bourin Editeur ». Ceci ne s’invente pas.

Un bon moment à passer avec ce livre et qui ne coûte que € 9.90. Et en plus, il vous évitera de perdre votre temps libre sur Facebook : Ceci n’est certainement pas le moindre de ses avantages.

Facebook: anthologie d’un phénomène collaboratif was last modified: juillet 15th, 2008 by Yann Gourvennec

Comment mettre en place une veille concurrentielle ?

Voici déjà le 1er participant de notre concours de conseils en Marketing (450 € à gagner) ! En effet Laurent Granger de www.manager-go.com a été dans les premiers à nos faire parvenir ses meilleurs conseils. Laurent a d’ailleurs été très productif, car il a écrit un article entier sur la veille concurrentielle.

Comment améliorer la démarche d’intelligence économique dans une entreprise : Cet article s’adresse à de petites structures mais concerne également des départements d’entreprises plus importantes désirant améliorer leur démarche d’intelligence économique.

Il est rare qu’une entreprise ne pratique pas l’intelligence économique (n’est-ce pas monsieur Jourdain ?…). Il s’agit souvent d’actions isolées qui sont mises en place au fur et à mesure des besoins, et qui, finalement, se traduisent très souvent par un amoncellement de données non utilisées par la suite

Les chefs de produit collectent généralement la documentation technique et les plaquettes commerciales des concurrents, les chefs de vente peuvent consigner les prix pratiqués par les autres compétiteurs rencontrés lors de négociations de marchés, un responsable qualité peut souscrire à une prestation de veille automatisée sur les normes d’un domaine…

Comment s’y prendre pour améliorer cette démarche ? Voici une proposition de méthode déjà utilisée avec succès dans le cadre d’une PME.

Cette méthode se focalise principalement sur les parties recueil des besoins, collecte, mise en forme et diffusion de l’information du cycle de l’IE. La partie analyse de données est volontairement non approfondie car relevant le plus souvent de l’expertise du demandeur de l’information. En effet, ce dernier est souvent le mieux placé, surtout dans de petites structures, pour réaliser lui-même sa propre analyse. En revanche, le traitement de l’information, c’est à dire la mise en forme intelligible des données pour une exploitation rapide et efficace, est compris dans cette démarche.

Une méthode qui se conduit en 4 étapes :

La première étape est l’identification des « clients » de la veille. On ne peut raisonnablement pas tout collecter, tout analyser pour tout le monde. Il est souvent plus efficace de commencer petit, faire son expérience et élargir ensuite son périmètre d’action.
Une fois le périmètre cible des utilisateurs défini, il convient de les rencontrer pour mener un diagnostic. Cette étape permettra de lister et comprendre les besoins en information des clients de votre démarche IE, et surtout d’identifier comment ces informations seront utilisées. Prévoir l’exploitation d’une donnée (avant de la collecter) est un excellent moyen pour évaluer sa pertinence et son intérêt. Cette approche apporte également une autre valeur ajoutée : réfléchir sur comment va être utilisée une information permet de définir comment les données devront se présenter.
Une fois les besoins explicités, il faut définir les priorités.

Lire la suite

Comment mettre en place une veille concurrentielle ? was last modified: juillet 13th, 2008 by conseilsmarketing

Les 15 conseils pour rendre son site accessible

ecommerce et accessibilité

Toujours dans le cadre du « Concours de Conseils Marketing 2008 » (avec toujours plus de 450 € à gagner), Grégory Beyrouti de Wizishop nous a envoyé ses 15 conseils pour rendre son site eCommerce accessible ! Toute l’expérience de Wizishop nous est livré au travers de ces conseils pratiques et concrets !

Avant de passer aux différentes étapes qui vous permettront de rendre votre site accessible, je tenais à vous donner deux informations importantes. Tout d’abord, il est impératif de bannir l’utilisation de logiciel dits WYSIWYG (logiciel qui permet de créer directement à l’écran votre site internet sans passer par du code). En effet, les logiciels de ce type ne pourront générer un code propre et respecter (de façon intelligente) les standards du W3C.

Deuxième point, il est difficile à l’heure actuelle de faire un site e-commerce accessible de bout en bout. La raison ? La page de paiement hébergée par la banque ! Les organismes bancaires ont encore beaucoup de progrès à faire dans ce sens et il n’y a que très peu de systèmes vous permettant d’intégrer leur solution dans vos pages…

Voici donc, concrètement, 15 étapes pour rendre son site accessible :

1. Une étude ergonomique est indispensable

Avant même le commencement du développement web, il est très important de prévoir une étude poussée de l’ergonomie. C’est à dire bien réfléchir à l’interface du site et à la présentation des menus pour que l’utilisateur puisse trouver ses repères rapidement. La navigation est facilitée pour l’internaute, le site est donc plus accessible. Lire la suite

Les 15 conseils pour rendre son site accessible was last modified: mai 11th, 2015 by conseilsmarketing

lancement du blog de la sécurité d’Orange Business Services

blog d'Orange Business Services sur la sécurité Ca y est ! De longues semaines de préparation, et nous voici fin prêts pour lancer le blog de la sécurité d’Orange Business Services: l’adresse du blog est le http://blogs.orange-business.com/securite, mais http://blogs.orange-business.com vous y emmènera directement en attendant qu’il soit rejoint par d’autres blogs sur d’autres sujets, dont quelques uns en Anglais.

J’ajoute un lien vers la plateforme de vote Wikio et l’interview sortie dans le Journal du Net ce matin :

Interview au Journal du Net – 01er juillet 2008

Yann Gourvennec (Orange Business Services) : « Nous sommes naturellement positionnés sur la sécurité de bout en bout »

ygourven | depuis 7 minutes

Lespécialiste des solutions de communication d’entreprise lance un espaced’expression et de communication dédié à ses experts en sécurité. Lesdétails du projet. Vous lancez des blogs d’experts, pour quellesraisons ? Notre démarche de lancement de blogs d’experts répond en faità plusieurs objectifs. Il s’agit d’abord de positionner Orange BusinessServices sur des segments innovants où nous sommes …

lancement du blog de la sécurité d’Orange Business Services was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec