Steve Ballmer : « je vois encore beaucoup de papier-crayons ; il y a encore de la place pour l’innovation » #ebg

briefcase-large_thumb1J’ai participé à une conférence organisée par l’EBG à Paris, le 8 novembre, à laquelle Steve Ballmer était convié. Cela m’a pris un bon bout de temps pour traiter mes notes, mais voici enfin les réponses du futur ex patron de Microsoft, qui parfois a répondu à mes interrogations et parfois un peu moins. Certes, indéniablement, Ballmer a réussi à captiver la salle de l’espace Pierre Cardin, pleine à craquer, lors d’une interview très interactive menée par le secrétaire général de l’EBG, Pierre Reboul. Steve Ballmer, c’est à noter, est également membre du Board de l’EBG.

Beaucoup d’interrogations se sont fait jour sur le futur de Microsoft ces derniers temps, notamment eu égard à son apparente incapacité à négocier le marché des mobiles (et on ne peut pas compter sur Bill Gates pour contredire ces interrogations). Cependant, il serait faux de croire que Microsoft a perdu la guerre même si elle a perdu quelques batailles. En fait, le géant du logiciel de Redmond, est encore très fort dans beaucoup de domaines à commencer par l’infrastructure Cloud computing, la collaboration dans les entreprises (plus de 70 % de parts de marché pour SharePoint, sans compter Yammer), les jeux grand-public avec la plate-forme Xbox dont le succès ne se dément pas, et bien sûr, Microsoft Office qui est, qu’on aime ou non, toujours très largement utilisé, malgré une flopée de suites Office plus ou moins gratuites téléchargeables depuis Internet.

Ceci étant, les modèles économiques de Microsoft sont soumis à rude épreuve. Office devient peu à peu un logiciel vendu sur un mode de paiement à l’utilisation avec Office 365, Windows 8 vient juste de ressortir des limbes après un tardif lifting 8.1 longtemps réclamé par les utilisateurs (avec notamment le fameux bouton « démarrer[1] » ; alors où va Microsoft ? Voyons ce que Steve Ballmer, actuel PDG de Microsoft sur le point de partir, nous disait à ce sujet, même si il a réussi habilement à taper en touche sur plus d’une question…

Juste après l’introduction, Steve Ballmer a répondu à une question à propos de la toute nouvelle tablette Microsoft surface 2. « Surface 2 est la preuve que Microsoft est en train de devenir un fabricant de terminaux, et qu’il sort du marché des PC standard » Steve Ballmer a-t-il expliqué, confirmant ainsi l’impression que beaucoup d’analystes ont eue après l’annonce de rachat de Nokia, ou plutôt d’une part de Nokia, comme Steve Ballmer l’a expliqué quelques moments plus tard.

Est-ce que cela veut dire que Microsoft va arrêter de travailler avec des OEMs (traduction : fabricants tiers de matériels) ? « Je le dirais un peu différemment » a répondu Ballmer avec grande habileté : « nous continuerons de travailler avec des OEMs, mais nous produirons plus de terminaux ». Microsoft choisit là une voie radicalement différente de celle d’Apple, et son modèle semble bien plus proche de celui de Google, même si les business models des 2 géants américains demeurent complètement différents.

clip_image001

Steve Ballmer avec Pierre Reboul de l’EBG sur scène à Paris

« Partout où je vais, je vois du papier et des crayons, il y a encore moyen d’innover »

Pierre Reboul, tout en louant les qualités de la tablette Surface 2 s’est interrogé : « comment transformerez-vous cette honnête tablette en un best-seller ? »

« Pour cela, vous avez besoin d’une proposition de valeur d’un tout autre modèle » a expliqué Steve Ballmer. « Ce terminal a pour objectif de vous rendre plus productif ; ça sert à autre chose que juste regarder des films[2]. » En outre, « un apport d’innovation continue est indispensable. À chaque réunion où je vais, je vois encore beaucoup de papier de crayons » a fait remarquer Steve Ballmer. Je vois donc encore beaucoup de place pour l’innovation ». Je ne peux qu’être d’accord avec ça. Il y a 10 ans, je prenais des notes en utilisant l’outil de reconnaissance intelligente de caractères (ICR) de mon mini PC iPAQ. Aujourd’hui, c’est quelque chose qui n’est plus disponible, et je suis encore en attente d’une technologie qui va nous permettre de nous libérer du papier, du crayon et nous laisser prendre des notes dans d’une manière naturelle grâce à la reconnaissance intelligente de caractères. Après tout, si c’était possible il y a 10 ans cela devrait être encore possible aujourd’hui !

Lire la suite

Steve Ballmer : « je vois encore beaucoup de papier-crayons ; il y a encore de la place pour l’innovation » #ebg was last modified: décembre 6th, 2013 by Yann Gourvennec

Webinaire gratuit sur la communication digitale avec ecommerce Live

radio-largeVendredi 6 décembre à 11h précises aura lieu le webinaire ecommerce live autour de notre nouvel ouvrage la communication digitale expliquée à mon boss, sorti fin Octobre 2013. Avec Hervé, nous reviendrons sur les raisons qui nous ont poussées à écrire ce nouveau livre, pourquoi nous n’avons pas vraiment écrit une suite au précédent sur les médias sociaux, sur l’évolution du paysage digital, pourquoi on ne dit plus “numérique”, etc. etc. A vos écrans !

2013 marque le début d’une véritable prise de pouvoir du digital dans le monde de l’entreprise. Des pans entiers de l’entreprise ont déjà pris le parti du digital.

Or, de nombreux aspects du digital comme son langage et son alchimie (mélanges de savoir-faire stratégique, de communication, de création de contenus, de marketing viral, …) restent méconnus par les décideurs d’entreprises.

Yann Gourvennec, visionarymarketing.com et Hervé Kabla, gérant Be Angels, co-auteurs du livre « La communication digitale expliquée à mon boss » animeront une webconférence pour décrypter les aspects méconnus de cette révolution digitale.

Webconférence vendredi 6 décembre à 11h

sinscrire

Webinaire gratuit sur la communication digitale avec ecommerce Live was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec

5 sites marketing à ne pas rater

La sélection du jour ….

1. Le site agile designers tout d’abord : une source d’inspiration pour designers, développeurs et aussi toute personne intéressée à orner son site Web de graphismes de haute qualité au goût du jour. Le site se vante d’avoir 1302 sources de contenus mais je n’ai pas compté.

image

2. Ads of the World et cette remarquable publicité artistique réalisée pour Samsonite et intitulée le Paradis et l’Enfer.

Samsonite: Heaven and Hell

3. Absolument génial : Ce générateur automatique de CV à partir de vos données LinkedIn. Et en plus c’est beau ! (plusieurs modèles disponibles)

image

4. Lifehacker qui semble être une ressource inépuisable de conseils pour les passionnés de techno, et notamment ces recommandations sur les meilleures housses pour iPad. Je n’ai pas retrouvé la mienne !

Five Best iPad Cases

5. Enfin, Kissmetrics qui donne de très bons conseils pour utiliser Twitter dans le cadre d’une veille concurrentielle. Maintenant vous comprenez la valorisation stellaire de la firme à l’oiseau bleu !

5 sites marketing à ne pas rater was last modified: décembre 3rd, 2013 by Yann Gourvennec

Qu’est-ce que le « Digital » ? définition en vidéo

La sélection du jour …

  • tv-smallC’est cette vidéo glanée sur le thème “Le Digital est-il en train de réinventer le Marketing ?” que j’ai trouvée sur le blog de mon ami Hervé Kabla. Il s’agit d’une conférence qui s’est tenue à l’ESSCA d’Angers. Les intervenants de cette conférence du 8 février 2013 étaient les suivants :
  • Laurent Butery , Enseignant à La Sorbonne, expert en parcours client (shopper) ;
  • Sébastien Caron, Directeur Général de Mixcommerce
  • Bertrand Jonquois, Président fondateur de Go Shop.com et expert en marketing mobile
  • Hervé Kabla, Directeur Général de Be Angels, et expert en Médias sociaux
  • Edouard de Miollis, Directeur Webmarketing de Fnac.com
conférence à l’ESSCA sur la définition du digital

… même si à part Hervé je ne suis pas capable de vraiment les reconnaître de loin. Alors qu’est

  • c’est la culture … et la transformation des organisations ;
  • c’est un sujet dont on parle car les agences de communication s’en sont emparé
  • c’est la techno informatique et la dématérialisation et notamment des paiements
  • c’est le 5ème P du marketing mix qui ajoute la dimension “personne” ;
  • c’est le prix … dont les baisses deviennent parfois inquiétantes ;
  • c’est … pareil car le consommateur ne fait plus la différence et la marque doit être présente sur tous les canaux … y-compris sur Facebook ;
  • c’est la connexion de tous les terminaux, en tout temps et en tous lieux, le “ubiquitous computing” ;
  • c’est la fin du travail qui devient une survivance du passé (du moins dans cette forme et sous la forme du salarial) et les inventions digitales du futur ne seront pas consumériste) ;

et dans la réalité, le digital c’est un peu tout ça à la fois et avouons-le … un concept bien délicat à définir, comme en témoigne cette superbe carte ultra confuse (et interactive) de nos amis de Gartner.

Tech Tool Tourist: Gartner's Digital Marketing Transit Map

Qu’est-ce que le « Digital » ? définition en vidéo was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec

Internet des objets : « nouvelle ère de l’électronique grand public » #g9plus

La réunion annuelle du g9+ du 26 novembre 2013 était un must pour moi car elle était dédiée aux objets connectés et le panel des intervenants était de très haut niveau. J’étais donc là au premier rang pour faire mon compte rendu. La « France est bien placée pour devenir leader dans le domaine des objets connnectés » a dit Luc Bretones dans son introduction. Ces objets connectés, on en parle depuis longtemps, et je me souviens même avoir organisé, avec Rafi Haladjian, un petit déjeuner du Web en tout début 2010. Plus récemment LeWeb12 de Loic Le Meur a été dédié à l’Internet des objets. Mais la situation a beaucoup changé depuis lors. Allez à la FNAC et à côté des cafetières électriques (soupirs) vous avez un rayon complet d’objets connectés.

Depuis quelques semaines, je mesure mes pas, mes km et mon sommeil avec ihealth, très pratique pour voir si vous faites assez d’exercice. cela a été une véritable découverte pour moi, je pensais que ces objets connectés étaient pour les poseurs, mais j’ai appris des choses importantes pour ma santé et mon bien-être … encourageant (un peu moins de 60€ à la FNAC)

On y est donc, enfin presque … Les objets connectés, quand on les essaie dans les premiers temps, c’est l’engouement ; puis vient la lassitude (si j’en crois Rafi et aussi mon expérience personnelle), puis la perception des limitations ; le modèle n’est pas complètement fini, mais on sent bien diffusément qu’un nouveau marché prometteur arrive, se crée, sans qu’on sache bien la direction qu’il risque de prendre : certains prônent le tout Smartphone, d’autres l’objet connecté indépendant (“wearable”), d’autres les deux … pas très facile d’y voir encore clair, même si, pour l’instant, comme l’indique Pascal Cagni, ce qui fonctionne, ce sont les objets connectés « qui résolvent un problème à la fois ». Mais ne boudons pas notre plaisir, ces objets n’en sont qu’aux balbutiements et on perçoit avec les intervenants et notamment cette superbe présentation de Pascal Cagni, que l’Internet des objets (IOT ou Internet of Things en anglais) est bien en passe de devenir un des marchés High-Tech majeurs du futur. Voici ce que j’ai retenu de mon passage à la maison des arts et métiers hier soir place d’Iéna :

clip_image001

l’introduction par Luc Bretones

Pascal Cagni : a dirigé Apple en Europe, au moyen orient en Inde et en Afrique

« J’ai eu la chance de vivre les différentes époques, du PC et d’Apple, et ce qui me tient à cœur ce sont les 5 ans d’expérience à Angers où on a repris un entrepôt et on en a fait le leader du PC en Europe. Malgré l’épopée Apple c’est ce sont j’ai été le plus fier » a-t-il annoncé dans son introduction. « Puis je suis arrivé chez Apple au moment où l’action était divisée par 2 et en Octobre 2001 on lançait l’iPod et le reste est connu » a-t-il ajouté.  Puis Pascal a rejoint une « vraie industrie », le DIY, puis Vivendi. De manière plus personnelle il investit aussi sur la curation (pour lui un secteur en plein essor) et la musique et aussi l’Internet de objets (Nest aux US et Netatmo en France, qui sont pourtant concurrents).

Une nouvelle ère de l’électronique grand pubic

Pascal Cagni, chiffres en mains, nous décrit un nouvelle ère de haute technologie grand public : « sur les nouveaux devices, on vit une nouvelle ère de l’electronique grand public à cause de l’Internet mobile. Il y a 1.5 milliards de smartphones aujourd’hui et on passera à 4 milliards en 2020 selon Pascal. Dans 3 ou 4 ans une personne sur 6 dans le monde aura une tablette. Et il y en a déjà 327 millions a aujourd’hui. « C’est bien mais ce n’est pas suffisant car il y a aussi la couverture 4G à réaliser. En 5-6 ans l’industrie des applications est de 5-6 milliards de $ ». Tout ceci pour montrer que nous sommes face à un énorme potentiel, Pascal a assez insisté sur ce train qui démarre et que nous ne devons pas rater.

Surtout en Europe ! Car si nous avions pris une avance sérieuse sur l’introduction de la mobilité 1 et 2G, selon pascal Cagni, « nous (l’Europe, NDLR) avons perdu cette bataille du matériel mobile en Europe » aujourd’hui. La couverture 4G est en retard elle aussi. « L’Europe a eu un très bon départ en 2007-2009, mais elle n’est pas leader aujourd’hui ». Mais ne perdons pas espoir, il y a selon Pascal de l’optimisme et des signes technologiques encourageants que l’Europe pourrait saisir :

  • Le Bluetooth low energy permet de faire 99% de gains d’économie
  • La nanoisation des composants fait qu’on est de plus en plus petits. Il y a des gros mastodontes qui ont raté le mobile et qui se précipitent sur le Nouvel environnement
  • Les composants deviennent aussi beaucoup moins chers
  • IPV6 nous ouvre aussi beaucoup de possibilités avec 34 milliards de milliards de milliards de milliards ou 2 puissance 138 adresses … c’en est fini la restriction de l’ipv4, on peut connecter tout et n’importe quoi (même si cela a fait bondir Rafi Haladjian qui ne voit pas trop d’intérêt à cette démarche purement techno)
  • C’est ce qui permet d’arriver à une nouvelle industrie des objets connnectés

Ce à quoi nous assistons, « c’est une troisième phase de l’Internet ! On a raté la deuxième mais nous avons aujourd’hui la possibilité de tirer profit de cette nouvelle vague » a poursuivi Pascal. Le iOT sera plus important que le marché du mobile a dit encore dit.

Le smartphone le futur hub de l’iOT

La capacité à porter un bracelet pendant 2 ou 3 mois est limitée, selon les participants, et je confirme, car j’ai craqué au bout d’une semaine. Alors « il faut se baser sur le smartphone car les usages sont là ». Le smartphone, on le prend partout et il est partout et c’est aussi un appareil très personnel. On regarde en moyenne 150 fois son smartphone dans la journée a annoncé Pascal, même si au G9plus, surtout ce soir là, nous aurions pu ajouter un zéro !

clip_image002

Wearable ou Smartphone … that is the question!

Les « Wearables » (objets connectés portables)

« 72% de ces actions pourraient réaliser ces tâches à partir de « wearables » déclare Pascal. Mais Apple ne semble pas prêt à lancer ce genre de produits aujoud’hui selon lui, faisant référence aux nombreuses rumeurs sur la montre iPhone. Les « wearables » seront ils le futur du Web ? C’est là la question. Rien que sur ce segment là on parle d’un business de plus de 50milliards de dollars en 2016-2017 selon Crédit Suisse.

Le IOT révolutionnera transports et parking

Le IOT révolutionnera le parking aussi. A Londres on peut déjà utiliser le « pay by phone ». « Bientôt on pourra aussi savoir où sont les places libres » prédit Pascal. Et Google est aussi en train de prendre le lead sur la voiture intelligente (ce rêve là, je m’en souviens, je l’ai rencontré la première fois dans un numéro de Science et Vie de la fin des années 1970… c’est dire que de la science fiction à la réalité …). Le IOT va également créer une rupture dans le monde de l’assurance avec des objets connectés et on devrait atteindre un marché de 55 milliards de $ rien que dans le monde de la voiture, à horizon 2015. Tous ces chiffres mis bout à bout commencent à faire une belle somme !

La maison connectée… enfin !

Pascal Cagni pense également que la maison connectée verra enfin le jour grâce à l’iOT. Vidéo surveillance, alarmes à la maison, gestion du jardin à distance … Tout cela peut paraître anecdotique mais la technologie va aussi au delà en régulant la qualité de l’air dans les maisons, un élément crucial pour la santé des citoyens (c’est le travail fait par netatmo, une société française, qui a créé un thermostat connecté au smartphone). NB : pascal Cagni a investi dans netatmo mais aussi dans son concurrent américain Nest … on n’est jamais trop prudent.

clip_image003

Pascal Cagni au pupitre

La santé n’est pas en reste

La santé est même certainement le domaine où les « wearables » ont eu le plus tôt le vent en poupe. Il a beaucoup été fait mention de Jawbone lors de cette conférence, qui semble avoir créé le buzz, et comme souvent, l’auto-propéthie des marchés High Tech fait que quand on en parle beaucoup, on en achète beaucoup … même quand on ne comprend pas toujours à quoi ça sert. Dans ce domaine de la santé on pourrait envisager, selon Pascal, 26 milliards de $ à 2016.

 

Tous ces chiffres mis bout à bout cela fait beaucoup ! Bien sûr il y a la question des normes et du respect de la vie privée. Mais on peut être sûr que le IOT va changer le marché et pascal Cagni ne voit pas ce marché rester au mains de quelques géants mais au contraire créer une vraie opportunité pour la France qui a des ingénieurs de talent, et déjà 60000 expatriés dans la Silicon Valley (il ne faut pas perdre le Nord, c’est là que ça se passe). Et on a aussi des leaders comme Parrot, Withings … Même si on a encore peur des entrepreneurs en France. Une revue des investissements High Tech montrée par Pascal Cagni donne des résultats en demi-teinte : 36% des investissements vont au RU, 22% seulement en France, mais cela reste le 2ème pays d’Europe. Certes, mais « Berlin explose » selon Pascal, ce n’est pas seulement du buzz. Nous avons des atouts, ce n’est pas une information, mais il ne faudra pas les gâcher… ce n’est pas une information non plus.

Reste à l’avenir de vérifier si tous ces chiffres de marchés sont confirmés par les faits … je ne doute pas des prévisions d’investissement dans ces domaines, nous pouvons nous préparer à des échanges d’argent impressionnants.

Internet des objets : « nouvelle ère de l’électronique grand public » #g9plus was last modified: novembre 28th, 2013 by Yann Gourvennec