Le roaming wi-fi bientôt partout dans nos villes

fon.jpgSi vous avez jamais rêvé d’avoir accès partout en roaming gratuitement et librement (ou du moins pour le prix de votre abonnement actuel) ? Vous n’en avez peut être jamais été aussi prêt. http://en.fon.com/ est un site web communautaire qui vous donne la possibilité de transformer votre modem wifi domestique en hotspot wifi pour le bénéfice de la communauté FON. Notez cependant que tous les FAI n’ont pas passé d’accord avec FON. Rejoindre cette communauté vous permettra d’obtenir également un bon rabais sur l’achat de votre prochain modem wi-fi que vous installerez chez vous et ouvrirez sur le monde comme hotspot public. Cet accès sera offert publiquement aux autres membres de la communauté Fon, les ‘foneros’ qui pourront localiser votre borne grace à la cartographie en ligne fournie sur le site. Cette approche communautaire semble devenir une des voies privilégiées pour le déploiement du wi-fi dans les grandes agglomérations. Elle a ausi le mérite d’apporter un niveau de sécurité supplémentaire dans la mesure où uniquement les autres membres de Fon peuvent se connecter à votre hotspot. Dans Paris, des rumeurs ont fait état (JDD du 3 décembre) que le le FAI Free était en cours de signature avec l’opérateur Wifi Ozone afin de permettre une couverture globale de la capitable dès le début de 2007. S’il est difficile de croire que cette date sera respectée – on se souvient déjà des promesses non tenues de Bertrand Delanoë suite à sa visite à San Francisco et relatée ici dans nos pages anglaises cet été 2006 – je suis néanmoins convaincu que d’ici 18 mois au plus tard, le réseau omniprésent sera accessible depuis la rue, depuis chez soi et bien sûr dans les lieux publics. La méthode préconisée par Free est très différente de celle de FON. Leur approche est de transformer d’autorité toutes les freebox de leurs clients en hotspots, et il est possible que quelques uns se sentent en opposition avec la méthode, même si dans l’ensemble la clientèle de Free est plutôt constituée de techno-enthousiastes, plus prompts peut-être à accepter cette décision. Orange – toujours cité par le JDD – aurait déclaré avoir une meilleure couverture (la part de marché globale d’Orange est voisine à 50%, voir notre rappel de juin ici) , et une riposte encore plus spectaculaire est donc possible. Ceci ne faisant que renforcer mon impression ci-dessus. En résumé, restons en veille, soyons patients, les changements sont en cours, il suffit d’attendre … encore un tout petit peu.

Le roaming wi-fi bientôt partout dans nos villes was last modified: décembre 11th, 2006 by Yann Gourvennec

Construisons le marché avec « We are the Market » (version Bêta)

Génération participationFrançois Laurent, vous le connaissez déjà (si si ce lien Marketing is Dead sur la droite) car il nous annonce depuis quelque temps la mort du marketing (Marketing is dead), en fin pas celle de n’importe quel marketing, mais celle du marketing à grand papa où on vous considère les consommateurs comme des grenouilles décérébrées qui réagissent à des stimuli électriques qu’on appelle publicité de masse. Pour François, comme pour Thierry Maillet (qui sort un bouquin super intéressant sur la Génération Participation chez M2 éditions et que nous commenterons bientôt sur ces pages) le consommateur est un consommacteur (Thierry Maillet). Aussi François a-t-il décidé avec quelques autres de créer un site qui va nous le prouver: « We are the market » va donc nous faire la démonstration par l’exemple de ce que peut construire … et détruire aussi cette génération de la participation. Dans un sens, ce site est un peu l’enfant de Ralph Nader, une évolution et une prolongation naturelle par un médium moderne (l’Internet) d’une idée qui fait son chemin depuis les années 60, c’est à dire au moment même où naissait la société de consommation. Comme quoi la création porte en soi les germes de sa destruction. Souhaitons longue vie à ce site qui est aussi le vôtre bien entendu. Nous nous retrouverons sur ces pages dans quelques semaines pour faire le point.

Construisons le marché avec « We are the Market » (version Bêta) was last modified: novembre 27th, 2006 by Yann Gourvennec

ça bouge dans le marché dormant de l’électroménager

Beertender de Krups en collaboration avec HeinekenPour qui a travaillé dans les secteurs dits du « blanc » (c’est-à dire l’électroménager qui s’oppose au « brun » : tv/hifi/video) il y a déjà quelque temps à l’instar de votre serviteur, ce marché est le symbole du marché saturé. De temps en temps il sort une innovation qui lui permet un rebond dont la vigueur n’a d’égal que la brièveté (appareil à raclette, aspirateur à piles, centrifugeuse, mini cafetières duo, solariums, …). Le meilleur exemple de l’état de saturation de ce marché est le taux d’équipement en réfigérateurs, stable à plus de 95% des foyers français depuis la fin des années 80, ce qui fait que ce marché est entré dans une phase dite de « renouvellement » depuis longtemps (traduction: il faut attendre que le frigo claque pendant une période de forte chaleur, où le compresseur est fortement sollicité). Voilà donc un domaine peu passionnant direz-vous, où le principal changement à attendre est la réduction drastique des coûts et l’optimisation interne. Et il est vrai que c’est ce qui s’est passé lors des 20 dernières années: disparition des commerces indépendants regroupés en centrales et court-circuitage des grossistes, rationalisation des équipes de ventes et regroupement au plan national, rationalisation des marques et raccourcissement des gammes, optimisation des fabrications avec le regroupement sur des plaques (ex: l’Italie pour les machines à laver à chargement frontal, la France pour le chargement par le dessus (une spécificité locale), etc.). Alors, quelle n’est pas ma surprise de voir apparaître des innovations en chaîne dans ce domaine : avènement du « tout à la maison » (JDD du 05/11/06) avec les machines à expresso depuis quelques années déjà – maintenant un véritable phénomène de société – et même un beertender de Krups destiné à intéresser les hommes aux produits du « petit ménager », eux qui en sont des non consommateurs absolus.

Selon Marie Nicot du JDD il ne s’agit plus d’une tendance de surface comme indiqué précédemment mais bien d’un phénomène de fond. Et le gros ménager enchaîne avec 2 nouvelles tendances : L’innovation de marque plutôt haut de gamme initiée par les Chinois Haier (http://www.haier.com/) qui n’hésitent pas à comparer leurs frigos à des produits high tech et à l’extrême inverse le Turc Beko (http://www.beko.com) qui joue les low-costs et propose les mêmes fonctionnalités pour des prix divisés par deux. Même sur ce genre de marchés, l’ordre établi peut donc être bousculé, et force est de constater que les innovations ne viennent pas de chez nous. Serait-ce un signe qu’en ce début de 21ème siècle, il n’y a plus de marché dormant?

ça bouge dans le marché dormant de l’électroménager was last modified: novembre 9th, 2006 by Yann Gourvennec

Bernard Buisson sur Nextmodernity : Pourquoi il est si difficile d’innover dans les grandes entreprises

Bernard BuissonJe recommande cette interview de Bernard Buisson, qui est le co auteur du livre Objectif Innovation (Dunod) avec Silberzahn et al, mais qui est aussi un de mes collègues d’Orange Business Services. Bernard dans cette interview réalisée par Denis Failly de Nextmodernity explique les fondamentaux de l’innovation et aussi pourquoi il est si difficile d’innover en France dans les grandes entreprises. Plus inquiétant, il cite également le fort taux de mortalité de nos petites entreprises innovantes (50% disparaissent avant 5 ans). Voir l’interview en cliquant ici ou sur l’image de gauche.

Bernard Buisson sur Nextmodernity : Pourquoi il est si difficile d’innover dans les grandes entreprises was last modified: octobre 24th, 2006 by Yann Gourvennec

En retard d’un train Gilles Lipovetsky ?

Gilles LipovetskyDans son blog à haute concentration polémique qui proclame la mort du Marketing (Marketing is dead) François Laurent fustige le philosophe Gilles Lipovetsky qui selon lui est en retard d’un train avec son hyperconsommateur (voir l’article précédent). L’analyse est assez liée à la forme: des arguments non démontrables, des avis personnels à base de « je » (je ne le pense pas, j’ai la conviction, …) qui nous éloignent de la preuve et nous situent dans le monde de la tendance lourde, du ‘sentiment’. Lipovetsky aurait raté les nouvelles tendances et n’aurait pas compris que nous « avons changé de monde ». Mais comme le fait remarquer un lecteur dans un commentaire, ce n’est pas Lipovetsky qui serait en retard mais Laurent qui serait en avance. Quoique. Ne serait-ce pas plutôt que – parole contre parole – la réalité ne serait ni blanche ni noire, mais ‘dialogique’ (pour emprunter au vocabulaire d’Edgar Morin), que l’hyperconsommateur de Lipovetsky ne serait pas cet être aussi caricatural, cette sorte de turboconsommateur plongé au sein d’une société turbocapitaliste (Newt Gingrich, in Visionary marketing 1995), ou plutôt pas seulement, car aussi un être empreint de contradictions, qui rejette les marques (le fameux nologo) mais qui les vénère et rejette la consommation tout en la pratiquant à outrance, et veut l’écologie en roulant au diesel etc.

Lire la suite

En retard d’un train Gilles Lipovetsky ? was last modified: octobre 23rd, 2006 by Yann Gourvennec