ENFIN ! LE BOOM DU COMMERCE EN LIGNE EST ARRIVÉ

le boom du ebusiness en FranceLe commerce en ligne en France sera multiplié par trois d’ici 2011. Le commerce en ligne va poursuivre son irrésistible ascension en France et en Europe selon Forrester Research. Alors que près de 13 millions de consommateurs ont fait des achats sur Internet en 2005 (et même 15 millions en 2006), ils seront deux fois plus nombreux en 2011, tandis que les dépenses sur la Toile seront multipliées par plus de trois.  lire la suite de l’article sur visionarymarketing.com

ENFIN ! LE BOOM DU COMMERCE EN LIGNE EST ARRIVÉ was last modified: juillet 12th, 2007 by Yann Gourvennec

l’événement e-commerce 2007 à ne pas rater

ecommerce 2007

ebusiness info

Voilà l’événement de l’année sur le e-commerce. Il a lieu les 11, 12 et 13 septembre 2007, et je ne vais pas le rater. Alors faites comme moi, cliquez sur la bannière ci-dessus et inscrivez-vous, c’est gratuit.

Présentation du salon (texte des organisateurs) :

E-Commerce Paris 2007: partagez la fête de la croissance!  En 50 ans, la distribution n’a connu que deux vraies révolutions : l’hypermarché (1963) et le commerce électronique. Cette seconde vague n’a que 10 ans. Ce sera l’affaire d’une génération. Venez partager cette croissance : 300 exposants, plus de 150 conférences pendant 3 jours : La 4eme « Convention E-Commerce Paris 2007 » sera l’un des plus gros événements sur le E-Commerce en Europe cette année.


l’événement e-commerce 2007 à ne pas rater was last modified: juillet 11th, 2007 by Yann Gourvennec

ASI: Schneidermann en négociation avec des médias étrangers

arrêt sur Images175000 signatures plus loin, la saga d’Arrêt sur Images n’est toujours pas terminée. Et voici maintenant que Daniel Schneidermann annonce être entré dans des […] « discussions […] avec plusieurs médias, français et étrangers, susceptibles d’accueillir notre travail dès la rentrée prochaine. Serions nous obligés de nous exiler en Suisse ou en Belgique pour bénéficier d’un décryptage de nos médias ? On ne sait pas à ce stade si la suggestion de mettre ASI sur Internet lancée par Visionarymarketing sera retenue, mais il semble quasi certain maintenant que nous retrouverons notre émission favorite quelque part dans la médiasphère. Gageons que si l’émission est produite depuis l’étranger, on puisse néanmoins la voir depuis Internet ou le câble. En tout cas, cette information semblerait infirmer l’information précédente sur Ségolène Royale, car bien que le Poitou soit loin de Paris, ce n’est tout de même pas encore l’étranger. Quoique … 😉 Voici in extenso, la « lettre » envoyée par e-mail par Daniel Schneidermann, et reçue ce matin dans nos boîtes :

Chers amis, Je ne peux m’empêcher de vous appeler ainsi, tant vous avez compté dans la vie de toute l’équipe d’Arrêt sur images, au cours du mois écoulé. Vous êtes près de 175 000 qui avez signé la pétition initiée spontanément par l’un d’entre vous, Anthony, et réclamant le maintien de votre émission sur France 5. 175 000 ! Ce mouvement, sans précédent, nous a emplis de fierté et de gratitude. Il justifie pleinement le travail accompli, tout au long de ces années, par notre équipe. Je veux d’abord, du fond du coeur, vous remercier. Nous vous avons beaucoup donné. Vous nous le rendez aujourd’hui, et de quelle manière! Nous vous donnerons encore. Anthony va clôturer cette pétition le 18 juillet prochain (tout le monde a droit à des vacances). Il la remettra alors à la direction de France Télévisions. Si certains de vos proches n’ont pas encore signé, c’est le moment ! Malheureusement, il est peu probable que votre mobilisation soit couronnée de succès. La direction du groupe public a donné maints signes publics de son refus de revenir sur sa décision. Je ne la commente pas ici. Je l’ai assez fait, au cours des semaines écoulées. Mais ne pensez pas pour autant que votre mobilisation aura été vaine. Elle aura d’abord montré la force de la demande sociale d’une critique des médias, exercée au sein même des médias. Cette demande, nous la connaissions. Elle vient de crier, paisiblement, qu’il faudra compter avec elle. Malheur à ceux qui l’oublieraient ! Votre mobilisation aura ensuite poussé puissamment à la résurrection d’une émission comparable à Arrêt sur images. A l’heure où je vous écris, des discussions se poursuivent avec plusieurs médias, français et étrangers, susceptibles d’accueillir notre travail dès la rentrée prochaine. Ne m’en veuillez pas, pour une fois, de rester un peu plus discret que d’habitude, et de faire violence à mon tropisme de la transparence: ces discussions ont besoin d’une certaine tranquillité. Vous serez informés aussitôt que possible sur le big bang blog. Laissez-moi seulement vous dire que tout est encore possible. Vous n’avez peut-être pas fini de vous arrêter sur les images avec nous, sur les écrans de votre téléviseur, ou…de votre ordinateur (ou des deux). Bon été à tous. N’abusez pas de la télévision ! Pour toute l’équipe d’Arrêt sur images, Daniel Schneidermann

ASI: Schneidermann en négociation avec des médias étrangers was last modified: juillet 11th, 2007 by Yann Gourvennec

Le client vraiment au coeur du Marketing Direct ?

Culture BièreJe me suis rendu hier à l’espace culture bière des Champs-Élysées (à l’évidence sponsorisé par Heineken, voir l’image de gauche) à l’invitation de Jérôme Delacroix, auteur du livre Cher Client, déjà commenté sur ces pages, et également contributeur sur visionarymarketing depuis très longtemps. Je vous livre ci-après quelques photos de la rencontre, organisée conjointement par le Cercle du Marketing Direct et Orange Business Services, une ainsi qu’un compte rendu en mode télégraphique, comme toujours saisi directement sur mon ardoise électronique. Quelques réflexions intéressantes, et récurrentes, autour de la réputation des marques sur Internet se sont fait entendre. La capacité du client à prendre le pouvoir sur le Web a semble-t-il posé un certain nombre de questions chez les acteurs du marketing direct. Le marketing direct en effet, est basé sur un mécanisme unidirectionnel, en contradiction avec la logique interactive impliquée par Internet. D’où la question en chapeau de cet article : le client est-il vraiment au coeur du marketing direct ?

À en juger par certaines remarques des participants, on peut en douter, puisqu’il est remarqué que les entreprises « se préoccupent plus de leurs processus internes et de leurs organisations que de leurs clients ». La nécessité d’une relation honnête et équilibrée entre l’entreprise et le client, qui s’est fait jour par le développement de l’Internet et de l’expression libre, est encore un domaine à découvrir, voire à défricher, pour bon nombre d’entreprises, qui n’ont souvent tout bonnement pas les moyens de faire face à ces nouveaux modes de communication client.

L’aspect technologique de la relation client semble également provoquer quelques réactions épidermiques : « ce qui me gêne, c’est que vous pensiez que sans technologie on ne peut s’occuper du client  » la remarque, pour judicieuse qu’elle soit, n’en reste pas moins évidente.

Une dernière réflexion, livrée en vrac autour de la notion de « client roi » la question, se pose légitimement de savoir si l’on doit passer d’un extrême à l’autre, à savoir de la relation unidirectionnelle et autiste, à l’instauration d’un hypothétique « Client Roi », qui déciderait de tout, et qui renverserait le rapport de forces. Peut-être peut-on se poser légitimement la question de savoir si l’on ne va pas trop loin dans l’autre sens, et ceci de me rappeler mes années de débutant en tant que commercial dans l’électroménager, où, fraîchement sorti du collège, je pensais que mon rôle principal était de servir le client, et où je ne me suis aperçu que certains d’entre eux reprochaient à mes supérieurs mon manque de fermeté à leur égard.

Une relation équilibrée avec ses clients (mon exemple vient du B2B, mais sans doute existe-t-il un parallèle à faire avec le B2C), suppose bien entendu du service de l’attention, mais aussi une certaine éducation du client pour lui montrer où ont été les limites à ne pas franchir, pour lui rappeler que son statut de client ne l’autorisait pas à faire n’importe quoi, et ceci également dans l’intérêt de leurs relations. D’ailleurs cette question revient en boomerang sur les remarques qui ont été faites autour de l’affaire Kryptonite, et qui ont démontré le caractère parfois destructif de certaines réactions client (Encore que dans ce cas elle était justifiée, par une faiblesse du produit et un manquement à la promesse commerciale)

Je n’ai malheureusement pas pu assister à l’intégralité de la réunion, et je vous livre donc un compte-rendu un peu tronqué nul doute que Jérôme Delacroix pourra compléter ce compte-rendu sur son wiki Cher Client.

Notes de la réunion (en format reconnaissance de caractères, merci d’excuser les fautes de frappe)

Cher client: Cercle du marketing direct et Orange Business Services

Culture Bière, 65 av des champs Elysées 75008

Date: 04/07/07

Cher client n°1J Delacroix

  • auteur de l’ouvrage Cher client
  • 35 clients interviewés
  • 3 phases: 1) Pas d’intérêt pour le client (ingénieurs) 2) crise => relation clients (uniquement en paroles) 3) depuis les années 90, Internet a fait passer les clients à la pratique
  • Les gens n’achètent plus les beaux discours
  • Déclinaison du livre en Wiki

Orange Business Services (J M Saladian)

  • Question récurrente => comment obtenir une bonne notoriété avec un faible budget ?
  • Coca Cola: les clients écrivent tous les jours sur eux (c’est gratuit). Mais danger. Exemple kryptonite
  • Kryptonite
  • Le buzz: les gens s’envoient des vidéos en milliers d’exemplaires
  • On ne maîtrise pas tout dans la notoriété => il faut être capable de réagir vite
  • Q: les entreprises se demandent si le consommateur prend vraiment le pouvoir et si on peut savoir qui est derrière le commentaire
  • Sécurité alimentaire = un enjeu de taille
  • ICR = Enquête => les consommateurs restent avides de papier (Corroboré par l’interview d’un responsable d’oPodo par Jérôme Delacroix) => les annonceurs restent attachés au mailing papier sauf pour les segments à faible VA (Accor Formule 1 par exemple)
  • JM Saladian: Des tests se font chez Orange sur le code barre 2D et aussi sur le NFC => moyens de remonter des infos intelligentes à partir du papier
  • M-Couponing; on pense qu’il y a un grand avenir
  • Q: les clients sont ils toujours à l’aise avec tous les canaux?
  • Le vrai problème c’est de savoir sur quel canal le client et quand il veut être joint ?!
  • Microsoft => on peut choisir le canal de réponse de la hotline
  • JD: Aquarelle => Quand on se désabonne on peut changer sa fréquence d’envoi des lettres d’infos. Mais est-ce compatible avec les règles de l’opt-in?
  • Ce genre de méthodes permettrait d’économiser 30% des désabonnements
  • Q: le marketing direct elle long terme ?
  • Avis partagés
  • Course à la technologie ?
  • JD: L’aversion des clients a mené au langage naturel : mais est-ce eu rapport oure la demande d’humain des clients ?
  • Saladian: on ne peut pas avoir des humains 24 heures sur 24 7 jours sur 7.
  • L’enjeu c’est de donner au client le choix de canal et du moment
  • Anecdotes :
  • ING => impossible de se faire appeler Madame quand on n’est pas mariée
  • Opérateurs mobiles: Rectification d’erreurs de facturation par Sms
  • => Pourquoi le client n’a-t-il pas le pouvoir ?
  • Servir le client ?
  • SAP: Est-ce que ça sert vraiment à la relation client ?
  • Capitalisation à l’urssaf: les conseillers écrivent et leurs réponses sont visibles des autres sur un simple écran => c’est plus lu que le tableau de stats d’appels
  • Remarque: « ce qui me gêne c’est que vous pensiez que sans technologie on ne peut s’occuper du client »


Cher client n°2Copyright © 2007 http://visionarymarketing.com – some rights reserved

Le client vraiment au coeur du Marketing Direct ? was last modified: juillet 5th, 2007 by Yann Gourvennec

info ou intox ? Segolène voudrait s’acheter sa Web TV anti Sarkozy

Segolene Royal veut-elle acheter Arrêt sur Images ?Suite du feuilleton de l’arrêt d’Arrêt sur images déjà largement commenté sur nos pages. Relayée par Morandini ce matin même sur Europe 1, l’information (mais est-ce une véritable information ?) dont la source semble se trouver chez Marianne . Cela va-t-il encourager les nombreux signataires de la pétition (voir bandeau ci-dessous) ou au contraire les décourager de supporter une émission qui pourrait se transformer en porte-drapeau de la rénovation d’un parti politique ? M’est avis que David Abiker ne serait pas repris si l’information était avérée 😉

Daniel Schneidermann ne dément pas encore sur son blog, et à en lire l’article du 1er juillet sur son licenciement, on comprendra peut-être pourquoi: car il semblerait que c’est en livrant des conversations privées et professionnelles sur son blog que M. Schneidermann s’est exposé en commettant une faute grave. Voilà donc un cas célèbre à ajouter aux nombreux cas précédents (Nissan, petite Angliase, monputeaux.fr,…) et qui montre encore une fois que la parole libre est dangereuse (mais n’est-ce pas là une évidence, et n’est-il pas naïf de croire le contraire).

Attendons donc – espérons-le – le démenti de l’équipe, car si j’applaudis à l’idée d’un arrêt sur images sur Internet (suggérée ici même dès l’annonce de la disparition de l’émission) je suis carrément hostile à l’affiliation de cette émission à un parti politique, quel qu’il fût, et surtout au financement de cette même télé par des fonds publics locaux.

Signez la pétition pour le maintien d'Arrêt sur Images

info ou intox ? Segolène voudrait s’acheter sa Web TV anti Sarkozy was last modified: juillet 5th, 2007 by Yann Gourvennec