téléchargez avec un tweet : « les médias sociaux expliqués à mon boss » sur Locita

C’est la sélection du jour et peut-être du trimestre ! notre livre “les médias sociaux expliqués à mon boss” est accessible en téléchargement via LOCITA.FR qui vous permettra de le lire en le payant avec un tweet. explications :

Écrit par Yann Gourvennec et Hervé Kabla, ce livre est un vrai guide pratique des médias sociaux en entreprise expliqué par des professionnels. Un livre avec des outils et des recettes qui marchent, des schémas et dessins originaux pour mieux comprendre et appliquer, des témoignages de ceux qui mettent en place les médias sociaux en entreprise…

1 tweet pour 1 partie du livre

LOCITA vous propose de télécharger l’ouvrage en échange de tweets. Le livre « Les médias sociaux expliqués à mon boss » sera découpé et diffusé en plusieurs parties. Vous allez pouvoir tweeter l’information grâce à l’application Paywithatweet utilisée au sein des articles pour avoir accès aux documents au format PDF.

Chaque jour, 1 partie du livre

Tous les jours, à partir de lundi 15 janvier, un nouvel article sera publié et une nouvelle partie du livre sera accessible gratuitement sur fr.locita.com, un simple tweet sera demandé en échange.

Vous pouvez également télécharger la version ebook complète sur l’iBookstore d’Apple ou sur Numilog. Vous préférez la version papier ? Profitez de 10% de réduction et des frais de port offerts en utilisant le code promo LOCITA sur la Boutique Kawa.

téléchargez avec un tweet : « les médias sociaux expliqués à mon boss » sur Locita was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

tableau de bord des médias sociaux : décembre 2011 et analyse

Il y a quelques mois, vers la fin de 2011, alors que je donnais un discours sur le ROI/ROE des médias sociaux à la conférence iStrategy d’Amsterdam, je demandais à mon équipe chez Orange de mettre en place un tableau de bord mensuel, plus élégant que celui que nous établissons toutes les semaines sur la base de fichiers Excel plus ou moins bien fichus, et qui cependant serait un bon outil de travail et de décision pour les managers, y-compris moi-même. Et j’en livre ici même la version de décembre, très largement remaniée suite aux justes remarques et critiques de notre ami Philippe Nieuwbourg, observateur avisé de la statistique décisionnelle. Ceux qui le désirent, peuvent revenir à la version d’octobre et vérifier les différences réalisées grâce aux remarques de Philippe de Decideo et de Claude Henri Meledo de Visual Decision.

Comme je le faisais remarquer dans ma présentation d’Amsterdam (voir ci-dessous), ce tableau de bord est en mode apprentissage et le sera toujours. Il est donc amené à changer en fonction du temps. Nous ne désirons pas utiliser ce tableau de bord pour nous vanter que nous sommes les meilleurs, ou pour montrer que nous sommes fiers de nous, mais au contraire pour montrer en toute transparence et humilité notre désir de faire mieux (je livre les chiffres tels qu’ils sont et partage ce fichier en toute transparence, qu’ils soient bons ou mauvais).

Ce tableau de bord, doit se lire également en fonction de la présentation que j’ai faite à Amsterdam (ci-dessus) et qui en donne le contexte. Je vous demanderai donc si vous le pouvez de passer un peu de temps à écouter cette explication qui permet de comprendre ce que nous avons essayé de faire et dans quel contexte nous l’avons fait. J’ai y ai introduit également certaines réflexions autour du retour sur investissement qui me semblent importantes dans ce cadre.

to Klout or not to Klout?

Sur le sujet de la mesure elle-même, un grand nombre de choses peuvent être dites, à commencer par la qualité des mesures elle-même. J’ai suffisamment écrit d’articles critiques sur Klout pour prendre en compte le fait que nous devrons bientôt changer cette mesure. J’envisage de la remplacer assez rapidement par le système TweetLevel d’Edelman, car il faut bien reconnaître qu’une mesure est néanmoins nécessaire ; Edelman fournit une telle mesure de façon assez fiable et surtout autour de laquelle il y a beaucoup moins de bruit, ce qui nous permet de nous améliorer à l’abri des interférences.

engagement rates … what are we measuring here?

En ce qui concerne le taux d’engagement (engagement rate) le problème est encore plus aigu, dans la mesure où la mesure issue de l’outil Social Bakers (dont je ne pense que du bien par ailleurs, c’est un outil très utile) se révèle pénalisante pour nous, car elle ne prend en compte ni les sondages que nous réalisons souvent sur notre mur, ni le fait que nous soyons multilingues et multi pays, et nous nous trouvons donc pénalisés de façon indue. Deux solutions donc s’offrent à nous : la première que nous avons déjà entamée, qui consiste à nous retourner vers Social Bakers afin de faire corriger cette mesure et faire prendre en compte des critères non utilisés aujourd’hui ; la deuxième consiste à créer notre propre calcul de taux d’engagement qui prendra en compte ces critères, et qui viendra pondérer la mesure initiale. A suivre …

Tout ceci pour montrer qu’il faut véritablement avoir beaucoup d’humilité par rapport à ces mesures, mais qu’elles sont nécessaires pour nous aider à nous améliorer (je répète, plutôt que d’essayer de faire de la gonflette) en toute humilité et en restant professionnels. En espérant que ce travail puisse vous être utile, nous le mettons en accès libre sur Internet dans un format creative commons que vous êtes libres de partager et de télécharger (la résolution est meilleure une fois téléchargée).

voici notre tableau de bord de décembre 2011:

tableau de bord des médias sociaux : décembre 2011 et analyse was last modified: janvier 13th, 2012 by Yann Gourvennec

clavardage ZEVILLAGE : c’est maintenant !

La sélection du jour …

C’est le clavardage d’aujourd’hui à 17.00 c’est à dire maintenant (clavardage un néologisme super sympa en provenance du Canada, pour remplacer l’horrible « chat ») sur le thème du « coworking » (pas de francisation pour ce barbarisme là par contre). En partenariat avec zevillage.

Reprise des #Clavze (Clavardage + Zevillage), chats thématiques de Zevillage sur Twitter, le jeudi 12 janvier 2012, de 17 à 18h. Thème : Bonnes pratiques pour animer un espace de coworking.
Ce #ClavZe se tiendra depuis les Rencontres d’Autrans. Pour participer, c’est simple, vous publiez sur Twitter en ajoutant le hashtag #ClavZe.

logo ClavZe

Vous aussi pouvez suivre les échanges en ligne, en temps réel.

clavardage ZEVILLAGE : c’est maintenant ! was last modified: janvier 12th, 2012 by Yann Gourvennec

Les 7 péchés capitaux du marketing digital 2/2

l’interview du jour (2) …

Dans la vidéo précédente, nous avons vu Hervé nous présenter les “ sept péchés capitaux du marketing digital. Dans cette deuxième partie, nous allons nous appesantir sur un des péchés mignons de nos amis marketeurs (experts numériques ou pas d’ailleurs), qui consiste à se reposer uniquement sur ce que l’on appelle le SEM (search engine marketing) et de négliger de faire ses gammes, à savoir optimiser le référencement naturel de son site Web (SEO). C’est ce que Hervé appelle le syndrome de la grenouille. Explications de l’expert :

livreblanc (1)Pour en savoir plus, sur le référencement naturel et lire nos conseils adressés au marketeurs (pas forcément spécialiste du numérique) nous vous recommandons de lire notre dossier dédié à ce sujet.

Les 7 péchés capitaux du marketing digital 2/2 was last modified: janvier 11th, 2012 by Yann Gourvennec

Les 7 péchés capitaux du marketing digital 1/2

L’interview du jour …

… est celle de notre confrère Hervé Bloch, expert en marketing numérique :  en matière de marketing numérique, il y a encore beaucoup d’éducation à faire ! Tant de marketeurs cèdent à la facilité, qu’il est utile de pouvoir rappeler les fondamentaux. C’est ce que fait Hervé Bloch de Digilinx dans ce petit ouvrage essentiel intitulé « les sept péchés capitaux des marketeurs digitaux » et qui décrit les travers les plus fréquents de nox chers confrères, et ce qu’il faudrait faire en regard de chacun de ces défauts de comportement.

Ouvrage essentiel disai-je, à tel point que j’en ai acheté une cinquantaine pour le distribuer autour de moi à chaque fois que j’ai une question fondamentale sur le marketing numérique.

Dans cette première vidéo enregistrée dans mon bureau il y a quelques semaines, en fin 2011, je reviens avec Hervé sur chacun de ces travers :

  • l’orgueil : qui décrit la propension à se focaliser sur la joliesse dans la conception des sites marchands, au détriment de l’efficacité (ceci ne s’applique pas d’ailleurs qu’aux sites marchands) ;
  • la paresse : qui fait tendre beaucoup de marketeurs vers la facilité de l’achat de mots-clés (SEM) au détriment de l’optimisation du référencement naturel (SEO) ;
  • la luxure : où l’on voit beaucoup de marketeurs acheter des adresses de prospects au kilo avant même de savoir ce qu’ils vont faire ;
  • l’envie : c’est-à-dire la propension à bombarder ses abonnés d’e-mails, au lieu d’abandonner le marketing de masse au profit de l’e-mail marketing ;
  • la colère : quand les marketeurs se bardent d’outils qui veulent tout mesurer mais qu’il n’y a pas deux outils (notamment en mesure publicitaire et mesure d’audience) qui disent la même chose ;
  • l’avarice : qui fait qu’on oublie d’investir dans la gestion de la relation client ou la gestion de la relation de ses prospects ;
  • la gourmandise enfin, qui pousse les marketeurs numériques à monétiser tout et n’importe quoi, souvent au détriment de leur propre chiffre d’affaires ou de leurs objectifs non marchands dans le cas où le site ne l’est pas.


>> télécharger le livre blanc de digilinx à cette adresse : http://www.digilinx.fr/les_7_peches_capitaux.html

Les 7 péchés capitaux du marketing digital 1/2 was last modified: janvier 9th, 2012 by Yann Gourvennec