conférence débat sur le management 2.0 à ESCP (31/01)

le débat du jour …

Est celui que l’ESCP organise sur le sujet du management 2.0 (le terme de Social Business ne doit pas encore être répandu).

2.0-largeBien que mon nom n’apparaisse pas encore sur la liste des participants, je serai présent lors du débat suivant, organisé par ESCP à Paris, le mardi 31 janvier 2012 à 8h30 dans leurs locaux du 11ème (M° Saint Maur). Pour ma part, je traiterai de 3 questions qui me paraissent fondamentales :

  1. Avec 2 ans de recul, le Web est-il mort ?
  2. y-a-t-il encore un intérêt à créer un blog d’entreprise ? et faut-il prioriser l’externe ou l’interne ?
  3. intérêt et approche pour les guides de bonnes pratiques des médias sociaux en entreprise (social media guidelines).

il est probable que ces questions en amènent d’autre dans ce débat. On pourrait peut être aussi ajouter “la terminologie dite ‘2.0’  n’est-elle pas le pire ennemi du Web collaboratif et social ?”

imageCollecte et traitement d’information, résolution de problèmes, créativité, choix d’investissement, prise de décision… Avec le Web 2.0, les techniques de management évoluent et glissent vers la communauté, non sans impact sur les missions des managers. Venez en discuter avec Frédéric FRERY, Professeur de Stratégie à ESCP Europe et avec les interventions de nombreux experts…

conférence débat sur le management 2.0 à ESCP (31/01) was last modified: janvier 23rd, 2012 by Yann Gourvennec

Seedbees.com, le réseau social de la vente à domicile

clx0406wit07dg-de-219c8f1A première vue, surtout pour ceux d’entre nous qui ne sont plus tous jeunes, la vente à domicile rappelle les années 60 et 70, période de l’essor de la marque Tupperware. Pour ceux qui sont un peu plus jeunes, la fin des années 80 leur rappellera aussi une autre société du même genre, Amway, productice et distribrice à domicile au travers d’un réseau de vendeurs indépendants, de produits d’entretien. Mais cette vue serait caricaturale, car la vente à domicile est loin d’être morte, et elle pourrait même bien se développer encore, à la faveur de la crise économique qui sévit en ce moment, pimentée d’un peu de Web social. C’est le pari que fait Alexandre Vannier et ses associés avec le lancement de la société seedbees.

la vente à domicile qu’est-ce que c’est  ?

J’ai connu Alexandre dans une autre vie, lorsqu’il était responsable de mon compte chez Grand Union, et j’ai été très content de le revoir il y a quelques semaines avec ce tout nouveau projet qui me paraît excessivement prometteur. La vente à domicile, comme je le dis dans le chapeau ci-dessus, ce n’est pas seulement cette image ringarde de femmes au foyer de plus de 50 ans essayant d’occuper leurs ennuyeuses journées. Il s’agit d’un véritable business qui intéresse de plus en plus de monde, du fait de la crise économique. Tout d’abord, elle permet de se faire un peu d’argent de poche pour compléter ses revenus. Il s’agit d’un domaine, où les sociétés comme Tupperware ont encore 27 000 vendeurs actifs en France. Même s’il s’agit d’un phénomène essentiellement provincial et à 80 % féminin (car il est lié au taux d’activité et au niveau de revenus), nous parlons ici d’un marché total de près de 2 milliards en France (1.7 en 2010), en forte croissance, et qui concerne 120 000 vendeurs à domicile. Attention, la vente à domicile est à distinguer de la catégorie vente en porte-à-porte, de bien mauvaise réputation.

Alexandre Vannier : co-fondateur de Seedbees.com

en moyenne € 1000 par an de revenu annuel par vendeur

Mais on l’a vu ci-dessus, la vente à domicile touche peu le milieu urbain. Voilà le problème que seedbees s’est attaché à résoudre : comment masculiniser et ramener la vente à domicile dans les villes.

Un autre problème lié à la vente à domicile, est qu’au bout de 3 ventes, la plupart des vendeurs s’arrêtent, le turnover est énorme. Prenons Tupperware à nouveau, selon Alexandre, s’ils ont 27 000 vendeurs actifs, le chiffre total de ces vendeurs s’élève peut-être à environ 100 000 par an. Le chiffre d’affaires moyen par vendeur est d’environ € 5100, mais il s’agit d’un chiffre d’affaires seulement et le vendeur ne touche en moyenne qu’environ 20 % de cette somme.

La fédération de la vente directe regroupe 27 entreprises les plus importantes dont Tupperware et en général ce sont des producteurs qui ne vendent que leurs propres produits. Seedbees quant à eux ont pour objectif de s’ouvrir à d’autres fournisseurs de produits, commerçants, grossistes et fabricants. Le but est de trouver les produits qu’on peut goûter, toucher et démontrer. Mais l’intérêt de la petite société qui vient de se créer, n’est pas seulement là. Seedbees se propose également de mettre en relation vendeurs, fabricants et commerçants, et aussi les loueurs de salles et de locaux, car c’est là le problème dans les grandes villes : l’espace dans les maisons et les appartements est très limité, surtout à Paris ; il faut donc pouvoir aider les vendeurs à trouver un lieu convivial et spacieux dans lequel on peut vendre ses produits. Il s’agit d’une transaction gagnant-gagnant dans la mesure où les loueurs de salles et de locaux peuvent aussi remplir leur salle à des moments plus creux de leur activité.

On pourrait donc dire que seedbees se situe à la croisée des chemins entre une place de marché et un réseau social (social au bon sens du terme, c’est-à-dire de la mise en relation d’êtres humains et non simplement d’un logiciel) et en tant que tel, il a des chances de se développer dans les milieux urbains. La crise aidant, on peut prévoir une belle réussite pour les sites comme seedbees, qui a l’avantage de ne pas être seul sur son marché, ce qui est toujours une bonne chose lorsqu’on essaie d’évangéliser, malgré les idées reçues.

autres sites

Seedbees.com, le réseau social de la vente à domicile was last modified: janvier 23rd, 2012 by Yann Gourvennec

La Chine, futur géant de l’Internet (2/2)

Tencent Dazu Building 2

Photo: Tencent Dazu building, Shenzhen, EDG Creatives

Ceci est la 2ème partie de l’article d’Alban Fournier sur l’Internet chinois.  [pour regrouper l’intégralité de l’article, taper http://bit.ly/chinefournier]

Un succès nommé Tencent 

Fondée en Novembre 1998, Tencent a développé en Chine le plus important portail de services Internet et c’est aussi le plus utilisé. En dix ans, Tencent a réussi à maintenir une croissance stable et un rythme rapide.  En 2005, Tencent est entré sur le marché des réseaux sociaux avec QZone (alias QQ) et le e-commerce avec la plateforme PaiPai.com. En 2006, l’entreprise a décidé de concurrencer directement Baidu et Google, avec le lancement du moteur de recherche Soso.

image

photo ci-dessus: le moteur de recherche soso.com search engine: attendez un peu … on dirait que le logo me rappelle quelque chose. Ah! cet art de la copie chinois.

Tencent avec QQ offre les services Internet les plus populaires en Chine et les plus utilisés, avec la plus grande base de clients dans le monde. Les statistiques clés de la plateforme sont un nombre d’utilisateurs actifs de 711 millions  pour la messagerie instantanée (« IM ») et un pic de personnes en ligne simultanément de 145 millions. Les comptes d’utilisateurs actifs de Qzone, un réseau social inclus dans la messagerie instantanée QQ, atteignait 492 millions en 2011. La croissance de QQ Games est de +25% en un an avec un nombre de joueurs en ligne simultanément atteignant 8 millions.

La part du personnel dédié à la R & D du groupe est grande à Tencent.

clip_image002

La société a obtenu des brevets relatifs aux technologies suivantes: messagerie instantanée, achats en ligne et services de paiement, moteur de recherche, sécurité de l’information, jeux, et beaucoup plus. En 2007, Tencent a investi plus de RMB 100 m (RMB signifie renminbi, qui est l’autre nom du yuan). L’entreprise a aussi procédé à la mise en place du Tencent Research Institute, le premier institut de recherche pour l’Internet en Chine, avec des campus à Beijing, Shanghai, et Shenzhen. L’institut se concentre sur le développement de technologies de base. Le chiffre d’affaires de l’entreprise a augmenté de 57% en 2010 comparativement à 2009. De plus, Tencent est désormais plus rentable que Microsoft Online ou Google.

clip_image004

Le « business model » de Tencent est non seulement basé sur la publicité, mais repose en fait essentiellement sur les revenus générés grâce aux utilisateurs et aux ventes en ligne. Le groupe est très bien positionné sur le marché de la monétization des utilisateurs. Par ailleurs, il a déjà une grande base d’utilisateurs dont il peut tirer parti. Les ventes en ligne en Chine sont un marché fabuleux pour Tencent. Nous pouvons nous attendre à au moins une augmentation de 35% par an au cours des trois prochaines années.

La croissance des revenus générés par des micro-transactions virtuelles sera, selon Strategy Analytics, en très forte progression. Par rapport à 2009, le marché mondial sera multiplié par dix-sept en 2015 (de 1 milliard de dollars américains à 17 milliards).

clip_image006

Conclusion

Vous êtes maintenant conscient que l’industrie Internet en Chine et Tencent en particulier, sont en forte croissance en Chine.

Maintenant, vous pouvez vous attendre à ce que Tencent ou une autre entreprise de l’Internet chinois comme Alibaba ou Baidu décide d’aller au-delà de ses frontières pour devenir un des acteurs internationaux de l’Internet mondial.


[1] http://www.cnnic.net.cn/

[2] Tencent corporate website http://www.tencent.com, Alexa

[3] Source: Strategy Analytics, Inc

La Chine, futur géant de l’Internet (2/2) was last modified: janvier 20th, 2012 by Yann Gourvennec

petit déj du 27/01/2012 : 3 retour d’expériences sur le Wiki

briefcase-large

la conférence du jour …

Emilie Ogez me signale l’organisation d’un petit déjeuner par XWiki sur 3 retours d’expérience autour de la mise en place de wikis d’entreprise.

27 janvier 2012 : petit-déjeuner XWiki sur la valorisation de l’information

XWiki SAS, l’éditeur de LA solution d’organisation de l’information XWiki Enterprise, est heureux de vous convier à un petit-déjeuner autour de la valorisation de l’information, au sein des entreprises mais aussi en externe. Ce petit-déjeuner se tiendra le 27 janvier 2012, de 9h à 10h30, à Eurosites Georges V (28, Avenue George V – 75008 Paris).

XWiki SAS a convié trois de ses clients, utilisateurs de ses solutions (intranet collaboratif, bases de connaissances…), à réaliser un retour d’expérience. Chacun d’entre eux vous montrera comment XWiki leur a permis de capter et de partager l’information, mais surtout de l’enrichir et de l’organiser, afin d’augmenter sa valeur.

via PetitDejeunerXWiki27janv2012 – XWiki.com.

petit déj du 27/01/2012 : 3 retour d’expériences sur le Wiki was last modified: janvier 19th, 2012 by Yann Gourvennec

La Chine, futur géant de l’Internet (1/2)

La Chine déchaîne les passions

flickr-2489526032-hdSoit pour s’émerveiller de l’éveil d’une nation devenue en moins de 30 ans l’usine du monde, une promesse qui nous était faite par Alain Peyrefitte dans  les années 70-80 (promesse de peur aussi car le selon le titre “le monde tremblera”) ; soit  pour dénoncer les emprisonnements et la limitation du droit d’expression au travers des anonymes ou du célèbre artiste chinois  Ai WeiWei. Difficile donc d’évoquer l’internet chinois dans mentionner la censure qui s’y opère (voir notre article sur Wikipédia en Anglais). À l’abri de cette censure, de véritables géants de l’Internet se sont développés qui pourraient bien un jour venir s’intéresser à l’Occident qui lui, ignore la Chine superbement ; pour combien de temps encore ?

La Chine d l’Internet va-t-elle s’éveiller elle aussi ? C’est le message que nous livre Alban Fournier, qui connaît bien le système de l’intérieur, dans cet article en deux parties. Le débat est ouvert, je crois deviner qu’il va être intense … 

[pour regrouper l’intégralité de l’article, taper http://bit.ly/chinefournier] –  Attribution drapeau chinois, certains droits réservés, photo de Philip Jägenstedt

imagepar Alban Fournier (http://www.value2020.net) QQ ID: 1557637787 – Twitter : @value2020

Alban Fournier est diplômé de l’Essec Management School in Paris. Son expertise couvre la conduite du changement, le Marketing et le conseil. Il a travaillé lors de diverses missions pour des clients comme Schneider Electric ou Tencent, la star de l’Internet chinois.

La Chine, ce géant de l’Internet ignoré de l’Occident

Quelle entreprise du secteur Internet génère le plus grand nombre de micro-transactions pour des biens virtuels sur une base quotidienne? Si nous leur posons cette question, la plupart des lecteurs occidentaux parleraient, sans doute, de eBay, Google, Amazon ou  Facebook, et ils auraient tort. Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi la Chine est pratiquement le seul pays qui est en mesure de rivaliser avec les Etats-Unis d’Amérique à l’égard de la croissance de son industrie de l’Internet.

La Chine est le pays du monde qui a la plus grande audience sur Internet du fait de la taille de sa population, la plus grande du monde avec plus de 1,3 milliard de personnes. Avec la forte augmentation de son produit intérieur brut, le talent de sa jeunesse, le capital-risque, les entrepreneurs chinois et les grandes entreprises ont maintenant les ressources nécessaires pour concurrencer le monde entier.

Ce qui permet au marché chinois de se démarquer, c’est que l’utilisateur chinois utilise intensivement son téléphone mobile, c’est-à-dire davantage qu’un européen ou un américain. Les chinois n’utilisent pas seulement leurs appareils pour communiquer avec d’autres personnes: ils jouent également beaucoup, et effectuer bien d’autres choses en ligne sur mobile.

Globalement, l’Asie est en avance sur nous à l’égard de l’utilisation des périphériques mobiles, le Japon et la Corée étant les pays les plus avancés. Cette utilisation élevée et toujours croissante de la communication mobile permet aux acteurs locaux tels que China Mobile (70% du marché), China Unicom (HK) (20%) et China Telecom (10%) de prospérer.

[China Telecom phone booth image AttributionNoncommercialShare Alikesome rights reserved by mjaniec]

Selon le CNNIC [1], le nombre total d’utilisateurs d’Internet sans fil en Chine a atteint 302,7 millions à la fin de 2010, représentant 66,2% de la base utilisateur d’Internet locaux. Premièrement, ces taux d’équipement en progression ont été principalement tirés par des infrastructures de données sans fil de qualité supérieure et la disponibilité des applications mobiles telles que les portails WAP, la messagerie instantanée (IM) et les jeux sociaux. Deuxièmement, alors que le texto (SMS) a continué à se développer, l’année  2009 a connu une croissance explosive de plusieurs services dont le micro-blogging qui a émergé comme un acteur majeur des médias sociaux en Chine. Le premier acteur, Sina Weibo, va d’ailleurs s’internationaliser en 2012.

L’industrie Télécom est d’abord une industrie locale en Chine : plus pour longtemps !

Une caractéristique de l’industrie des technologies chinoise est que relativement peu de ces entreprises chinoises ont pros la décision d’aller au-delà de leurs propres frontières. Il y a des contre-exemples avec des firmes comme Huawei qui a maintenant réussi à devenir une entreprise mondiale et possède des clients dans de multiples pays, en fournissant des équipements d’infrastructure et des services aux réseaux des pays du monde entier. Avec l’arrivée de China Telecom sur le marché européen en 2012, cette internationalisation va se renforcer.

Et le gagnant est … Tencent

Pour en revenir à la question posée au début de cet article, le leader mondial de l’Internet en termes du nombre de transactions en ligne au quotidien n’est ni Google ou Facebook. C’est une entreprise chinoise qui s’appelle Tencent.

La seconde partie de cet article est dédiée au succès de Tencent.

… à suivre

________________

[1] http://www.cnnic.net.cn/

La Chine, futur géant de l’Internet (1/2) was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec