Outiz : la start-up de St Gobain qui transforme le groupe

Outiz est un cas d’école de la transformation digitale, ou comme nous le verrons à la fin de cet article, de la transformation avec le digital. Souvent on entend parler de grandes entreprises qui essaient de singer les start-ups, la plupart du temps sans succès. Mais il en existe aussi d’autres qui y arrivent très bien. J’ai ainsi eu la chance d’assister à la présentation de Jean-Jacques Bourhis à Grenoble fin mars 2017 sur la présentation d’Outiz, une filiale à 100% de St Gobain dont il est DG. Il a lui-même passé 14 ans chez St Gobain, avec derrière lui un véritable Itinéraire d’intrapreneur. St Gobain a 350 ans : Louis XIV, énervé par le verre vénitien qui était importé pour son palais a décidé de la création d’une société spécialisée dans le verre dans le village de St Gobain pour faire tous les miroirs de la galerie des glaces et c’est ce qui a mené à la création de ce géant mondial de la verrerie.

Outiz
La galerie des glaces, les vitraux de Matisse etc. etc. Les projets de la vieille manufacture de St Gobain (Aisne) ont été prestigieux et nombreux. Et voici qu’il faut y ajouter maintenant les projets de Web startups
Saint Gobain Outiz
20€ chez Amazon, une superbe rétrospective avec photos couleur

Il serait facile d’ironiser sur ce vieil acteur de l’industrie à la française, et de passer à côté d’une intéressante culture de l’entreprise et de l’intrapreneuriat, très inhabituelle et porteuse de résultats. Comme quoi il serait bien inapproprié d’opposer histoire et innovation.

Saint Gobain (qui n’a pas hésité à publier un superbe livre aux éditions Albin Michel décrivant l’histoire de la société), c’est 170 000 collaborateurs et 98 nationalités avec 40 milliards de € de CA, pour une société qui aujourd’hui couvre tous les secteurs de l’habitat. 48% du CA est réalisé avec des marques comme Lapeyre, la Plateforme du bâtiment et Point P (c’est la division « distribution » de ce géant de la construction). Outiz fait partie du pôle distribution qui lui-même représente 18-19 milliards € de CA.

Outiz : « Internet au cœur de notre métier »

Alors que nous avons tant d’interlocuteurs, y-compris dans la high-tech qui se posent encore des questions existentielles sur l’importance du digital, chez St Gobain, on n’hésite pas : « On est partis du principe que l’Internet était au coeur de notre métier » a expliqué Jean-Jacques Bourhis. C’est ce qui a amené à cette nouvelle initiative il y a 4 ans : outiz.fr, au bout d’1 an de projet. Outiz est donc opérationnelle depuis 3 ans et ramène à ce titre de l’argent à St Gobain. Elle est une filiale à 100% de sa maison mère.

Outiz

Lire la suite

Outiz : la start-up de St Gobain qui transforme le groupe was last modified: mai 15th, 2017 by Yann Gourvennec

télétravail enfer ou paradis ? une nouvelle série avec @openrainbow

télétravail enfer ou paradis ?

Télétravail,  enfer au paradis, telle est la question ? Le télétravail, nous en parlons depuis de nombreuses années sur ce blog et ailleurs, notamment en partenariat avec notre ami Xavier de Mazenod, sur le site partenaire de Visionary Marketing Zevillage. Et pourtant, même à un moment où le télétravail ce banalise et les habitudes des employés changent radicalement, la question de savoir si cette forme d’organisation et les outils que nous utilisons dans le cadre du télétravail sont bien utilisés est loin d’être spécieuse. Nous avons donc travaillé avec Xavier dans le cadre d’un projet que nous menons avec Alcatel Lucent Enterprise (transparence : notre client) sur les outils de communication et de télécommunications, à la croisée de l’informatique et des télécoms, afin de savoir si ceux-ci sont utilisés de manière appropriée et si, les employés, managers et patrons de 2017 faisait de leur vie un enfer ou un paradis avec ces nouveaux outils ?

Votre vie de communicant : enfer ou paradis ?

Votre vie de communicant est-elle un enfer au paradis ? La question n’est pas innocente. Nous sommes entourés d’outils, censés se parler les uns les autres, communiquer les uns avec les autres, compatibles les uns avec les autres. Et ce n’est pas toujours le cas, loin de là. La Vulgate veut que la communication s’est en effet nettement améliorée depuis au moins trois décennies. Mais la vraie question est ailleurs : comment utilisons-nous ces outils ? Dans quel but ? Les utilisons-nous correctement ? Les utilisons-nous à bon escient ? Ou uniquement pour le plaisir de les utiliser ? Voilà les questions qui ont guidé notre réflexion lorsque nous avons commencé notre travail avec Alcatel Lucent Entreprise autour  d’une série de contenus de fond dans le cadre de laquelle nous allons balayer les différents sujets de la communication et de la télécommunication.

Télétravail enfer ou paradis ?

Et notamment de ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui et depuis déjà quelques années la communication unifiée, terme souvent entouré de mystère pour les utilisateurs. Cela appelait justement un travail de fond et de recherche autour de l’utilisation de ces outils. Nous avons réalisé ce travail et le poursuivrons dans les semaines et mois qui viennent avec différents auteurs et influenceurs, et le premier à s’y coller et notre ami Xavier de Mazenod de Zevillage, dont nous sommes partenaires depuis de nombreuses années sur les sujets de télétravail. Et voilà justement d’ailleurs le sujet du jour : le télétravail. Ce télétravail qui bien mis en œuvre, dans un cadre à la fois managérial et technologique approprié peut être un véritable effet multiplicateur de productivité (c’est le côté paradis) ou au contraire porteur de pertes de productivité. Lire la suite

télétravail enfer ou paradis ? une nouvelle série avec @openrainbow was last modified: mai 4th, 2017 by Yann Gourvennec

Notre classement des meilleures méthodes de vente B2B

Dernière étape de notre tour des meilleures méthodes de vente B2B, cet article publié sur le blog de Sparklane résume les méthodes de ventes B2B que nous avons abordées durant 6 mois. De la vente méthodique du Strategic Selling aux conseils explosifs de Jeffrey Gitomer, de la vente par la question du SPIN Selling au hard closing du Selling Fox, toutes ces techniques nées bien avant les années 2000 sont éprouvées, mais parfois mal comprises. Cet article n’est pas seulement un classement subjectif que j’ai réalisé selon les techniques qui m’ont le plus marqué. Il est surtout un mode d’emploi pour combiner toutes ces méthodes et en tirer le meilleur. 

Avant de vous inviter à consulter cet article, j’aimerais revenir sur un point. Cette série d’articles m’a permis de revenir sur une multitude de méthodes qui aujourd’hui font encore autorité. On m’a souvent demandé laquelle était la meilleure. C’est une question difficile, et il n’existe pas véritablement de réponse car il n’existe pas de méthode ultime. Et s’il en existait une, encore faut-il avoir suffisamment de rigueur et d’autodiscipline pour l’appliquer. Car après avoir lu cet article, vous aurez beau avoir pris connaissance des meilleures méthodes de vente, mais allez-vous acheter et lire les livres ? Allez-vous suivre les conseils donnés par les auteurs de ces méthodes ? Au delà des méthodes, la vente est surtout une question d’attitude et d’expérience.

C’est pourquoi j’aime beaucoup la méthode du Selling Fox, de Jim Holden, où l’attitude du vendeur est passée au microscope. Il décrit le vendeur à succès comme un « hard-closer », un commercial qui n’a pas peur de prononcer les mots « achat », « coût » et « investissement » devant le prospect, et qui ose prendre son téléphone pour appeler le client, plutôt que de le laisser « respirer » (c’est-à-dire partir voir un autre commercial). C’est ainsi qu’un vendeur a du succès, en étant proactif voire hyperactif, en exploitant toutes les occasions qui se présentent à lui, en avançant intelligemment dans la vente sans laisser de moment de latence. Mais également en aidant ses collègues, en donnant des conseils pour faire profiter son expérience aux autres, en cherchant aussi à aider le client avant de vendre le produit.

Lire la suite

Notre classement des meilleures méthodes de vente B2B was last modified: avril 18th, 2017 by Yann Gourvennec

Transformation Digitale des Assurances : Le Cas Aviva

La transformation digitale des assurances n’avait pas encore été traitée sur ce blog. Voici cette erreur réparée, grâce à l’intervention de Maxime Truchard, CTO (Chief Technical Officer) d’Aviva, lors du superbe événement Assur & Bank 2017 organisé les 23 & 24 mars par nos confrères et partenaires de CCM Benchmark group. J’ai eu la chance d’animer une superbe table ronde avec 3 CDOs et juste après, le temps de poser mon laptop et de l’ouvrir, la présentation de M. Truchard est arrivée comme un point d’orgue sur cette matinée. Aviva est le nouveau nom de Norwich Union pour les plus anciens qui connaissait la fameuse firme anglaise qui s’était rendue célèbre par un contrat décès qui faisait sa spécialité. Les temps ont bien changé, et la transformation digitale est passée par là, très orientée métier, et c’est pour cela que j’ai choisi de relater la présentation d’Aviva, car elle est véritablement représentative et inspirante.

transformation digitale des assurances

Aviva, candidat à la transformation digitale des assurances

transformation digitale des assurances

« Aviva est une société d’assurances, non présente dans la banque, qui commercialise à la fois des assurances vie et des contrast d assurance » nous a expliqué Maxime Truchard. D’origine anglaise, elle s’est construite par acquisitions successives avec une intégration assez douce, même si le groupe cherche de façon plus en plus importante à imposer mondialement son image via le digital. Le groupe est puissant, mais en France, Aviva n’est « que le 13ème assureur local » et donc, selon Maxime Truchard, on pourrait la comparer à une grosse PME. Le groupe d’assurance multi produits, distribue principalement des Assurances Vie en France mais cela n’empêche pas Aviva de devoir « gérer toute la gamme dans sa complexité » a précisé le CTO de l’assureur. C’est une obligation nous a-t-il expliqué : « Que ce soit dans la banque ou l’assurance il faut gérer tout le stock sans oublier la traçabilité ». C’est aussi affaire de réglementation sur ces secteurs.

assurances tranformation digitale
Maxime Truchard lors de sa démonstration : accompagner clients et employés dans ce nouveau monde, voilà un joli programme

 

C’est un groupe complexe qui fonctionne en réseau, via des agents généraux et des courtiers (dans ce cas ce n’est pas Aviva qui gère le client, mais le partenaire). Ils sont aussi assureur de l’Afer et actionnaire de l’UFF (association de CGPI, les conseillers de gestion en patrimoine).

Lire la suite

Transformation Digitale des Assurances : Le Cas Aviva was last modified: avril 4th, 2017 by Yann Gourvennec

Sécurité des SI : 4 points pour sécuriser votre transformation digitale #bigdataparis

C’est sous les auspices de la sécurité des SI que s’est réalisée l’ouverture de la conférence Big Data Paris de 2017 (dont Visionary Marketing est partenaire médias) s’est réalisée. Le premier invité était en effet Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information. Car la sécurité informatique n’est pas un gadget, et elle est parfois abordée avec légèreté par certains professionnels du Web, selon M. Poupard, alors que les menaces sont réelles. Un discours mesuré et incitatif dont je n’ai rien raté. 

La sécurité des SI ne devrait pas être le sujet de tensions entre vieux et nouveaux informaticiens

Il existe des menaces certaines et sérieuses sur la sécurité des SI car le monde est devenu entièrement digital (le sujet de notre prochain ouvrage qui sera lancé le 16/03/2017 « le digital expliqué à mon boss »). « Mais ce qui est surtout ce qui est intéressant est comment on fait pour éviter ces problèmes de sécurité et de confidentialité de l’information » nous a dit Guillaume Poupard dans son introduction. « La transformation numérique ne se fera pas sans la sécurité » a-t-il poursuivi. Et de faire remarquer, à juste titre qu’on a trop souvent opposé les deux. La frontière se décale et « on rencontre trop d’informaticiens classiques en opposition aux acteurs de la transformation numérique » nous explique le directeur de l’ANSSI. Cela ne devrait pas être.

Sécurité des SI à l'heure de la transformation digitale
Une assistance concentrée et nombreuse pour cette nouvelle édition de ce superbe salon dont – cette année – nous sommes partenaires

Le paradoxe sécuritaire de la transformation digitale

C’est que selon lui, nous vivons dans un paradoxe de la sécurité des SI: « les menaces sont fortes mais jamais les parades n’ont été aussi simples » a expliqué Guillaume Poupard. Les menaces sont différentes et les responsables sont plus proches de la mafia que des Geeks fabricants de virus des anciens temps de l’IT. « Les criminels, la mafia et les trafiquants en tout genre vont vers le digital » nous a-t-il dit car « comme pour vous, c’est un nouvel eldorado des criminels ». On parle de milliards d’euros pour de simples groupes de malfaiteurs et il faudrait même imaginer que « ce sont de petites startups ». De quoi être inquiet assurément mais les parades existent, rien ne sert de paniquer, il faut rester rationnel.

Lire la suite

Sécurité des SI : 4 points pour sécuriser votre transformation digitale #bigdataparis was last modified: mars 6th, 2017 by Yann Gourvennec