En finir avec le syndrome de l’imposture…

Aujourd’hui, peu de femmes osent l’aventure de l’entrepreneuriat dans le monde du numérique. En effet, moins de 20% des entreprises numériques et tech sont cofondées et/ou dirigées par des femmes et seulement 32% des femmes se lancent dans la création d’entreprises, tout secteur confondu.

A quoi doit-on ce (trop) faible chiffre ? S’agit-il là du fameux syndrome de l’imposture ?

Concept apparu en 1978 grâce aux travaux menés par deux chercheuses à l’Université de Géorgie, Pauline Rose Clance et Suzane Imes, le syndrome de l’imposteur (ou syndrome de l’autodidacte) est le sentiment de n’avoir aucune légitimité dans les actions qu’on entreprend (et qu’on réussit). En effet, certaines personnes (particulièrement les femmes) ne s’attribuent jamais les mérites des succès qu’elles remportent. Ce ne sont jamais à la seule force de leur talent qu’elles ont réussi mais bien grâce à des éléments extérieurs : chance, immense charge de travail, un client très sympa… Elles craignent que leur incompétence soit découverte et qu’elles soient accusées d’escroquerie. Majoritairement de nature professionnelle, ce syndrome toucherait environ 70% des individus à un moment ou à un autre de leur vie.

Comment faire évoluer ces chiffres et ces mentalités ?

C’est la question clé à laquelle tentera de répondre Girlz In Web, association française pour la promotion et la valorisation des femmes dans le numérique, qui organise, en association avec le Numa, la conférence « En finir avec le syndrome de l’imposture ». GirlzInWeb réunit pour l’occasion un panel de personnalités, hommes et femmes, qui partegeront leurs expériences et bonnes pratiques pour lutter contre ce sentiment d’imposture. Cet événement est soutenu par le programme 40Forward de Google for entrepreneurs (plan de soutien aux femmes entrepreneurs) dans le cadre de la Masterclass Mind The Gap qui a proposé pendant un an et demi 15 conférences dédiées à l’entrepreneuriat.

s'inscrire gratuitement

Programme
19h : Intro NUMA et Girlz in Web + explication du cycle de Master Class et restitution des metrics + annonce de la saison 2 des masterclass.

19h15 : Françoise Vouillot, enseignante chercheure en psychologie de l’orientation, membre de la commission « Lutte contre les stéréotypes sexistes et la répartition des rôles sociaux » au Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes »

19h30 : Olivier Ezratty et Marie-Anne Magnac présenteront « Quelques femmes du numérique » projet photographique qui contribue à la construction de rôle-modèles pour casser les stéréotypes.

19h45 – 22h: Table-ronde : “Favoriser concrètement la mixité : où en sommes- nous dans le numérique?
Modératrice : Emmanuelle Larroque, fondatrice et directrice de Social Builder, association dont le but est de faire progresser la mixité femmes-hommes

s'inscrire gratuitement

Speakers:
Jérémy Clédat : cofondateur de Welcome to the Jungle, plateforme d’emploi orienté candidat pour les entreprises à forte croissance
Valentine Ferréol : Senior Manager en transformation et opérations numérique, présidente de l’institut G9+
Olivier Mathiot : cofondateur et PDG de Price Minister, cofondateur et co-président de France Digitale
Sandrine Murcia : cofondatrice de Spring Lab et présidente de Paris Pionnières
Franck Perrier : Fondateur & Directeur Général Idaos et Digital Academy, cofondateur de Eyeka

RDV le 16/09 à la conférence Girlz In Web & Numa « En finir avec le syndrome de l’imposture »

Lieu de l’événement :
NUMA Sentier
39, rue du Caire
75002
PARIS

En finir avec le syndrome de l’imposture… was last modified: septembre 15th, 2015 by Natacha Heurtault

Twitter, outil de communication pour leaders

La bataille de l’audience fait rage entre les grands réseaux sociaux pour qui utilisateurs, abonnés ou amis sont autant de moyens de séduire les annonceurs, vendre de l’espace publicitaire et atteindre la rentabilité. Dans cette bataille Twitter ne semble pas en bonne posture. Entre démission du DG et cours de bourse au plus bas en Août 2015 il y a de quoi s’alarmer. Sans parler des chiffres insolents affichés par Facebook et son milliard d’utilisateurs en une seule journée le 24 août 2015.
Pourtant il y a un domaine dans lequel Twitter excelle et qu’aucun Facebook ou LinkedIn ne pourra jamais lui enlever: c’est d’être un outil de partage des événements en temps réel inégalé et inégalable. Twitter donne un accès universel, ouvert et direct à l’information.

Lundi 7 septembre 2015 par exemple, toute personne intéressée pouvait suivre en direct la conférence de presse du Président de la République sur Twitter via le hashtag #ConfPR. Un peu vexant sans doute pour les journalistes qui perdent ainsi le monopole de la primeur de l’information mais très agréable pour les citoyens lambda qui peuvent ainsi accéder à l’information sans attendre que les journalistes aient mis en ligne leur article, voire sans attendre que le journal soit imprimé. Avec Twitter, la conférence de presse du Président n’est plus seulement réservée aux journalistes. Elle est même commentée en live par des twittos et leur humour incomparable. Comme Benoit Gallerey (@bengallerey) qui interpelle innocemment le Président de la République sur un sujet trop souvent éludé. « Pour quand les frappes aérienne sur ceux qui confondent degrés Celsius et degrés Fahrenheit…» demande-t-il à tout hasard.

Le hashtag #ConfPR affiché sur le pupitre présidentiel

Le compte Twitter de l’Elyséee (@Elysee) et le hashtag « ConfPR » sont bien mis en avant sur le pupitre d’où s’exprime le président. N’est-ce pas une belle reconnaissanc de l’importance de Twitter? Ce hashtag est relativement récent puisqu’il n’était pas présent lors de conférence de presse de Novembre 2012 :

conf-PR-Nov-2012-No-Hashtag

Le #ConfPR fait son apparition officielle sur le pupitre du président en Mai 2013 :

hollande-conf-mai-2013-Arrivée-du-Hashtag

Twitter : lieu de leadership et d’expression spontanée des dirigeants

Twitter est l’outil de communication roi des VIP, des hommes politiques, des leaders et autres influenceurs en tout genre. Ceci explique sans doute que ette année comme l’année dernière l’équipe de Twitter France était présente à l’#uemedef15 (Université d’été du Medef 2015) pour aider « les entreprises françaises et leurs dirigeants dans leur digitalisation ». But des ateliers : montrer à l’aide d’exemples concrets comment Twitter peut aider un dirigeant à « incarner son entreprise, accroître sa réputation, influencer les débats et rapidement désamorcer des situations de crise. »
Plusieurs études ont déjà montré que les patrons qui tweetent apprécient particulièrement cet outil qui leur permet de s’exprimer sans détour. Cf l’étude Ipsos-MediaAces de 2013 qui avait montré que « Les dirigeants qui utilisent Twitter le voient d’abord comme un espace de liberté unique, qui casse les schémas habituels de la communication Corporate et leur permet de s’exprimer spontanément et immédiatement, au risque parfois de court-circuiter le département Communication de l’Entreprise. »
Justine Ryst (@JustineRyst), directrice du développement de Twitter France qui animait l’atelier au Medef fin Août 2015, a illustré cela par l’analyse comparative du compte Twitter de la société Orange (@Orange) et de celui de son PDG, Stéphane Richard (@SRichard).

Depuis le 1er février 2015, le compte @Orange a émis 814 Tweets. Sur la même période, Stéphane Richard en a émis 37. En additionnant les deux comptes on voit que Stéphane Richard émet 4,35% du total des tweets de l’entreprise Orange. Pourtant si l’on regarde la part de voix (le nombre d’impressions du tweet), on voit que les Tweets de @SRichard représentent 24% du total des Tweets vus des comptes @Orange & @SRichard confondus. CQFD. Stéphane Richard (@SRichard) tweete beaucoup moins que le compte corporate de Orange mais ses tweets ont une portée, un impact, beaucoup plus grands.

 

slide-Twitter-S-Richard-Orange

« La voix du dirigeant qui exprime ses opinions personnelles a donc un poids important dans la communication d’une organisation » conclut Justine Ryst.

Lire la suite

Twitter, outil de communication pour leaders was last modified: septembre 14th, 2015 by Natacha Heurtault

l’ innovation et ses secrets bien gardés (par le G9+)

Comment générer une innovation efficace sans innover dans le management même de l’innovation ? C’est ce que le G9+ a voulu explorer en clôture du Salesforce World Tour Paris le 25 Juin 2015 lors de la conférence « L’innovation a ses secrets, partageons-les. » Le compte-rendu ci-dessous a été rédigé par Bruno Dumont, du G9+, les enseignements sont nombreux, les voici livrés en format brut aux lecteurs de Visionary Marketing

Secrets d’innovation par les femmes et les hommes du terrain

l'innovation : une route toute droite et pourtant chaotique
l’innovation : une route connue et pourtant les habitudes sont tenaces et la route chaotique
  • Bénédicte de Raphélis Soissan: PDG et Co-fondatrice de Clustree
  • Stéphanie Delestre: PDG et Co-fondatrice de Qapa fr
  • Yann Glever, directeur de l’innovation de Deloitte France
  • Franck Nouyrigat, co-fondateur de Startup Weekend
  • et Alice Zagury PDG de The Family, comme animatrice du débat

A retenir :

  • Seniors/Jeunes, Homme/Femme : ces dimensions de la diversité disparaissent. Ce ne sont plus des enjeux
  • Start-ups/Grands groupes : c’est l’axe sur lequel développer des complémentarités
  • L’avantage pourrait être entre les mains des grands groupes s’ils savent :
    • apprendre à gérer leurs talents aussi bien que les diplômes
    • entretenir un doute sainement perturbateur sur la durabilité de leur modèle d’activité

De multiples formes de complémentarité à développer entre start-ups et grands groupes

La complémentarité à reconnaitre et à exploiter serait alors celle qui sépare encore les start-ups et les grands groupes. Ce besoin est-il ressenti aujourd’hui ?

  • Yann Glever assure que oui, citant le cas de Storms, outil de créativité que Deloitte France a présenté aux autres bureaux du cabinet en Europe.
  • Pas vraiment en France où la solidarité reste encore limitée, nous dit pourtant Stéphanie Delestre : « impossible de joindre un grand patron. Ou alors, il faut se présenter après avoir décroché un contrat chez Google !» alors que le Directeur du Port de Hambourg, par exemple, est prêt à recevoir sans a priori une jeune entrepreneuse.

Les grands groupes apprennent à regarder à l’extérieur

Franck Nouyrigat estime que peu de groupes remettent encore en question leur business model. Pourtant le taux de rotation au sein du CAC 40 reste très faible, ce qui démontre une capacité à résister aux menaces des nouveaux entrants. « Une grande entreprise est structurée pour exploiter un modèle d’activité », mais elle sait aussi acheter de la propriété intellectuelle, un produit, l’accès à un marché si nécessaire …
Sur une note sainement discordante, Franck Nouyrigat affirme que « l’avenir viendra des grands groupes » ; « ils seront les leaders de l’innovation basée sur les talents ». Lire la suite

l’ innovation et ses secrets bien gardés (par le G9+) was last modified: juillet 8th, 2015 by Natacha Heurtault

L’innovation a ses raisons que la raison ne connaît pas

Conférence G9+ en partenariat avec Salesforce le 25 Juin 2015 à 18h30 à Paris Expo Porte de Versailles

Une conférence exceptionnelle aura lieu le 25 juin à 18:30 au parc des expositions de la porte de Versailles. Le G9+, think tank du digital, y organise, en partenariat avec Salesforce, une conférence sur l’innovation qui vaut le déplacement à plus d’un titre. Le thème de la conférence : l’innovation et ses secrets révélés par ceux qui la vivent au quotidien et qui, du Startup Weekend, à Qapa, Clustree, L’Oréal, Deloitte ou The Family en sont des acteurs quotidiens. Mais au-delà du thème ce sont les intervenants eux-mêmes qui méritent le détour.

s'inscrire gratuitement (1€ symbolique) - conférence innovation du G9+

25 juin bis

Modératrice: Alice Zagury, PDG de The Family. Intervenant(e)s : Bénédicte de Raphélis Soissan: PDG et fondatrice de Clustree Stéphanie Delestre: PDG et Co-fondatrice de Qapa.fr, Laurence Kerjean, directrice du e-business, L’Oréal Paris France, Yann Glever, directeur de l’innovation de Deloitte France, Franck Nouyrigat, co-fondateur de Startup Weekend

Une modératrice de choc : Alice Zagury, « wonder-woman de la high-tech française» PDG de TheFamily, un accélérateur de start-up qu’elle a cofondé avec Oussama Ammar et Nicolas Colin, et qui est actionnaire de 200 start-ups. Anti-langue de bois elle dit d’elle-même ‘«Je ne suis pas un modèle de politesse ni de tact. »

Franck Nouyrigat , cofondateur des ‘Startup Weekends’. Français installé aux Etats-Unis depuis quelques années il passe rarement à Paris. Je l’ai rencontré pour la première fois il y a deux ans quand il animait une conférence G9+/ Salesforce sur le thème « Startups, regards croisés franco-américains ». Depuis je ne rate pas une seule de ses conférences. Enfin je veux dire par là que je vais tous les ans à la conférence G9+ / Salesforce dans laquelle il intervient. Pourquoi ? Parce que son talent d’orateur, d’animateur et son humour font vibrer la salle et font de cette conférence un grand moment. Passionné d’échange, il a l’entrepreneuriat et l’innovation dans le sang et ce n’est pas quelqu’un qu’on a souvent l’occasion de croiser, à Paris en tout cas.

Laurence Kerjean, responsable du numérique de L’Oréal DPP, ou « Digital disrupter @L’Oréal » comme elle se présente sur son profil Twitter. Elle a récemment organisé un Hackaton, L’Oreal Hack Day, à l’école 42 pour mêler talents techniques et sens du business.

Lire la suite

L’innovation a ses raisons que la raison ne connaît pas was last modified: juin 24th, 2015 by Natacha Heurtault

Financement des start-ups … Comment devenir un leader mondial [ #G9plus ]

L’hexagone génère plus de start-ups que ses voisins européens (300 000 par an en France contre 200 000 en Angleterre selon The Cantillon [NDLR 09/04/15 à 7:00 : suite à l’intervention de Pedro Abrantes sur Twitter que nous remercions pour sa vigilance, il se pourrait que ce chiffre soit surestimé, la création de (vraies) entreprises ne dépassant pas 163.000 en France en 2014. Ceci étant, les créations d’auto entreprises et d’entreprises individuelles pourraient pour partie entrer en ligne de compte. Nous continuons de croiser les chiffres] et pourtant les start-ups butent presque toujours sur un plafond de verre : financement au-delà de 10 M€, stratégie de sortie, capacité à recruter rapidement, accès aux commandes publiques et confiance des grands comptes… Certes, il y a déjà quelques exemples de réussites comme Business Objects, Criteo ou BlaBlaCar, mais il en faudrait beaucoup d’autres pour que le monde nous regarde différemment.

Conférence G9+ Lundi 13 avril à 18h30

Quelles sont les bonnes pratiques pour dynamiter ce plafond de verre ? Comment les entreprises innovantes peuvent-elles se transformer en leaders mondiaux ?

financement des start-ups : s'inscrire

start-ups
malgré les succès de Blablacar ou Criteo, peu de nos start-ups percent le plafond de verre. Le G9+ organise une conférence pour expliquer comment devenir un leader mondial

 

Pour y répondre, l’Institut  G9+ et ses partenaires l’Afdel , Cinov-IT, et Syntec Numérique réunissent une dizaine de personnalités :

Philippe Berna, Médiateur de l’innovation à Bercy
Jean-David Chamboredon, Président de ISAI Gestion, Vice-President France Digitale
• Philippe Coup-Jambet, DG de PayTop
• Alexandre Crazover, CEO de Datawords
• Maïlys Ferrère, Directrice Pôle Investissement Large Venture, BPIfrance
• Eric Forest, PDG de EnterNext
• Christine Halliot, Directrice de l’Innovation de Total
• Frédéric Mazzella, Fondateur et CEO de BlaBlaCar

Ces acteurs de l’innovation, issus du monde financier, des grandes entreprises et des startups, vont apporter leurs éclairage et expériences des trois principaux freins que sont : l’investissement, la relation client (notamment avec les grands groupes) et le développement rapide – qui nécessite d’adapter le modèle économique, l’organisation…

financement des start-ups : s'inscrire

Jean-David Chamboredon, du fonds ISAI, Maïlys Ferrère de BPIfrance et Eric Forest, PDG de la filiale du groupe Euronext dédiée à la capitalisation des PME-ETI, EnterNext, partageront leur regard d’expert de la finance. Les startups, seront représentées par des acteurs à différents stades de développement : Frédéric Mazzella, Fondateur de BlaBlaCar, acteur pan-européen leader dans le co-voiturage, DataWords, qui est en train de monter en puissance pour atteindre le seuil critique et PayTop qui est en train de le franchir.

Philippe Berna, Médiateur de l’innovation à Bercy, et Christine Halliot, Directrice de l’Innovation chez Total, témoigneront des initiatives favorisant la collaboration, voire l’innovation ouverte (open-innovation) entre les grands groupes et les start-up. Une grande partie des efforts devant se concentrer sur la levée des réticences des grandes entreprises à travailler avec des petits acteurs pour mieux créer de la valeur ensemble.

« Les start-up françaises doivent pouvoir passer le seuil critique et compter sur la scène mondiale. Tous les intervenants apporteront un témoignage opérationnel et des solutions pour dynamiter ce plafond de verre », explique Jean-François Perret, du Cycle Prospective au G9+.

Rendez-vous le Lundi 13 avril 2015 à 18:30 à la Maison des Arts et Métiers – 9 Avenue d’Iéna, 75016 Paris.

Inscription à l’événement

 

Financement des start-ups … Comment devenir un leader mondial [ #G9plus ] was last modified: avril 15th, 2015 by Natacha Heurtault