Zaoza corrige Vizzavi

Le lancement en version béta de Zaoza, plateforme de contenus et services numériques pour ordinateur et téléphone mobile, signe le grand retour de Vizzavi sur le marché très concurrentiel de la convergence.

Le groupe français aura donc mis presque 7 ans à « digérer » la mort prématurée du portail Vizzavi et à en tirer toutes les leçons. Aujourd’hui, le groupe revient en force avec une offre de convergence qui, comme la précédente, capitalise sur la richesse de ses contenus mais qui, cette fois, s’efforçe d’éviter les écueils vers lesquels Jean Marie Messier avait entraîné son « portail mutimédia ».

Les atouts de Vizzavi: des contenus riches et un portefeuille de clients à prospecter…

En 7 ans, beaucoup de choses ont changé. Vivendi a perdu de sa superbe et a réduit ses ambitions mondiales mais il a réussi néanmoins à conserver la part essentielle de ses actifs. Il a même renforçé ses positions sur son métier de base: la distribution de contenus payants.

En s’appuyant sur ses principales filiales: Canal+, Vivendi Universal Music, Vivendi Games mobile, SFR… le groupe dispose ainsi d’une offre de contenus exclusifs et inédits et d’un portefeuille de quelques dizaines de millions de clients à prospecter en priorité.

Un catalogue de contenus attractifs et l’accès à une base de données clients significative, voilà des atouts majeurs pour se positionner sur le marché de la convergence ! Mais les promoteurs de Zaoza sont bien placés pour savoir que Vizzavi possédait les mêmes avantages et que cela n’a pas suffit pour garantir le succès de la plateforme.

Pour assurer à la nouvelle marque un avenir plus prospère que celui de son prédécesseur bien d’autres ingrédients sont nécessaires …

 Le réalisme en plus, la mégalomanie en moins et un zeste de « participatif » pour être dans le ton. Voilà les ingrédient qui pimentent la recette du nouveau portail.

Vizzavi se voulait « plateforme multimédia », l’ambition de Zaoza est plus large. Pour être « de son temps » , le portail se fera aussi « réseau social » et proposera à ses abonnés de partager en ligne et en live leurs contenus et leurs créations .

Mais attention, tout cela ne sera pas gratuit: Zaoza sera accessible sur toutes les plateformes (téléphone, internet) pour un abonnement unique de 5 à 7 euros par mois. N’oublions pas que Vivendi est le spécialiste des contenus payants!

Le nouveau projet de Vivendi  est ambitieux et audacieux mais apparemment bien réfléchi et raisonnable. 

Vizzavi n’aura été qu’un « brouillon », un rêve vite évanouie. Souhaitons « longue vie » à ZAOZA pour  que  la chimère de Messier trouve enfin un aboutissement et se transforme finalement en une entreprise réaliste et profitable.

Pour en savoir plus sur le nouveau portail Zaoza, son contenu, ses forces et faiblesses lire le post Zaoza avec 2 « Z » comme Vizzavi ?

Zaoza corrige Vizzavi was last modified: novembre 24th, 2007 by biger

la nouvelle campagne Orangina se concentre sur le produit

Naturellement pulpeuse - OranginaDécidément , Orangina n’en finit plus d’innover pour ses campagnes publicitaires.

Après une grosse opération d’advergaming lancée en début d’année (cf: mon post sur le sujet) , voici que la marque qui , entre temps, a changé d’agence, vient à nouveau faire parler d’elle grâce au nouveau spot publicitaire diffusé depuis début novembre.

En 1 minute (spot version cinéma), le petit film, plutôt « gonflé », concocté par l’ agence Fred Farid Lambert (FFL) bouscule tous les codes traditionnels de la marque et vient ajouter une nouvelle page à sa saga publicitaire déjà fort riche (souvenez vous: les affiches de Villemot, les spots de Jean Jacques Annault, Jean Paul Goude, Alain Chabat et, plus récemment, l’école Sup d’Orangina).

Pour reconquérir des parts de marché et élargir sa cible, la boisson gazeuse, N° 3 des soft drinks en France, frappe un grand coup. Nouveau look, nouveau slogan, Orangina 2007 s’affiche comme la boisson « naturellement pulpeuse » la plus sexy et la plus provocante du marché.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, derrière cette nouvelle production aux accents hollywoodiens, il n’y a pas seulement le génie créatif de l’agence FFL . La réflexion marketing qui sous-tend cette campagne est réelle et pertinente. Afin de séduire un public plus large et dépasser la cible des adolescents, Orangina a choisi de concentrer sa communication sur son produit et d’affirmer ses différences par rapport à la concurrence.

Pour y parvenir, la nouvelle publicité Orangina réussit l’exploit de marier deux notions apparemment inconciliables:le naturel et la sophistication. Et c’est une réussite.

Le naturel, c’est le « plus produit » qui permet de faire la différence avec les soft drinks concurrents (Coca et Pepsi). L’ argument est rationnel et répond à une demande de plus en plus forte chez les consommateurs. La sophistication et l’humour, c’est ce qui suscite la connivence, déclenche l’envie et l’attachement au produit.

Très visuelle, cette campagne se prette, beaucoup plus que la précédente, à des déclinaisons sur tous les supports: Web, Télé, Cinéma, street marketing et même viralité (le site Orangina offre d’ailleurs la possibilité de transférer le spot à un ami).

Le film publicitaire est visiblement conçu avec la volonté d’intriguer (plusieurs écrans de teasing sont proposés en amont), déranger (ces animaux à l’allure humaine et aux postures provocantes commencent par mettre mal à l’aise), amuser (Orangina a su ne pas oublier l’humour qui a fait sa force dans les précédentes campagnes)… et finalement séduire et convaincre.

Pour découvrir le film et en savoir plus sur les choix créatifs, lire l’article « l’Orangina nouveau fait parler de lui« .

la nouvelle campagne Orangina se concentre sur le produit was last modified: novembre 13th, 2007 by biger

En route vers la TV 2.0

tv 2.0La révolution numérique a profondément changé la Télévision et nos comportements à son égard.

Au cours des dernières années, L’offre de chaînes s’est considérablement enrichie et les canaux de diffusion se sont multipliés ( câble, satellite, ADSL, TNT et bientôt DVB-H pour la téléphonie mobile broadcast).

Parallellement, on a pu constater une fragmentation de la consommation entre chaînes généralistes et chaînes thématiques et le développement de nouveaux usages de consommation (achat de programmes en VOD par exemple) mais cela n’est rien encore au regard des changements qui se profilent à l’horizon.

Comme on le soulignait dans un récent colloque sur la télévision, « Jusqu’ici, la télévision reposait sur un choix de chaînes limité, une diffusion en flux linéaire, une audience collective et passive. » Tout cela est entrain de changer.

Finie la « Télévision de Papa, place à la Tv 2.0 ».

– La consommation audiovisuelle s’individualise

– La télévision devient de plus en plus interactive et participative

– Le programme audiovisuel n’est plus figé: les contenus s’échangent, s’enrichissent, se transforment par la volonté et l’action des téléspectateurs.

– Pour les acteurs traditionnels, il devient de plus en plus difficile de maîtiser l’ensemble de la chaîne, de la création à la diffusion.

Pour avoir la preuve et l’illustration par l’exemple de tous ces changements, il suffit de faire l’inventaire de tous les nouveaux projets audiovisuels en cours de lancement.

– Catch up TV: la télévision de rattrapage: Cette offre permet de visionner gratuitement à tout moment et pendant une période limitée (de 7 à 30 jours selon les offres) les programmes phares d’une chaîne de télévision après leur diffusion à l’antenne.

– La TV « à la carte » et la TV « enrichie »: Grâce à l’IPTV (Internet Protocol Television) et aux multiples fonctionnalités qui en découlent, les « webspectateurs » peuvent désormais bénéficier d’une expérience télévisuelle de qualité, enrichie par des services interactifs et personnalisés, inexistants sur la télévision traditionnelle.

TV perso, la télévision participative produite par les internautes: Pour les producteurs de contenus audiovisuels, les chaînes et même les opérateurs , il ne fait désormais plus aucun doute que les téléspectateurs vont jouer un rôle de plus en plus actif dans la conception et la diffusion des programmes. Il faut donc accompagner le mouvement et imaginer tous les moyens possible de les associer à la programmation. Les Opérateur Télécoms surfent aussi sur la tendance pour booster leurs offres triple play et faire la différence avec leurs concurrents de l’audiovisuel.

– La télévision communautaire

– L’ego casting

– La télévision mobile …

Même si toutes ces nouvelles façons de consommer la télé rencontrent un succès croissant, la Télévision broadcast traditionnelle reste, aujourd’hui encore, le modèle dominant mais pour combien de temps ?

Pour en savoir plus sur le toutes ces nouvelles formes de télévision à travers des exemples de projets antuellement en cours de développement, lire le post consacré à ce sujet sur Marketing & Convergence et si le sujet vous interesse allez visiter le blog toujours très intéressant et bien renseigné de la Télévision 2.0 et de la vidéo numérique .

En route vers la TV 2.0 was last modified: octobre 21st, 2007 by biger

TNT, ADSL, Télévision Mobile Personnelle: nouveaux terrains de concurrence pour la télévision à péage

TV Payante cansat etc.Après le rachat de son principal concurrent TPS, le groupe Canal + Canalsatellite pouvait espérer souffler un peu et envisager l’avenir sous un jour plus que favorable.

 

Terminée la surenchère ruineuse sur l’achat de droits sportifs, finie la lutte pour arracher l’exclusivité des blockbusters , adieu la guerre commerciale à coût de promotions et de subventions pour conquérir ou retenir les abonnés … une ère nouvelle, profitable et tranquille, allait s’ouvrir !

 

Pour saluer ces nouvelles perspectives, le groupe annonçait d’ailleurs des chiffres prometteurs: 5.1 millions d’abonnés pour la nouvelle offre, un objectif de 250 millions d’euros d’économies pour la première année, un coût d’achat de programmes en forte baisse… tous les indicateurs semblaient au vert.

 

Làs, le repit n’aura finalement duré que quelques mois.

 

A peine réalisée la fusion des équipes, des contenus et des portefeuilles clients des deux groupes, et voilà que la bagarre recommence alimentée cette fois par les gros acteurs de Télécoms, France Télécom en première ligne, et entretenue par les petites chaînes et les opérateurs indépendants, déterminés à ne pas se laisser avaler par le nouveau géant né du rapprochement des deux frères ennemis de l’audiovisuel payant.

 

ADSL, TNT, Télévision mobile … pour tous ces acteurs, bien décidés à en découdre quelle que soit leur taille, les terrains d’affrontement ne manquent pas.

 

l’ADSL constitue certainement le premier des dangers pour le groupe Canal+. Pour attirer de nouveaux prospects, les fournisseurs d’accès internet sont en effet prêts à tout Leur rève serait de pouvoir commercialiser directement les chaînes comme ils le souhaitent Malheureusement, face à cette menace, Canal+ reste ferme:sa stratégie consiste à garder coûte que coûte la maîtrise totale de son bouquet en exigeant l’exclusivité des chaînes qu’elle distribue.

 

La TNT qui touche aujourd’hui plus de 5 millions de foyers (constitue un autre sujet d’inquitétude pour Canal+ . En effet, les 8 chaînes thématiques gratuites (BFM TV, NRJ 12, W9, Direct 8, TMC, France 4, Gulli, I Télé) dont la part d’audience progresse de mois en mois viennent sérieusement chahuter les deux bouquets payants commercialisés par la filiale de Vivendi et pour ne rien arranger, d’ici quelques mois, 3 nouveaux acteurs devraient faire leur apparition sur le marché de la TNT payante. beaucoup.

 

Enfin, comme si tous ces sujets ne suffisaient pas à occuper l’esprit des dirigeants de Canal+, voici que le paysage s’assombrit encore avec le lancement programmé pour fin 2008 de la TMP (Télévision Mobile Personnelle).

 

Qui va prendre à son compte le financement (coûteux) du réseau de diffusion et, en contrepartie, pourra se faire rémunérer par le client final ? C’est toute la question qui oppose aujourd’hui les acteurs potentiels de ce nouveau marché.

 

Pour en savoir plus sur les enjeux de la concurrence pour la télévision à péage et sur la position des différents acteurs, lire le post « Canalsat: attention un concurrent peut en cacher un autre »

TNT, ADSL, Télévision Mobile Personnelle: nouveaux terrains de concurrence pour la télévision à péage was last modified: octobre 17th, 2007 by biger

Le marketing mobile décolle enfin

Un taux de pénétration de plus de 80% de la population française, une consommation libérée des contraintes de temps et de lieux , une interactivité poussée, des fonctionnalités de personnalisation innovantes… Un seul média est aujourd’hui capable de garantir aux annonceurs de telles performances : le Téléphone Mobile.

Rien d’étonnant donc à ce que ce que le marché de la publicité sur mobile soit devenu, au cours des derniers mois, un objet d’intérêt et de convoitises pour les principaux acteurs de l’Internet (Google, Yahoo, Microsoft), les  constructeurs (Apple, Nokia) et les grandes Agences de Publicité (Publicis, Euro RSCG). Tous parient sur le succès du mobile comme nouveau support de diffusion pour les prochaines années.

Du coté des annonceurs, en revanche, on observe encore méfiance et scepticisme à l’égard de ce nouveau moyen de communication dont on maîtrise mal les contraintes techniques et dont on ne perçoit pas toujours les bénéfices. En France, selon une étude TNS Media Intelligence, la marché du marketing mobile représente seulement 0,03% des revenus publicitaires pluri média générés en 2006 (autant dire une goutte d’eau dans l’océan).

Cependant, l’exemple convainquant donné au cours des derniers mois par quelques grandes marques devrait inciter plus d’annonceurs à  profiter à l’avenir des bonnes pratiques observées, à tenter l’expérience et à intégrer le mobile dans leurs plans médias.

Pour en savoir plus et découvrir de nombreuses applications de marketing mobile lire « Publicité et marketing sur le mobile: un marché prometteur« 

Le marketing mobile décolle enfin was last modified: juillet 17th, 2007 by biger