Foodtech : comment bien manger à l’heure du digital ?

Digital, réseaux sociaux, transformation digitale, ubérisation.. Tous ces mots sont aujourd’hui étroitement liés au domaine de l’agroalimentaire. Comment un plateau repas peut-il être digitalisé? Très bonne question. Comme la majorité des secteurs, l’agroalimentaire est fortement touché par la vague de transformation digitale. Pour l’agroalimentaire, comme pour tous ces secteurs, le digital est devenu un élément stratégique de mise en relation des entreprises avec leur consommateur. On voit de nouvelles applications de livraison de plats à domicile émerger tous les jours comme FoodChéri, Frichti ou Pickles. Ce secteur grandissant pourrait atteindre les 1 milliards d’euros en 2020. Grande utilisatrice de Frichti ou UberEats, je me suis intéressée à ce secteur en pleine disruption. Je vous laisse découvrir les différents modèles dans cet article.

Qu’est-ce que la foodtech?

Encore un mot sophistiqué qui s’ajoute à notre vocabulaire : la foodtech. Mais qu’est ce que la « foodtech »? C’est la fusion du digital avec l’alimentation, la production, la vente et la restauration. En d’autres termes, c’est la cuisine disruptée, ou l’ubérisation de vos repas, tout simplement. En ce moment, ce domaine attire beaucoup l’attention à la fois des consommateurs et des investisseurs. Il y a 50% plus d’investissements dans ce secteur entre 2014 et 2015. C’est un domaine intéressant, où la créativité est très présente. C’est aussi un domaine qui est en pleine expansion. En effet, la livraison de repas à domicile faite par internet, téléphone ou par une application mobile a augmenté de 70% depuis 2009.

foodtech
Quel plat vous mettra l’eau à la bouche? – Photo par Mia Tawilé

Il est intéressant de regarder la transformation du comportement utilisateur. Le consommateur d’aujourd’hui peut être caricaturé comme étant un « urbain moderne hyper connecté ». En un click, il reçoit le produit qu’il souhaite directement chez lui. Alors pourquoi ne pas recevoir un déjeuner au bureau en quelques clicks? Effectivement, 51% des français se sont fait livrer au moins un repas en mars 2016. On parle de livraison 3.0. Pour préparer un repas copieux, le consommateur d’aujourd’hui ne passe plus des heures dans la cuisine à laver et couper ses légumes ; il prend son smartphone, se connecte sur son application mobile préférée, et choisis un plat qui lui met l’eau à la bouche. Il a un choix très élaboré, composé des restaurants autour de lui, et des cuisines comme Frichti et FoodChéri. Malgré tous les plats sains et cuisinés avec amour, la pizza reste la commande préférée des français ; 67% des français la choisissent régulièrement.

Voilà pourquoi nous adorons cette tendance

Non seulement cette tendance de livraison de repas à domicile nous rapporte du confort mais elle a un impact positif sur notre environnement (et notre économie). Non, je ne vais pas vous encore vous parler de l’ubérisation ou de l’économie collaborative. Toutefois, je tiens à préciser que les efforts marketing de ces startups sont très intéressants et amusants.

Première raison : Les livreurs à vélo. Pourquoi ce détail est-il important à la stratégie marketing de ces startups ? Simplement car le concept est à la fois vintage et innovant. Grâce à ce coursier sportif, on reçois notre repas dans des moindres délais. Ceci est un des objectifs principaux de ces startups.

Deuxième raison : Les petits producteurs locaux. Quelque une de ces startups comme Frichti n’utilisent que des produits sains, de saison, et issus de producteurs locaux. Elles sont l’intermédiaire entre le consommateur urbain connecté et le producteur local. Personnellement, je trouve que c’est une idée géniale car d’abord, cela encourage et aide les producteurs locaux qui sont souvent victimes de la grande distribution, et en plus, recevoir des produits frais dans nos assiettes c’est tellement meilleur, non ?

Certains acteurs de la foodtech encouragent les producteurs locaux
Certains acteurs de la foodtech encouragent les producteurs locaux – Photo par Mia Tawilé

Troisième raison : Le parrainage. A mon avis, le parrainage sur les applications mobiles est une idée marketing de génie. Qui n’a jamais essayé de convaincre son collègue, ou son ami de s’abonner à un service, pour recevoir la petite récompense ? Vous et moi sommes le meilleur atout marketing de ces startups, à condition qu’ils tiennent leur promesse de vente bien entendu.

Quatrième raison : Pour eux, le client est vraiment roi. Ces startups ont un service client remarquable. Un problème avec la livraison UberEats, aucun souci ; le service client vous rend le sourire en 5 minutes. Toutes ces entreprises émergentes font en sorte d’avoir des clients heureux et satisfaits.

En voyant cette croissance rapide et subite de la tendance foodtech, on se pose une question: la foodtech est-elle une simple tendance éphémère, ou plutôt un secteur durable et stable ? 

Foodtech : comment bien manger à l’heure du digital ? was last modified: janvier 30th, 2017 by Mia Tawile
Mia Tawile
Follow me

Mia Tawile

Mia est Consultante en Marketing Digital. Elle travaille sur la stratégie digitale, la stratégie sur les réseaux sociaux et la création de contenu (rédaction web, infographies, visuels et vidéos). Elle travaille aussi sur le développement du blog anglais de Visionary Marketing.
Mia Tawile
Follow me

Une réflexion sur “ Foodtech : comment bien manger à l’heure du digital ? ”

Votre avis nous intéresse :