7 leçons d’innovation selon Cornerjob – media for equity

Via Cornerjob, le media for equity est arrivé dans ma boîte mail quasi par hasard et c’est légèrement intrigué que j’ai accepté de recevoir David Rodriguez pour en parler. Je ne regrette pas de l’avoir fait car j’ai appris à connaître une start-up qu’on peut qualifier d’étoile filante et qui m’a impressionné aussi bien sur le fond que la forme. Cette interview de David nous a ainsi permis de nous familiariser avec cette forme intelligente de communication, qui joue aussi bien sur le côté traditionnel que digital, et qui permet à des monstres comme TF1 ou RTL d’appréhender le monde des start-ups. En retour, cette méthode donne la possibilité à ces start-ups de gagner en visibilité au travers de la force de frappe publicitaire des médias de masse, dont on verra qu’il ne faut pas minimiser la puissance. Voici mon interview Avec David Rodriguez, l’homme qui valait 35 millions d’euros.

Cornerjob lève 35 millions d’euros et innove sur le marché de l’emploi

L’interview était planifiée et j’ai accueilli La semaine dernière David Rodriguez en nos locaux de la rue Taitbout. En la préparant David laissa tomber quelques chiffres : « nous avons levé 35 millions d’euros » alors que, poursuit-il, « nous avons été créés il y a 1 an et demi ». J’ai laissé tomber mon stylo à ce moment là et je ne dois pas cacher le fait que j’ai été impressionné.

J’ai été impressionné mais pas seulement par les chiffres. Par la simplicité à la fois du dirigeant de la start-up et la façon dont il a expliqué son innovation qui à mon avis servira à un prochain cours que je donnerai sur l’innovation à Paris en début 2017. Cette remarque pourrait d’ailleurs être générique, car les entrepreneurs à succès sont souvent aussi les plus modestes et les plus abordables (peut-être car pour être un bon entrepreneur, il faut aussi savoir bien écouter).

Cornerjob : Le marché du media for equity
Le marché du media for equity en Europe et ses acteurs majeurs. 8-10 investissements en France dont Cornerjob (source les échos)

7 leçons d’innovation selon Cornerjob

NewImage

Première leçon, prendre le marché à contrepied. alors que tout le monde se focalise sur les cols blancs, Cornerjob s’est focalisé sur les cols bleus (voir l’exemple sur la droite). Et pour cause. Ils représenteraient selon David Rodriguez 80% des demandeurs d’emplois. « Rentrez dans une agence de travail temporaire » m’a-t-il confié en substance, et « vous trouverez surtout des demandes pour des soudeurs et des fraiseurs ». C’est un comble mais le manque de compétences dans ces domaines est criant et la demande pléthorique.

Il suffisait donc d’y penser, et c’est là que se niche l’innovation, regarder ce que le monde entier a abandonné et adapter le modèle à la population en question. En fin de compte, cela a abouti à la création de 100 000 emplois qui certes, selon l’aveu-même de David, ne sont pas de nouveaux emplois créés de nulle part, mais qui peuvent néanmoins compter comme autant d’opportunités de mises en relation entre employeurs et futurs employés. De quoi donner un bon coup de main à Pôle Emploi je suppose.

Deuxième leçon d’innovation, ne pas avoir de préjugés contre les bonnes idées: c’est le cas du media for equity. Même une start-up du monde de l’Internet peut avoir besoin des médias traditionnels, pour bâtir une marque et une notoriété notamment. C’est ce qu’a fait Cornerjob. Il faut savoir mélanger les différents types de promotion : bouche à oreille et content marketing pour produire de l’inbound marketing (dans la partie B2B de la start-up qui s’adresse aux entreprises), annonces très ciblées avec Facebook (qui produit sans doute le meilleur coût par action) et enfin les médias traditionnels pour bâtir la réputation, la marque et la notoriété. Avec la possibilité, c’est encore une innovation, de lier les deux, en mesurant la corrélation entre les résultats de téléchargements et les passages de spots radio ou télé. Cerise sur le gâteau, l’investissement en publicité se réalise au travers d’un échange d’actions dans un esprit gagnant-gagnant. Je vous laisse découvrir les détails dans cette interview vidéo réalisée avec David il y a une semaine.

interview de David Rodriguez sur l’expérience Media for Equity de Cornerjob

Troisième leçon : l’innovation est aussi dans le mode d’accès aux offres. Et dans le cas de cornerjob, cela pass essentiellement par le mobile. On le répète depuis assez longtemps, et notamment sur ce blog, le monde de l’Internet a bien changé. Ici on s’adressera à des populations qui ont toutes un smartphone mais pas depuis longtemps. David nous explique en effet que cette innovation n’était pas possible avant car les mobiles intelligents ne sont véritablement répandus dans la population française que depuis quelques années. « Ce n’était pas possible il y a trois ans » nous a-t-il expliqué.

Encore une leçon d’innovation, la quatrième : il faut savoir attendre le bon moment. Le véritable innovateur frappe au moment opportun et ne cherche à avoir raison ni trop tôt ni trop tard. Cela est fondamental. Surtout en France où la digestion des innovations par le grand public est d’une lenteur incroyable (La barre des 100% d’équipement mobile a été passée récemment ici et le taux d’équipement reste très en retrait par rapport au taux italien par exemple).

Cinquième leçon d’innovation : aller vite. Cornerjob s’est créée il y a à peine 1 an et 1/2. Quiconque a déjà créé une entreprise sait que cela est un temps incroyablement réduit pour mesurer un résultat. Mais en innovation, la vitesse est terriblement importante. C’est elle qui va vous permettre de prendre les concurrents, et notamment les concurrents établis, à revers. Le temps qu’ils s’organisent, l’innovateur sera déjà loin. Dans le cas de Cornerjob, la réplication d’un modèle précédent (une application pour les petites annonces qui a renversé les leaders du marché espagnol en à peine un an) sur un autre domaine (le recrutement) a permis aussi d’aller très vite.

C’est la sixième leçon d’innovation de Cornerjob : adapter un modèle qui marche à un autre domaine permet d’aller plus vite et de réussir avec plus de chances. Cela permet aussi de convaincre des investisseurs plus facilement. « Si cela a marché une fois, cela marchera une deuxième fois » se sont sûrement dit les investisseurs. Dans le cas des start-ups et de l’innovation, comme dans celui du grand public, on prête plus facilement aux riches. C’est sans doute amoral, mais réel.

Septième leçon d’innovation: pensez global, agissez localement. Cornerjob est basée en Espagne mais pense global. Leur but n’est pas de devenir bons en France, ni bons en Europe (sans plus de précision), mais de devenir des leaders dans tous les pays où ils sont installés et notamment la France. Cela aussi est impressionnant, et une belle leçon pour ces start-ups qui voient soit trop grand trop vite, soit trop petit et n’anticipent pas la nécessaire empreinte qui va leur donner l’avantage concurrentiel durable (selon la règle « the winner takes almost all » de Seth Godin).

Voici une belle leçon d’innovation, et encore une fois depuis Barcelone, qui est décidément un véritable hub d’innovation pour l’Europe.

7 leçons d’innovation selon Cornerjob – media for equity was last modified: octobre 15th, 2016 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

Votre avis nous intéresse :