Affichage dynamique : grosse marge de progrès pour le commerce

frederic bailleAprès avoir travaillé sur le premier iPAQ de Compaq à Houston, et développé de nouveaux produits mobiles dans la Silicon Valley, Frédéric Baille fonde en France l’entreprise Linutop. Linutop conçoit des mini PC basse consommation permettant notamment d’afficher des publicités en format dynamique, ces affiches numériques que l’on peut notamment apercevoir dans le métro. Même si la France représente entre 5 et 10% du business global, il reste encore du chemin à parcourir, notamment lorsque l’on compare la France à l’Allemagne, l’Angleterre, et surtout aux Etats-Unis

Qu’est-ce que l’affichage dynamique ?

L’affichage dynamique consiste à avoir des écrans dans des lieux publics et afficher des publicités. Ce que l’on vend, c’est la transcription de l’affichage papier en version électronique. Cela permet de diffuser des médias où l’on veut, partout où il y a des écrans.

L’avantage de cette solution est que tout est automatisé, l’inconvénient, c’est que cela consomme un peu d’énergie, même si cela a tendance à baisser. Le grand saut technologique de ces dernières années c’est le fait que les écrans sont de plus en plus grands et peuvent couvrir des surfaces que l’on ne pouvait pas atteindre avant, donc on se rapproche des surfaces papier placardées un peu partout dans les métros.

Un exemple d'affichage dynamique, utilisé par la SNCF pour informer ses clients, gare St Lazare.
Un exemple d’affichage dynamique, utilisé par la SNCF pour informer ses clients, gare St Lazare.

En termes de formats, diffuse t-on de la vidéo ou des images fixes ?

Le plus simple c’est évidemment la photo, qui sont de grands fichiers « jpeg« . Il y a aussi la vidéo avec des définitions qui varient selon les besoins. La seule différence, c’est la consommation de bande passante au moment du transfert. Il y a aussi d’autres formats comme le pdf ou les pages html qui peuvent être étirées sur des surfaces que l’on a pas forcément l’habitude de voir sur un écran d’ordinateur.

Le marché de cet affichage dynamique représente plusieurs milliards d’euros dans le monde…

Effectivement, cela représente 14 milliards de dollars. La France représente entre 5 et 10% de ce volume global. Cela inclus de nombreux supports différents, du multiplayer que l’on peut retrouver au BHV ou à Leroy Merlin, jusqu’à l’écran interactif que l’on peut voir dans les vitrines de luxe.

5 à 10% du business, cela peut paraître beaucoup à l’échelle de la planète ?

C’est l’ordre de grandeur en ce qui concerne l’informatique, nous sommes bien placé dans le marché de l’électronique. En France, on connaît l’affichage dynamique au travers de la française des jeux : ils ont un réseau présent dans tous les bars tabac, qui vendent leurs services, et diffusent de la pub sur leurs produits.

Depuis quelques années aux états unis, on a de l’affichage dynamique au bord des autoroutes… La France est un peu en retard, notamment par rapport à certains pays européens comme l’Angleterre et l’Allemagne…

C’est vrai sur la partie de l’affichage dynamique, mais pas sur l’affichage en général. Nous avons de grosses sociétés comme JCDecaux qui sont bien implantés dans les plus grandes villes et à l’international. L’affichage dynamique n’est cependant pas le moyen le plus utilisé en France, par rapport à d’autres pays comme l’Angleterre et l’Allemagne, où il y a systématiquement des écrans dans les agences immobilières. Cela se fait beaucoup moins en France.

Lire la suite

Affichage dynamique : grosse marge de progrès pour le commerce was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Brand Content : la BD Super Content Man est disponible

Brand Content : le livre blanc super content man

Le livre blanc du brand content en bande dessinée sort aujourd’hui ! Découvrez un épisode par semaine à télécharger à cette adresse : visionarymarketing.com/scm Ce livre blanc apporte les conseils et les pièges à éviter pour réussir son contenu de marque à travers les 5 épisodes du tome 1, disponibles gratuitement tout au long du mois de septembre. Il est le résultat de notre réflexion autour de nouveaux moyens de diffuser la connaissance autrement que par des livres blancs classiques et a été entièrement réalisé par l’équipe de Visionary Marketing, avec le concours et la participation des employés de effiliation.

Cela faisait longtemps que nous voulions faire un livre blanc sur le brand content, et cela faisait également longtemps que nous souhaitions faire un livre blanc sous une forme originale, qui ne soit pas un pavé de 1 000 pages écrit en tout petit… Or, le fait de faire ce livre blanc sous forme de bande dessinée, c’est déjà du brand content, car on a un contenu d’information et de découverte sur un support de divertissement. C’est ce support de divertissement qui va donc appuyer les arguments du livre blanc.

Brand Content : le livre blanc super content man
Super Content Man est un livre blanc sur le brand content sous forme de BD : http://visionarymarketing.com/scm

Le brand content : rendre le contenu attractif et divertissant

Car le brand content doit avant tout être quelque chose qui suscite de l’intérêt. Lorsque nous présentons le 1er épisode de super content man à des collaborateurs ou à des clients, on sent tout de suite qu’ils sont à la fois surpris, amusés et intéressés par ce livre blanc. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, ce format ne laisse personne indifférent, et c’est ça qui est important.

télécharger

Lire la suite

Brand Content : la BD Super Content Man est disponible was last modified: septembre 20th, 2014 by Cédric Jeanblanc

Dmexco : le rendez-vous européen du Digital Marketing

Son nom est exotique mais c’est à seulement 3 heures de Paris que ce grand rendez-vous aura lieu.  Dmexco est l’acronyme de  Digital Marketing Exhibiton and Conference et n’a rien à voir avec le Mexique puisque c’est à Cologne, en Allemagne, qu’il aura lieu. C’est la conférence qui monte et qui gagne en notoriété. Inconnue en France il y a encore deux ans elle bénéficie maintenant de partenariats médias internationaux et français tels que : Advertising Age, beet.tv, Digital Market Asia, eMarketer, Emarketing.fr, Investing.com, Mobile Marketing Magazine,  The Guardian

Dmexco : rendez-vous les 10 et 11 septembre à Cologne

Digital Marketing Expo Cologne

30 000 visiteurs sont attendus pour cette sixième édition qui réunira 742 exposants venus des quatre coins du monde, des centaines de speakers prestigieux et des partenaires médias internationaux.

3 bonnes raisons d’y aller: Contenu + Networking + Fête

Parce que Dmexco répond au besoin principal des responsable marketing et communication : se tenir informé des dernières évolutions et technologies,  élargir son réseau de connaissances et de pairs pour échanger sur des problématiques communes et surtout… faire la fête !

Vous pourrez écouter et rencontrer les VP Marketing des plus grandes marques comme par exemple :

  • Steven Althaus, Director Brand Management and Marketing Services, BMW
  • Lee Brown, Global Head of Brand Partnerships, Tumblr
  • Damian Burns, Director of Global Strategic Partnerships, Google
  • Blasco de Felice Chief Marketing Officer Europe, L’Oréal
  • Carolyn Everson, Vice President, Global Marketing Solutions, Facebook
  • Jimmy Maymann, CEO, Huffington Post
  • Gary Morrison, SVP Retail, Brand Expedia Worldwide, Expedia.com
  • Caroline Taylor, CMO IBM Europe
  • Peter Würtenberger, CMO de Axel Springer

Liste complète de tous les speakers

Vous découvrirez tous les fournisseurs de solutions dont un responsable Digital Marketing a besoin :

  • des solutions pour le social media monitoring (dont Digimind, Hootsuite, Lithium, Sweetspot…)
  • des solutions pour le ecommerce (de Arvato à Zoot en passant par Prestashop…)
  • des solutions pour la publicité en ligne comme Videology, plateforme pour la publicité vidéo, ou Adyoulike, pionnier français du native advertising
  • Pour tout comprendre de la publicité vidéo, ne ratez pas le leadership Summit de Videology « Navigating the Video Adtech Ecosystem » le 11 Septembre de 10h30 à Midi.

 Liste des exposants par domaine d’activité

Et la fête !

La VIP Opening Party aura lieu le 9  Septembre, et la grande official party le 10 Septembre

 L’entrée est gratuite pour les visiteurs, il n’y a plus que le Thalys à réserver 🙂

Dmexco : le rendez-vous européen du Digital Marketing was last modified: septembre 20th, 2014 by Natacha Heurtault

Instant mobile : catalyseur de la transformation digitale (Forrester)

Thomas Husson : Instant Mobile - ForresterNous sommes tous addicts du Smartphone et nous avons, plusieurs fois par jour, un  » instant mobile « , où nous sortons le portable de notre poche pour consulter nos mails, nos messages, ou envoyer un tweet… Selon Thomas Husson, vice-président et analyste principal chez Forrester, les entreprises doivent adopter cet instant mobile dans leur stratégie cross canal, pour mieux servir le consommateur : adaptation du contenu sur le mobile, réorganisation du système d’information, refonte du parcours client avec le prisme du mobile… Il y a encore du chemin à parcourir pour que chaque entreprise intègre le mobile first dans son ADN, chemin qui doit être parcouru pour s’adapter à un phénomène qui devrait continuer à s’amplifier…

Instant mobile : qu’est-ce que c’est ?

l’ instant mobile c’est le moment où un individu va prendre son smartphone pour obtenir de l’information, des services en temps réel, en fonction de son contexte et ses besoins immédiats. Des instants mobiles, on en a des dizaines, des centaines par jour : en moyenne, un utilisateur va toucher l’écran de son smartphone plus d’une centaine de fois par jour, 125 pour les utilisateurs d’Android, un peu plus pour les IPhones. On a donc des centaines d’occasions de pouvoir mieux servir ces consommateurs au moment où ils veulent interagir avec vous. C’est parfois pour un mail, pour conduire une transaction, pour avoir une information sur un compte bancaire… Il y a de nombreuses opportunités pour les marques de s’inscrire dans ce moment mobile et de mieux servir le consommateur, en fonction des besoins et de leur contexte.

Lire la suite

Instant mobile : catalyseur de la transformation digitale (Forrester) was last modified: janvier 13th, 2015 by Cédric Jeanblanc

Expérience client et digital : une mutation sans précédent – avec le #G9plus

Expérience client et digital : une mutation sans précédent - avec le #G9plus
téléchargez le livre blanc du G9+ sur les industries du numérique en France

Visionary Marketing, partenaire du G9+ a le plaisir de vous convier à la prochaine conférence du G9+, le think tank du numérique bien connu. La mutation numérique est décidément à l’ordre du jour dans un pays où les heures de rattrapage s’accumulent pour rattraper le mouvement. Tant qu’on y est, j’en profite pour vous inciter à lire le livre blanc (03/2014) du même G9plus, sur le thème « 2020 où vont les industries françaises du numérique ».

On y trouve une courbe assez intéressante : celle de la chute des prix des biens des TIC selon l’Insee (p. 13). Une courbe qui, sans rentrer dans ses détails, explique bien l’engouement du public (ou reflète, c’est selon, car cet engouement a aussi un impact sur les économies d’échelles et donc les prix). Bref, une véritable mutation, vue cette fois du côté de l’offre, ce qui est original, car dans ce monde d’innovation technologique, le changement est justement tiré par l’offre, plutôt que la demande. On y verra aussi le changement de modèle économique des éditeurs de logiciels, dont on sait (revoir cet article sur Adobe) qu’il est fondamental dans les changements d’usage : qui aurait pu penser se payer la suite Adobe professionnelle pour 60€ par mois environ ?! Où en est donc l’offre française ?

Industrie française du numérique : dynamique mais modeste

Comme d’habitude, il y a des signes encourageants : « l’industrie française du logiciel représente près de 10 milliards d’euros » ce qui n’est pas négligeable, mais n’est pas non plus extraordinaire (voir en comparaison les CA des opérateurs de Télécom à la p 33). Pour s’en convaincre, le G9+ poursuit : « ceci n’est pas négligeable mais à titre de comparaison, Microsoft a réalisé un CA de 54Mds€, Oracle 27Mds€ et SAP 16Mds€. Cette comparaison abrupte relativise le poids et l’importance de l’industrie du logiciel français » au niveau mondial ». Puis il y a, en effet miroir, l’évolution de la demande, la nécessaire application de ces technologies aux domaines industriels des clients entreprise qui vont s’emparer de ces innovations pour améliorer l’expérience client. Certes, l’expérience client n’est pas qu’affaire de technologie, mais celle-ci n’est pas qu’un outil, elle agit comme un révélateur également des bonnes – ou mauvaises – pratiques des entreprises : revoir à ce sujet ma présentation à ISCOM sur le sujet de « relation client et transformation digitale ».

Mutation inévitable, mais il y a loin de la coupe aux lèvres

Alors, comme Benoît Thieulin nous le prédit dans l’introduction de ce livre blanc, verrons nous avant 2020 toutes les entreprises s’emparer des innovations technologiques pour améliorer leur relation client ? Nous pourrons toujours assister aux témoignages des bonnes pratiques lors de cette conférence du G9+ du 18 septembre. Pour les entreprises qui sont à la traîne, il faudra peut-être regarder dans la salle. La réalité du terrain, notamment dans les PME, mais aussi dans nombre d’entreprises actrices du numérique – les SSII notamment, particulièrement en retard en France quant à l’adoption des nouvelles technologies – est très éloignée de ce tableau idyllique.

Lire la suite

Expérience client et digital : une mutation sans précédent – avec le #G9plus was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec