streaming illégal : la gratuité a un coût [Tribune Libre]

guillaume lagrangeLe streaming gratuit est à l’ordre du jour : de la musique aux films en passant par le sport, tout le monde se sert quotidiennement de ce type de site, qu’il soit légal (parfois) ou illégal (souvent)… C’est bien là que réside le problème : alors que l’on pourrait penser à une relation win-win, ce type de site peut représenter un véritable danger pour l’internaute. C’est ce que nous explique Guillaume Lagrange (en photo à gauche et que nous remercions chaleureusement pour nous avoir fait parvenir ce texte inédit) dans cette tribune libre que nous publions intégralement.

D’après une enquête (voir le lien de téléchargement ici et en fin d’article) du cabinet PwC, la cybercriminalité a considérablement augmenté en 2014 avec un nombre d’incidents de sécurité informatique en hausse de 48 % dans le monde par rapport à 2013. Cette étude révèle aussi que 70 % des incidents ne seraient pas détectés. Internet est aujourd’hui la toile d’une cybercriminalité qui agit dans l’ombre sans se faire inquiéter. Derrière ces chiffres, des victimes qui chaque jour paient le prix de l’impuissance générale face aux pirates du web. Des cyber criminels qui semblent aujourd’hui avoir trouvé dans le live streaming illégal la poule aux œufs d’or.

 Une cybercriminalité polymorphe

Aujourd’hui, 41 % de la population mondiale a accès à Internet. On y passe en moyenne 4,8 heures par jour.  Ce plébiscite mondial pour le web a non seulement accompagné un progrès technologique mais a également vu naître un espace propice aux activités criminelles. Le coût de la cybercriminalité est aujourd’hui estimé à plus de 445 milliards de dollars dans le monde. Une véritable économie parallèle s’est mise en place au détriment de millions d’internautes qui subissent au quotidien l’attaque de hackers. Ces pirates informatiques sont parvenus à créer un champ d’action tentaculaire en réinventant un Internet à leur profit.

Streaming - FBI cyber crime
Légende : Le FBI en lutte contre le cybercrime … sur une page Web très commerciale et très inquiétante

On relève alors des profils bien distincts. Tout d’abord, le pirate qui agit seul, à l’image de Hacker Croll, nom emprunté par un jeune Français de 25 ans, arrêté il y a quelques années pour avoir piraté Twitter et subtilisé les identifiants des responsables du site ainsi que des documents confidentiels. Ensuite, on note la présence de bandes organisées intervenant uniquement sur Internet, n’hésitant pas à monter des opérations d’envergure internationale. Enfin, l’importance qu’Internet a pris au fil des années a encouragé des organisations criminelles traditionnelles à investir l’espace connecté et ajuster leur stratégie aux contraintes du web pour voir leurs actions prendre une nouvelle dimension.

De nouvelles techniques d’attaque voient le jour

Une cybercriminalité aux multiples visages qui recours à de nombreux types d’attaques. Celles dites traditionnelles, que les pirates font basculer sur la toile telles l’extorsion de fonds, l’usurpation d’identité, la fraude liée à la carte de crédit ou encore le détournement de mineurs. Puis des attaques d’un ressort plus technologique, comme la diffusion de programmes espions, la destruction de sites ou le vol d’informations.

Pour mener à bien leurs attaques, les hackers peuvent avoir recours à différentes techniques, dont les plus prisées seraient l’envoie d’e-mails frauduleux, l’infection de sites existants, voire même la création de sites malicieux. C’est ainsi que chaque jour, des milliers de sites voient le jour sur Internet, aux mains de groupuscules qui n’ont pour unique objectif que de profiter de l’ignorance de l’internaute en matière de sécurité sur Internet. Un nouveau rapport révèle que les sites de live streaming illégal seraient notamment le théâtre d’une cybercriminalité en pleine croissance.

97% des sites de live streaming seraient porteurs de virus !

Selon l’Association of Internet Security Professionals (AISP) et son étude intitulée « Illegal Streaming and Cyber Security Risks : a dangerous status quo ? », 97 % des sites de live streaming illégal seraient porteurs de virus, prêts à infecter votre ordinateur sous l’impulsion d’un seul clic. Le stratagème est simple : profiter d’un schéma popularisé jusqu’à présent par des plateformes payantes qui offrent la possibilité de visionner des programmes en direct (rencontres sportives, concerts) et le transposer dans un écosystème où la gratuité fait loi. Une alternative séduisante qui voit les internautes se tourner en priorité vers ces sites illégaux sans savoir réellement ce qui se cache derrière.

Voler des données sans déranger l’expérience utilisateur

Souvent créés par des pirates ou facilement infectés à cause d’un fonctionnement opaque qui échappe au commun des mortels, ces sites font figure pour les hackers de laisser-passer vers vos données les plus secrètes. Il suffit simplement de se rendre sur un site de live streaming illégal pour qu’un logiciel malveillant s’introduise dans le disque dur afin d’y récupérer son contenu et ceci sans que cela dérange l’expérience utilisateur de l’internaute. Une fois votre visionnage terminé, il y aurait un risque pour que vos informations bancaires, identifiants, historiques de conversation ou documents personnels aient été récupérées par les hackers. Là où l’internaute pensait en fait contourner une contrainte financière en profitant d’un service gratuit, il subirait in fineles contraintes inhérentes aux vol d’identité ou à la fraude bancaire.

Le streaming : 27 millions de dollars de dommages aux Etats-Unis en 2013

Le rapport indique qu’un ordinateur serait contaminé toutes les 18 secondes dans le monde. Une menace proportionnelle à l’intérêt grandissant de la population pour le live streaming. Rien que pour la dernière Coupe du monde, 20 millions de personnes auraient choisi de regarder les matchs via un site de live streaming. Le versant illégal de cette pratique est attractif par sa gratuité mais les conséquences potentielles font vite basculer d’un rapport gagnant-gagnant au premier abord, à une situation où l’internaute est en proie à des agissements aux répercussions très coûteuses, sur un axe financier mais également sur le terrain de la moralité. Cette cybercriminalité dont fait l’objet le live streaming illégal a été responsable de 27 millions de dollars de dommages, rien qu’aux Etats-Unis en 2013. Comment s’en prévenir ? Alerter l’opinion publique face aux dangers qui rodent sur cet Internet parallèle et privilégier des plateformes officielles et sécurisées reste encore la meilleure façon de parer à toutes attaques.

> télécharger l’étude PWC sur le cybercrime 2014

streaming illégal : la gratuité a un coût [Tribune Libre] was last modified: décembre 14th, 2014 by Cédric Jeanblanc
Cédric Jeanblanc
Follow me

Cédric Jeanblanc

Consultant Junior en Web Marketing chez Visionary Marketing
Cédric est assistant Web Marketing chez Visionary Marketing. Il est spécialisé en production de contenus multimédia, texte, vidéo, podcasts.
Cédric Jeanblanc
Follow me

Votre avis nous intéresse :