Sans contact (NFC) : une technologie qui s’implante peu à peu

Nous avons vu lors des articles précédents l’importance du mobile et la place qu’il occupe dans le parcours d’achat : de la recherche (ROPO) au magasin (mobile to store) jusqu’au paiement (interactivité mobile). L’université NFC des territoires qui s’est déroulé à Caen le 26 et 27 juin 2014 nous permet d’approfondir ce dernier point, en abordant le sujet du NFC, le near field communication, ou la communication en champ proche, qui transforme la carte et le mobile en véritables outils de paiement sans contact. La 1ère table ronde était intitulée « Stratégies sans contact : du plan national aux écosystèmes locaux » et animée par Pierre Métivier, délégué général, Forum SMSC. Avec la participation de Muriele Rouyer, Gemalto, responsable du Plan industriel « sans contact »,  François-Xavier Godron, Orange, Directeur du Programme Sans Contact France, Joël Eppe, Responsable du pôle de l’Innovation et des Technologies, SNCF, Arnaud Lecat, Responsable marketing, Direction des Paiements, BNP Paribas, Houssem Assadi, PDG, dejamobile.

NFC (sans contact) : Une technologie aboutie pas encore adoptée par l’utilisateur final.

Le NFC est une technologie française, puisque le near field communication est né à Caen, dans les laboratoires de NXP. On le retrouve dans les cartes bancaires sans contact, les porte-monnaies électroniques, les cartes de transport type Navigo… Cette technologie made in France doit toutefois encore être adoptée par les utilisateurs pour être reconnue : le NFC a beau être intrinsèquement une technologie aboutie, avec de nombreuses possibilités (paiement, échange d’informations, validation etc.), les différents acteurs doivent l’accepter pour que l’usage du sans contact entre dans les habitudes du consommateur et du vendeur. Pour faire adopter cette technologie, il est nécessaire d’harmoniser les fonctionnements sans contact : selon Houssem Assadi, l’utilisateur du sans contact doit retrouver le même service, avec les mêmes gestes chez n’importe quel commerçant utilisant le sans contact. La politique de déploiement du sans contact obéit à trois mots : simplifier, mutualiser, massifier.

de gauche à droite : Arnaud Lecat, Pierre Métivier, François-Xavier Godron, Muriele Rouyer, Joël Eppe, Houssem Assadi.

de gauche à droite : Arnaud Lecat, Pierre Métivier, François-Xavier Godron, Muriele Rouyer, Joël Eppe, Houssem Assadi.

L’État français a réalisé les bénéfices qu’il pouvait tirer du paiement sans contact : en généralisant ce mode de paiement, on facilite l’achat et on diminue l’utilisation de la monnaie physique. L’état intervient donc au niveau de la recherche et développement, des aides et des incitations. Si cette volonté de faire adopter le sans contact vient de l’état, son application se fait via les collectivités locales. Les collectivités chargées de répandre l’utilisation du sans contact ont un rôle d’éducation, de communication et de réassurance auprès des acteurs économiques. L’exemple d’action la plus couramment engagée par les collectivités locales est la carte de transport sans contact, avec le Navigo à Paris, La carte Twisto à Caen et la Carte Pass Pass à Lille. Les banques se sont également efforcées de distribuer des cartes de paiement sans contact auprès de leurs clients. L’utilisation de ces cartes a augmenté de façon exponentielle depuis 2011, démontrant une attirance du client pour le sans contact de plus en plus marquée. Selon Joël Eppe, les banques ont désormais une longueur d’avance sur les transports car elles ont commencé à adopter l’usage du mobile comme moyen de paiement.

Convaincre les fabricants d’intégrer le sans contact aux terminaux

Le travail se fait donc en aval, d’une part par la pédagogie auprès des utilisateurs, et d’autre part par le déploiement d’infrastructures nécessaires au fonctionnement du sans contact (bornes de paiement etc.). Mais il se fait également en amont auprès des constructeurs : le but est de standardiser les terminaux et harmoniser les systèmes pour que tous les mobiles soient compatibles avec les bornes de paiement/ validation. A ce sujet, Apple a longtemps été réticent à intégrer le NFC dans ses IPhones, misant au départ sur la technologie BLE : le Bluetooth Low Energy présente l’avantage d’avoir une distance de connexion plus grande, environ 10 à 20 mètres, mais nécessite d’avoir un portable allumé, ce qui n’est pas le cas du NFC. Alors que certains prédisent une guerre technologique entre le NFC et le BLE, Houssem Assadi préfère voir ces deux technologies comme complémentaires, et que l’on doit savoir combiner pour toucher le plus de clients possible. La firme californienne semble aller dans ce sens puisqu’elle aurait intégré le NFC dans prochain IPhone.

Le principal obstacle du déploiement du sans contact est donc la diversité de l’écosystème économique, qui est parfois réticent à adopter une nouvelle technologie. Le but de l’état, via les collectivités locales est d’aligner l’ensemble de cet écosystème en standardisant et simplifiant l’utilisation du sans contact pour ensuite assurer sa promotion et sa distribution via les banques, les services publiques (transports), tout en incitant les acteurs économiques à utiliser le sans contact (commerces, stationnement, cinéma…). Le mot d’ordre est la simplicité, à la fois au niveau du paiement, mais aussi des applications qui utilisent le NFC, car c’est dans la rapidité et la facilité de paiement que réside la valeur ajoutée du sans contact.

Follow me

Cédric Jeanblanc

Assistant Web Marketing chez Visionary Marketing
Cédric est assistant Web Marketing chez Visionary Marketing. Il est spécialisé en production de contenus multimédia, texte, vidéo, podcasts.
Follow me

3 avis sur “Sans contact (NFC) : une technologie qui s’implante peu à peu

  1. Pingback: Sans contact (NFC) : une technologie qui s'impl...

  2. « Le NFC est une technologie française, puisque le near field communication est né à Caen, dans les laboratoires de NXP. »
    Non La NFC est né dans les laboratoires de Nokia en 2002/2003 sur des spécifications de Philips Semiconductors (devenu NXP Semiconductors en 2006) et Sony. Ils ont été rejoints maintenant par plus de 160 membres dans le NFC Forum. La NFC n’est pas une technologie française !

Votre avis nous intéresse :