Adobe réinvente le dessin avec le creative cloud

Adobe Creative cloud michael chaizeMichael Chaize, senior evangelist d’Adobe nous présente le Creative Cloud d’Adobe et ses évolution. Adobe a su se renouveler en apportant des innovations importantes comme le Ink and Slide, un stylo et une règle connectés au Cloud, permettant de travailler sur plusieurs terminaux à la fois. Toutes ces innovations ont pour but de mettre à disposition aux clients une suite leur permettant de mieux exploiter leur créativité, en passant facilement d’un logiciel à l’autre. Le Creative Cloud est une offre s’adressant aux créatifs qui peuvent s’abonner et accéder à toutes les technologies et les applis comme Photoshop, Illustrator et In Design, et des services additionnels pour partager ses fichiers entre créatifs (Behance), récupérer des polices provenant du Cloud, partager des couleurs… C’est un ensemble, voire un écosystème qui permet aux créatifs d’être plus efficaces et leur offre la possibilité de partager leurs créations.

Le Creative Cloud a t-il reçu un bon accueil ?

Il y a eu certaines personnes réticentes pour différentes raisons, par exemple le nouveau modèle économique du cloud : avec cette nouvelle version, au lieu de payer en une fois plusieurs centaines ou milliers d’euros, on paie un abonnement mensuel, environ 50 euros hors taxes par mois, et on a accès à toutes les applications, plus le stockage, les services, etc. C’est un changement fort, donc il a fallu expliquer, d’autant plus que « Cloud » est un mot très chargé : par exemple certains pensaient que les applications s‘exécutaient dans le Cloud et que s’ils étaient déconnectés, ils ne pouvaient plus y accéder. En réalité ces applications sont installées en local, et on peut très bien travailler offline. Il a donc fallu faire preuve de pédagogie, et les créatifs ont désormais accepté ce changement effectué il y a deux ans, et compris les bénéfices qu’ils peuvent en tirer. On a passé récemment les 2,3 millions de membres, ce qui prouve qu’il y a beaucoup de clients satisfaits.

Qui sont ces créatifs ?

Il y a beaucoup de professionnels, mais aussi des personnes passionnées, des semi-pros qui vont travailler sur la suite Adobe en dehors de leur activité professionnelle. Certains font de l’impression, d’autres de la photo, de la vidéo, du montage, du web design…

Qu’est-ce qui est utilisé le plus dans le Creative Cloud ?

Le top 5 serait Photoshop, Illustrator, In Design, qui sont les 3 applications historiques et qui ont toujours eu beaucoup de succès,  puis Premiere qui est passé leader, associé à After Effects. Il y a ensuite de nouvelles applications qui ont eu un certain succès, comme Adobe Muse, qui permet de créer des sites web très simplement et de les publier. C’est  un énorme succès : il y a 500 000 sites publiés l’an dernier avec Muse.

Parmi les innovations, il y a aussi Ink And Slide

Maintenant que l’on a cette structure Creative Cloud, cela permet de connecter toutes les applications entre elles : Photoshop est connecté à Illustrator qui est aussi connecté au cloud pour partager les dossiers. Nous avons donc décidé de prolonger l’expérience et nous avons créé un stylet (Ink) et une règle (Slide) pour faire du dessin de précision sur IPad. Ceux-ci sont connectés au compte Creative Cloud : je dessine sur mon IPad et le dessin va s’afficher sur mon desktop.

Cela va révolutionner les métiers créatifs artistiques, mais aussi le dessin technique…

Effectivement, on a mis en place une grille de perspective pour les architectes. On peut utiliser un moteur de modélisation 3D, qui permet d’imprimer des créations en 3D : même si le client ne possède pas d’imprimante 3D, la création sera envoyée à Sculpteo qui lui enverra l’objet. C’est aussi le but de Creative Cloud, permettre au créatif de transformer, de se réinventer : notre objectif est d’inciter le créatif à tenter, innover. Avant, quand on croisait un créatif, il nous disait « je suis photographe » ou « je suis typographe » alors que maintenant, il nous dit « je suis créatif », car il veut tout essayer, de l’animation, de la vidéo, de l’objet… Le Creative Cloud permet de faire tout cela, avec un simple accès par abonnement.

Qu’est ce que le Typekit ?

Le Typekit est un service disponible pour les membres du Creative Cloud : c’est un accès à un catalogue de 1000 polices traditionnelles, que l’on peut utiliser dans les appli, sur son site web etc. C’est une offre de grande valeur car une police coûte très cher : 500 000 euros pour 1 000 polices environ.

Est-ce que tous les clients vont migrer leurs créations dans le Cloud ?

L’intérêt du Cloud, c’est d’y mettre les fichiers que l’on veut partager, par exemple à l’occasion d’un travail en équipe ou pour montrer une création à un client. En revanche, ce n’est pas fait pour stocker des vidéos 4k, les connections internet ne sont pas encore adaptées pour ce mode de travail. On a créé un Cloud pour les photographes qui donne accès à toutes les mises à jour de Lightroom et Photoshop. On a aussi sorti une technologie qui s’appelle la Smart Preview pour voir les photos sur IPad, retoucher, faire un tri etc.,grâce à une réduction du fichier : il représente seulement 1% du poids original ce qui permet la retouche sur des devices différents.

Adobe réinvente le dessin avec le creative cloud was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

Une réflexion sur “ Adobe réinvente le dessin avec le creative cloud ”

Votre avis nous intéresse :