3 règles pour faire un buzz : l’exemple concret de RadioBayern3

Tout d’abord, c’est le plan fixe d’un cocktail avec un zeste d’orange et un drapeau brésilien, accompagné d’une musique brésilienne… Puis une lourde chope de bière vient s’abattre violemment sur le verre qui s’écrase sans résistance sous l’impact : violent et imparable, c’est la métaphore parfaite du match de football entre l’Allemagne et le Brésil (7-1 pour les allemands) lors des demi-finales de la coupe du monde au brésil, le 8 juillet 2014.

Tout le monde ou presque a vu cette vidéo. Elle est passée à la télévision, elle a fait le tour d’Internet en quelques heures : 800 000 vues une heure après le match, 2 000 000 le lendemain matin, et désormais près de 17 000 000 à l’heure où j’écris ces lignes… On parle donc ici d’un buzz, orchestré par la chaîne de radio allemande RadioBayern3.  L’occasion de décortiquer le mécanisme du buzz en reprenant les 3 règles du buzz que nous a appris François Sébastia lors d’une interview que nous avons réalisée le mois dernier.

Le buzz prend sa source dans l’humour et l’originalité

“Les composantes d’un buzz, c’est une vidéo qui va transcender les espérances et les attentes, qui va même dépasser la cible que l’on souhaitait atteindre au départ. Il faut quelque chose d’original, qui surprenne, qui soit très riche en humour.”

La métaphore est renforcée par une musique festive qui se coupe brutalement au moment de l’impact. Le trait d’humour réside donc dans l’effet de surprise, la brutalité de celui-ci et la mise en scène très explicite de la métaphore. L’originalité, la surprise et l’humour se retrouvent ainsi dans cette vidéo, ce qui va permettre le partage au-delà de la cible d’origine (les bavarois). D’ailleurs, le fait que cette vidéo ne contienne aucun dialogue permet de dépasser les frontières et toucher tous les pays (du moins ceux qui ont une forte culture footballistique).

buzz
et si c’était la France qui avait gagné face à l’Allemagne, aurait-on eu le droit à un kil de rouge qui écrase un pot de bière ?

La vidéo passe un message, court et percutant

“Faire du bon contenu, c’est déjà être percutant. C’est-à-dire, ne pas vouloir tout dire. Un seul message, généralement c’est suffisant. Une fois que l’on a bien défini le message, on réfléchit à la façon dont on va le dire de façon concrète et percutante. Ne pas faire de vidéo qui durent 3, 4 minutes, car elles ne seront pas regardées, dans le cas du buzz en tout cas, où l’on veut accrocher pour ensuite amener vers quelque chose.”

Ici, le message est très court, une poignée de secondes. Le fait qu’il soit aussi simple et imagé le rend immédiatement compréhensible. L’action d’« accrocher pour amener vers quelque chose » est très bien effectuée : la vidéo laisse apparaître à la fin le nom de  l’entreprise ayant diffusé ce buzz ( RadioBayern3).

Le buzz se conjugue parfaitement à l’actualité.

“[il faut aussi que la vidéo] se conjugue avec l’actualité. C’est là aussi où l’on a des buzz inattendus, c’est qu’on ne peut pas prévoir l’actualité, elle se fait au fur et à mesure, mais notre vidéo va complètement se conjuguer avec elle et va faire qu’une video va dépasser sa cible parce qu’elle sera en adéquation avec l’actualité.”

C’est essentiellement ce paramètre qui a permis de faire naître le buzz. Dans cette « recette » du buzz, c’est l’élément sur lequel on a le moins de possibilité d’action, c’est le coup de chance qui va provoquer l’intérêt de l’internaute et générer le partage de la vidéo. Ce qui est révélateur de l’importance de l’actualité, c’est la date de diffusion : le 7 juillet, soit la veille du match. On a donc une vidéo qui colle parfaitement à l’actualité, et ce, complètement par hasard (si le score avait été moins lourd, la vidéo n’aurait sûrement pas été autant partagée).

Dans cette vidéo, on retrouve certains éléments similaires à la première, excepté l’originalité… Pas de buzz…

Pour conclure, on peut ajouter un quatrième paramètre, la « non-nécessité » d’investir des millions d’euros pour faire un buzz. On a ici une vidéo très courte, pleine d’humour et de fraîcheur, dans un format idéal pour le partage. RadioBayern3 a donc fait un buzz avec une bonne idée, une table, deux verres, un fond noir et une caméra. CQFD.

3 règles pour faire un buzz : l’exemple concret de RadioBayern3 was last modified: septembre 20th, 2014 by Cédric Jeanblanc
Cédric Jeanblanc
Follow me

Cédric Jeanblanc

Consultant Junior en Web Marketing chez Visionary Marketing
Cédric est assistant Web Marketing chez Visionary Marketing. Il est spécialisé en production de contenus multimédia, texte, vidéo, podcasts.
Cédric Jeanblanc
Follow me

Une réflexion sur “ 3 règles pour faire un buzz : l’exemple concret de RadioBayern3 ”

Votre avis nous intéresse :