Applications mobile & crm : Danone vs Kraft&Unilever

J'm acheter malinDanone colors En ce début d’année 2013, l’enjeu pour les marques n’est peut-être plus de savoir comment s’inviter dans le smartphone de leurs consommateurs, mais plutôt de savoir pourquoi elles souhaitent s’y inviter. Il existe autant de possibilités que d’applications mobiles dans tous les stores réunis. La durée de vie de l’application mobile – et par là même le R.O.I – dépendent des choix effectués.

Pour illustrer cet article, Danette Colors (Programme CRM Danone & Vous) et J’m acheter malin (Programme CRM Ma vie en couleurs – Kraft et Unilever) me semblent parfaitement indiquées car leur lancement date de quelques jours à peine.

Danone est pour ainsi dire une marque pionnière en matière de ‘participatif’ en invitant fréquemment ses consommateurs à élire les nouveaux parfums des desserts Danette. Néanmoins, jusqu’à présent, la logique de cette démarche était celle du ‘Drive to store’ puisque les produits élus se retrouvaient par la suite en linéaire.

L’application Danette Colors s’inscrit davantage dans le ‘divertissement’ et ferait même concurrence à Instagram dont elle semble s’inspirer largement puisque le concept est de prendre des photos avec un filtre, filtre qui dans l’appli Danette Colors prend la couleur des parfums du célèbre dessert, pour ensuite les partager entre amis.

Pour promouvoir l’application et encourager les téléchargements,

  • un QR Code est à scanner sur la plateforme crm Danone & vous
  • un jeu concours est relayé
    • en magasin via une PLV porteuse d’un QR Code
    • sur internet via une appli Facebook dédiée

danette qr code appli

De son côté, l’application mobile J’m acheter malin est en résumé la déclinaison mobile du programme CRM Ma Vie en couleurs. Son objectif est davantage celui d’être le compagnon / facilitateur shopping du consommateur en lui permettant d’accéder à des offres de remboursement sur mobile. Une application plus pragmatique mais qui pourrait bien séduire par ces temps de crise … Plus de 20 offres recensées à date sur les produits du quotidien !

Pour promouvoir l’application :

  • un QR Code à scanner sur le mailing adressé de Ma vie en couleurs
  • pas encore de trace sur le site web (mais cela ne devrait pas tarder)

On peut néanmoins regretter l’absence de convergence avec l’application sœur J’m cuisiner dédiée aux recettes de cuisine, peut-être que la V2 l’envisagera avec même à la clé des offres en rapport avec la liste de course … affaire à suivre …

jm acheter malin qr code appli

Une seule application mobile peut-elle couvrir l’ensemble des besoins promo-relationnels d’une marque et répondre au cercle vertueux du crm : animer – fidéliser – vendre – récompenser … ? ou les marques doivent-elles multiplier les applications mobiles pour chaque usage ? Plus que les choix technologiques, ce sont les choix crm qui priment …

Danone comme Kraft & Unilever disposent d’un atout solide : une véritable communauté fédérée au cours de ces dernières années et qui semble bien solide. Pour conclure cet article, la seule certitude est que la couleur crm des marques semble tirer plutôt vers le mobile mais avec des durées de vie plus ou moins limitées en fonction de leurs fonctionnalités.

Applications mobile & crm : Danone vs Kraft&Unilever was last modified: septembre 20th, 2014 by christelle

LinkedIn passe la barre des 200 millions d’utilisateurs !

exclamation-small_thumb.gif

En tant qu’adopteur précoce de LinkedIn (début 2004)** et futur « ambassadeur » du célèbre réseau social, j’ai le plaisir de relayer l’article de Deep Nishar’s post qui marque l’arrivée du 200 millionième utilisateur sur ce qui est à mon avis une des meilleures réussites dans la sphère des médias sociaux. Pour mémoire, en décembre 2011, LinkedIn ne comptait « que » 136 millions d’utilisateurs ; la croissance a été phénoménale, comme je le faisais déjà remarquer dans un article datant de cette époque.

** : voir mon article de 2004 « des réseaux et des hommes » où LinkedIn occupe déjà une place très importante

200 Million Members!

We recently crossed an important and exciting milestone for the company. LinkedIn now counts over 200 million members as part of our network, with representation in more than 200 countries and territories. We serve our members in 19 languages around the world.

I’d like to thank each of you for helping build the LinkedIn network into what it is today. It’s been amazing to see how our members have been able to transform their professional lives through LinkedIn. You truly grasp the power of LinkedIn when you start to focus on these individual success stories.

Take for example, Akshay Chaturvedi from New Delhi, India who was able to use LinkedIn as a launch pad for his career. Not only was he able to lead an international project at AIESEC for a project on AIDS right out of university, with the help of LinkedIn, he was recruited by KPMG and continues to receive career guidance from his LinkedIn network. Then there’s Robyn Shulman who stepped out of her comfort zone from teacher to now a published writer and leader of a ESL Bilingual Educators group on LinkedIn. She has rediscovered former talents and changed her life through LinkedIn. One of my favorite stories comes from Leonardo Brant from Brazil who founded Cemec, an organization to help Brazilian professionals and entrepreneurs think creatively about their business challenges. Today they use LinkedIn as their digital classroom to exchange information and foster a meaningful community to share relevant knowledge. Everyday we hear stories like these from our members and we look forward to hearing many more.

So, who are LinkedIn’s 200 million members? This infographic captures the diversity and magic of your professional peers.

via 200 Million Members! | Official LinkedIn Blog.

LinkedIn passe la barre des 200 millions d’utilisateurs ! was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

Le Web de demain est déjà là aujourd’hui

computer-largeSuite des interviews du Web2Connect, mais cette fois-ci c’est moi qui m’y colle, dans un exercice pas facile qui est celui des sables mouvants de la prédiction. Certes, quand je dis que des changements sont prévisibles, je ne fais que me faire l’écho de notes émises ici et là, hier par exemple et encore aujourd’hui, qui corroborent mon propos. Les outils vont donc évoluer, mûrir, fusionner … jusqu’à ce que la fonction sociale soit entièrement intégrée aux flux d’entreprise (RSE) et Web (socialisation des sites). Il ne faut cependant pas surestimer la rapidité des changements, et surtout ne pas croire que les changements observés aujourd’hui sont le fruit d’une révolution instantanée. Bon nombre de ces changements sont en effet le fruit d’une longue maturation. Comme le remarque Adage, et comme je l’ai moi-même indiqué à de nombreuses reprises lors de mes conférences, Facebook aura 9 ans l’an prochain et n’est plus du tout une start-up. Que dire alors de LinkedIn qui soufflera quant à lui sa dixième bougie … Mais le point qui est le plus marquant à mon avis est celui lié à la « mobilité »ou plus exactement, l’usage du Web en « situation de mobilité » (c’est à dire statiquement mais via un appareil mobile) qui va reconfigurer totalement la façon dont nous concevons le Web, le contenu et les partages. De jolis défis en perspective.

Le Web de demain est déjà là aujourd’hui was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

3 recettes et 1 conseil pour vivre de son blog en 2013

Non, les blogs ne sont décidément pas morts !

3 recettes et un conseil pour vivre de son blog en 2013À la suite d’un article à succès écrit à la fin de l’année dernière qui montrait que les blogs n’étaient pas morts mais qu’ils subissaient une forte transformation, voici une autre interview enregistrée toujours lors de la dernière édition du Web2connect 2012, dans laquelle j’ai interviewé Aurélien Amacker. Celui-ci m’a expliqué comment il avait transformé sa passion en métier. Aurélien est même allé un cran plus loin, en joignant l’utile à l’agréable, en monétisant son blog, afin d’assouvir sa passion pour les voyages autour du monde. On verra également que cette interview mène à une autre question brûlante en ce jour de polémique autour de la Net neutralité, quant aux modèles économiques du monde numérique, et notamment des blogs.

image

[Aurélien Amacker : 2A Editions]

Aurélien est un blogueur et un globe-trotter. Après 2 ans passés en Australie, comme beaucoup de jeunes aujourd’hui qui cherchent à découvrir le monde nouveau des antipodes, il « ne savai[t] pas quoi faire », mais il avait une bonne idée de ce qu’il ne voulait pas faire : « je ne voulais pas d’un boulot ennuyeux à la Défense ! » quoique, je puisse témoigner, on peut aussi avoir un boulot passionnant la défense comme ce fut le cas chez Capgemini pendant 3 ans. C’est là qu’Aurélien a découvert que certains blogueurs arriver à monétiser, en France, leurs blogs jusqu’à 500 à 1000 € par mois et par plateforme.

imageAurélien avait bien un « petit blog » sur le développement personnel que « personne ne lisait » et il a décidé que cela ne durerait pas. Il avait enfin trouvé ce qu’il voulait faire ce qui lui permettait de passer à l’étape suivante et d’essayer de gagner 1000 € par mois avec son blog « pour partir voyager, car c’est ce que j’aime » précise-t-il.

du blog à l’entreprenariat

Au bout de 6 mois, il a en effet atteint cette barre de 1000 € par mois, « avec des hauts et des bas » a-t-il ajouté. C’est ce qui lui a permis de voyager et aussi de capter l’attention de la blogosphère, ce qui arrive encore aujourd’hui ici même. Des blogueurs sont donc venus lui demander comment il faisait, et c’est ce qui lui a donné l’idée de concevoir une formation marketing afin d’expliquer aux autres comment vivre également de leur blog.

La formation d’Aurélien a deux types de publics : des particuliers qui veulent se faire de l’argent de poche, ce qui est bien utile en ces temps difficiles, mais aussi des entrepreneurs en solo des coaches et des consultants…

3 méthodes pour gagner de l’argent avec son blog

1. Google AdSense : il s’agit de l’affichage de bannières et de liens sponsorisés sur son propre support, à l’inverse de Adwords qui consiste à faire l’inverse (bien que je me sois trompé dans l’interview, mais nul n’est à l’abri d’une erreur !) Cette méthode est selon Aurélien, plus adaptée aux blogs qui font beaucoup de trafic, « mais il existe d’autres méthodes » selon lui. Ceci étant, c’est cette forme de monétisation qui a montré sa fragilité en la fin de semaine dernière ;

2. les articles sponsorisés : il s’agit d’écrire un article de blog pour analyser/tester/critiquer un produit. Cette méthode permet de gagner de 250 à 300 € hors taxes par mois, mais « il ne faut pas en abuser » précise Aurélien dans l’interview. En effet, il faut éviter d’en faire plus de 1 à 2 par mois, au risque de faire diminuer l’intérêt pour son blog et de décourager les lecteurs qui pourraient croire que celui-ci devient un espace publicitaire. Par ailleurs, un billet sponsorisé demande également un certain doigté car il faut « apporter de la valeur ajoutée sincère et unique » précise Aurélien Amacker. « On peut même aller jusqu’à critiquer intelligemment un produit » ajoute-t-il car « les marques sont en général compréhensives » même s’il est plus honnête de dire que toutes les marques ne prennent pas la critique avec le même sens de l’humour. Dans tous les cas nous rappelons ici les règles indispensables de la transparence qui oblige un blogueur, d’un point de vue légal et éthique à déclarer explicitement et en exergue qu’un billet est sponsorisé par une marque ;

3. la vente de liens : celle-ci permet de générer environ 100 € par mois, même si c’est une méthode plus critiquable. Elle est surtout « mal vue par Google » précise Aurélien, « même si peu de blogs sont pénalisés » ajoute-t-il.

sortir du modèle tout publicitaire

La combinaison de ces 3 méthodes permet selon Aurélien d’arriver à la somme indiquée de 500 à 1000 € par mois (hors taxes et hors impôt).

Mais il existe encore d’autres moyens non forcément liés au trafic, qui passent par la création de produits d’information spécialisés, qu’on peut aisément raffiner en demandant à ses abonnés (via une bonne vieille newsletter) de préciser leurs centres d’intérêt. Comme le fait justement remarquer Aurélien, « il faut sortir du modèle tout publicitaire ; ceci permet de générer de 10 à 100 fois plus de revenus ». Un conseil particulièrement salutaire, en ces temps difficiles pour les sites qui tiennent compte uniquement des ressources publicitaires, même si cet argument est à nuancer comme l’indique à juste titre notre ami et confrère Eric Dupin.

l’interview

avec mes excuses pour la mauvaise qualité du son …

Aurélien Amacker dévoile ses secrets pour gagner sa vie avec son blog
3 recettes et 1 conseil pour vivre de son blog en 2013 was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Vous prendrez bien un petit kawa, 2e épisode,pourquoi Kawa ? #petitkawa

tv-largeDeuxième épisode de la série que nous avons lancée à la fin de l’année dernière, vous prendez bien un kawa? Nous vous invitons, cette fois, à découvrir pourquoi nous avons choisi de travailler, depuis trois ans déjà, avec un éditeur indépendant, installé en province, encore peu connu à cette époque au-delà de quelques cercles spécialisés [nb : reprise de l’article de Media Aces]

Nos meilleurs vœux en vidéo autour du futur livre la communication digitale expliquée à mon boss

La suite des événements nous a donné raison. Avec près de 30 ouvrages, Kawa Editions se distingue par plusieurs atours: un circuit de distribution innovant, faisant la part belle au digital et aux médias sociaux, et c’est ce qui nous a plu en premier; des ouvrages de grande qualité (la collection des « tout savoir sur… », mais aussi « Trash management », « Internet a tout changé » et les autres), enfin, un directeur de collection talentueux, qui nous fait le plaisir de participer à ce second petit kawa, le premier de 2013.

à suivre…

Vous prendrez bien un petit kawa, 2e épisode,pourquoi Kawa ? #petitkawa was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec