Coworking : Une crise de croissance due à « un développement non structuré »

eye-largeLe coworking est en pleine explosion… mais en même temps, il traverse une crise de croissance nous indique Xavier de Mazenod lors d’une interview exclusive réalisée pour visionarymarketing. Voyons avec Xavier, spécialiste du télétravail sous toutes ses formes et animateur de la communauté Zevillage, comment et pourquoi le paysage est en train de changer.

[note du 25/11 : un rapport du 20/11 suite à la conférence Digiworld et qui m’avait échappé semble quant à lui faire encore état de freins au développement de ces tiers-lieux, apportant un regard complémentaire à celui de Xavier]

interview de Xavier de Mazenod de Zevillage

quotes-smallNous traversons une crise de croissance du coworking. Derrière le phénomène de mode du coworking, on voit que la société est en train de digérer ce qu’on pourrait appeler la révolution du travail à distance. Celle-ci a plusieurs facettes qui sont : le coworking, le télétravail, le tiers lieu. Le tiers-lieu rural qui est plutôt un télé centre, les tiers-lieux urbains qui sont plutôt des espaces de coworking. Il y a un gros appel d’air, énormément de création de lieux, avec à peu près 150 lieux en France, et 150 en projet donc en 2014 on devrait se retrouver avec 250 à 300 lieux, ce qui est assez énorme à l’échelle de la France. Et je pense qu’on va voir malheureusement des échecs assez rapidement parce que ce développement se fait de manière non structurée.

Made in Montreuil (@madeinmontreuil) a déjà mis la clef sous le paillasson … mais ils se redressent vite (cf. Le Parisien). On le verra, hors de France le problème est similaire, comme ici au Hub Bruxelles, fermé fin 2012

La réalité du télétravail : la France n’est finalement pas en retard (ouf !)

Si on prend le télétravail dans son acception la plus large, c’est-à-dire un peu de mobilité, un peu de coworking et toutes les facettes différentes du même phénomène, on s’aperçoit qu’en France, alors qu’on dit qu’on est en retard (c’est parce qu’on utilise des vieux chiffres) on ne l’est pas tant que ça ! On a publié sur Zevillage une méta étude faite par le cabinet LBMG Worklabs qui a analysé les  statistiques sur le télétravail en France. On s’aperçoit qu’on a à peu près 15 % de télétravailleurs en France, ce qui est beaucoup plus que les 6 ou 9 % des chiffres officiels.

les vais chiffres du télétravail avec LBMG Worklabs et Zevillage

Et là on commence à se rapprocher des aux pays européens qui sont qui sont en pointe, donc ce n’est peut-être pas autant que les pays scandinaves, ou que les États-Unis, mais il n’empêche que l’on est beaucoup plus en avance qu’on croit et qu’on a rattrapé le retard, si tant est qu’on en ait jamais eu. Aujourd’hui il y a encore peu de fonctionnaires dans ces télétravailleurs, il y a quelques agents des collectivités locales, mais très peu d’agents de la fonction publique de l’État, parce que ceci est un phénomène qui est très neuf chez eux.

Une prédominance du “télétravail gris”

Il y a donc une majorité de salariés du privé. On voit que jusqu’à l’année dernière, la plupart de ces salariés étaient  des télétravailleurs gris, qui travaillait sans cadre juridique. Je pense que ça va se structurer pour 2 raisons, d’abord c’est un phénomène important qui se développe très vite, la demande est très forte. On a identifié dans l’enquête que nous avons faite dans le tour de France de télétravail, que 73 % des répondants voulaient télétravailler. Mais il y en a beaucoup qui ne peuvent pas. Parce qu’il y a refus du manager ! Donc d’une part une demande très forte, et d’autre part depuis l’année dernière il y a une loi en France qui encadre le télétravail et qu l’a fait passer dans le code du travail. Donc je pense que d’ici un an ou 2, les DRH seront pressés de régulariser les situations avec des accords d’entreprise et des avenants au contrat de travail.

Les espaces de coworking : nous allons assister à des fermetures

Les espaces de coworking sont la plupart du temps des démarches de personnes privées, parfois soutenu avec l’argent public, comme la région Île-de-France, la Seine-et-Marne, l’Ariège, le Cantal, etc. Sachant que la plupart du temps il faut faire la différence entre télécentres et espaces de coworking (ceux-ci sont plutôt urbains). Ils se sont lancés parce qu’il y avait une sorte d’appel d’air mais ils n’avaient pas forcément une orientation très business, ni beaucoup de fonds propres, ni bien  réfléchi au sujet ; ils avaient juste envie de travailler ensemble et étaient séduits par le mode d’organisation ; je pense que malheureusement nous allons voir aujourd’hui des espaces de coworking fermer, abandonner et renoncer car ils vont être confrontés aux réalités économiques.

image

Regus (le CEO Mark Dixon ci-dessus) est parti tous azimuts, pas seulement en France, mais aussi au Royaume Uni

Je pense qu’on va pas mal entendre autour de nous que le coworking est mort et il y aura beaucoup d’articles sur le sujet ! Mais au contraire, c’est une crise de croissance mais ce n’est pas la fin. Il existe une demande pour le coworking et il existe un besoin pour ce travail en commun, en communautés choisies, même si tous n’ont pas une démarche business, et ne sont pas structurés, donc il y en a qui vont souffrir. Par ailleurs, on voit aussi des investisseurs institutionnels s’intéresser à ce phénomène comme les gros opérateurs comme regus ou multiburo, ou des acteurs publics comme la caisse de dépôt, qui réfléchit à la mise en place de gros espaces de coworking façon Rocketspace aux États-Unis, avec plusieurs centaines ou milliers de mètres carrés, à des endroits stratégiques comme les aéroports, les gares etc. Donc je ne crois pas du tout que c’est la mort du coworking, c’est une crise de croissance.

Ville ou campagne ?

Il y a de gros besoins en ville et dans les périphéries et dans les nœuds de transport, mais il y a aussi un besoin pour pour des projets plus modestes ; en gros c’est la bande de copains qui qui se créaient un collectif et qui ont envie de travailler ensemble, qui partagent les frais, soit une sorte de collocation professionnelle, et là c’est tout à fait viable ! Je pense que ceux-là vont passer au travers des gouttes parce qu’ils répondent à un besoin. Avec quelques réserves… Pour que ça fonctionne il faut une masse critique, et que l’espace de coworking soit suffisamment grand. Il faut d’une communauté constituée. Et il faut de l’action commerciale. Et en général, le phénomène “bande de copains” ce sont des gens qui sont compétents dans leur métier, qui ont une envie de et s’associer de travailler ensemble, mais qui n’ont pas forcément une orientation très business et qui ne pense pas forcément la démarche commerciale.

Quelques lieux emblématiques

Je vais essayer de prendre plusieurs lieux emblématiques qui ont des démarches différentes. Il y a des petits lieux par exemple à Toulouse il y a un lieu qui s’appelle le tau c’est une bande de copains qui s’est installée dans un appartement et qui partage les frais pour travailler ensemble. À Bordeaux, il y en a d’autres du même genre. On est vraiment dans l’esprit originel du coworking.

Il y en a qui ont essayé de mettre un peu de business dans la démarche, comme soleilles cowork à Paris, comme la mutinerie à Paris, comme La cordée à Lyon, qui a ouvert plusieurs centres  à Lyon et qui va en ouvrir un à la Gare de Lyon, à Paris, car la communauté était demandeuse. Ceux-là sont dans une démarche plus business, ce qui ne veut pas dire que ce soit une démarche qui ait abandonné l’esprit du coworking, sauf qu’ils ont juste rationalisé et qui le rendent plus efficace.

La cantine (qui a changé de nom NDLR), c’est plus institutionnel car ils s’étaient surtout un lieu d’événements, ils ont réussi à en faire une franchise et un label qu’ils ont vendu en province. Ils sont également en pleine évolution, car curieusement il pratiquaient peu le coworking, sauf le coworking de passage. Mais il y avait peu de coworkers résidents ; on voit à Paris qu’ils ont développé une communauté, à Rennes aussi, ce sont des choses très mouvantes.  En 2 ans, à mon avis le paysage s’est transformé fondamentalement, c’est un domaine qui bouge très vite. Il faut l’observer de près, et il n’y a presque que des cas individuels.

L’avenir du coworking passe-t-il par l’État ?

On ne décrète pas la création d’activité. En revanche, si l’État, ou les collectivités locales, pense que ça peut est une bonne chose d’investir pour offrir le cadre d’une infrastructure, cela peut peut-être aider. Mais il me semble que dans la cas de la halle Freyssinet par exemple, la part de l’État est très faible. C’est-à-dire moins de 10 %. Et ce sont surtout des investisseurs privés qui prennent le relais comme Xavier Niel.

Un futur radieux, malgré les lourdeurs du pays

Nous sommes dans un pays où il y a des lourdeurs, des pesanteurs, managériales organisationnelles ; on est attaché au présentiel, et on est un peu méfiant par rapport à la distance, mais je pense que malgré tout il y a une attirance et les entreprises vont se restructurer et évoluer. On ne sera peut-être pas tous télétravailleurs dans 20 ans, mais on va augmenter notre proportion de gens qui auront des statuts mobiles au sens large, à distance, en mobilité, un coup chez eux, un coup dans un espace de coworking, un coup dans l’entreprise … ce qui va d’ailleurs avoir des conséquences très importantes et lourdes financièrement pour les entreprises, car on ne va plus avoir les mêmes bureaux, et pour les et pour les aménageurs publics, les gens qui font évoluer les villes, car ces aspirations vont se traduire par des orientations très importantes. Par exemple, le concept de cité du travail à la défense avec des immeubles partout, ça va prendre du plomb dans l’aile à mon avis.

Ce qui est difficile, c’est qu’on est dans une période de mutation assez rapide, il y a 2 ans à peine, dans le grand public on ne parlait pas de coworking, mais aujourd’hui, tous les journaux en parlent et tout le monde a entendu parler du coworking. Le télétravail est aussi en train d’exploser dans les médias et donc on a des vannes qui sont ouvertes, mais on sait pas à très bien à quelle vitesse ça va évoluer.

Coworking : Une crise de croissance due à « un développement non structuré » was last modified: novembre 26th, 2013 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

21 réflexions sur “ Coworking : Une crise de croissance due à « un développement non structuré » ”

Votre avis nous intéresse :