petit déj du 27/01/2012 : 3 retour d’expériences sur le Wiki

briefcase-large

la conférence du jour …

Emilie Ogez me signale l’organisation d’un petit déjeuner par XWiki sur 3 retours d’expérience autour de la mise en place de wikis d’entreprise.

27 janvier 2012 : petit-déjeuner XWiki sur la valorisation de l’information

XWiki SAS, l’éditeur de LA solution d’organisation de l’information XWiki Enterprise, est heureux de vous convier à un petit-déjeuner autour de la valorisation de l’information, au sein des entreprises mais aussi en externe. Ce petit-déjeuner se tiendra le 27 janvier 2012, de 9h à 10h30, à Eurosites Georges V (28, Avenue George V – 75008 Paris).

XWiki SAS a convié trois de ses clients, utilisateurs de ses solutions (intranet collaboratif, bases de connaissances…), à réaliser un retour d’expérience. Chacun d’entre eux vous montrera comment XWiki leur a permis de capter et de partager l’information, mais surtout de l’enrichir et de l’organiser, afin d’augmenter sa valeur.

via PetitDejeunerXWiki27janv2012 – XWiki.com.

petit déj du 27/01/2012 : 3 retour d’expériences sur le Wiki was last modified: janvier 19th, 2012 by Yann Gourvennec

La Chine, futur géant de l’Internet (1/2)

La Chine déchaîne les passions

flickr-2489526032-hdSoit pour s’émerveiller de l’éveil d’une nation devenue en moins de 30 ans l’usine du monde, une promesse qui nous était faite par Alain Peyrefitte dans  les années 70-80 (promesse de peur aussi car le selon le titre “le monde tremblera”) ; soit  pour dénoncer les emprisonnements et la limitation du droit d’expression au travers des anonymes ou du célèbre artiste chinois  Ai WeiWei. Difficile donc d’évoquer l’internet chinois dans mentionner la censure qui s’y opère (voir notre article sur Wikipédia en Anglais). À l’abri de cette censure, de véritables géants de l’Internet se sont développés qui pourraient bien un jour venir s’intéresser à l’Occident qui lui, ignore la Chine superbement ; pour combien de temps encore ?

La Chine d l’Internet va-t-elle s’éveiller elle aussi ? C’est le message que nous livre Alban Fournier, qui connaît bien le système de l’intérieur, dans cet article en deux parties. Le débat est ouvert, je crois deviner qu’il va être intense … 

[pour regrouper l’intégralité de l’article, taper http://bit.ly/chinefournier] –  Attribution drapeau chinois, certains droits réservés, photo de Philip Jägenstedt

imagepar Alban Fournier (http://www.value2020.net) QQ ID: 1557637787 – Twitter : @value2020

Alban Fournier est diplômé de l’Essec Management School in Paris. Son expertise couvre la conduite du changement, le Marketing et le conseil. Il a travaillé lors de diverses missions pour des clients comme Schneider Electric ou Tencent, la star de l’Internet chinois.

La Chine, ce géant de l’Internet ignoré de l’Occident

Quelle entreprise du secteur Internet génère le plus grand nombre de micro-transactions pour des biens virtuels sur une base quotidienne? Si nous leur posons cette question, la plupart des lecteurs occidentaux parleraient, sans doute, de eBay, Google, Amazon ou  Facebook, et ils auraient tort. Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi la Chine est pratiquement le seul pays qui est en mesure de rivaliser avec les Etats-Unis d’Amérique à l’égard de la croissance de son industrie de l’Internet.

La Chine est le pays du monde qui a la plus grande audience sur Internet du fait de la taille de sa population, la plus grande du monde avec plus de 1,3 milliard de personnes. Avec la forte augmentation de son produit intérieur brut, le talent de sa jeunesse, le capital-risque, les entrepreneurs chinois et les grandes entreprises ont maintenant les ressources nécessaires pour concurrencer le monde entier.

Ce qui permet au marché chinois de se démarquer, c’est que l’utilisateur chinois utilise intensivement son téléphone mobile, c’est-à-dire davantage qu’un européen ou un américain. Les chinois n’utilisent pas seulement leurs appareils pour communiquer avec d’autres personnes: ils jouent également beaucoup, et effectuer bien d’autres choses en ligne sur mobile.

Globalement, l’Asie est en avance sur nous à l’égard de l’utilisation des périphériques mobiles, le Japon et la Corée étant les pays les plus avancés. Cette utilisation élevée et toujours croissante de la communication mobile permet aux acteurs locaux tels que China Mobile (70% du marché), China Unicom (HK) (20%) et China Telecom (10%) de prospérer.

[China Telecom phone booth image AttributionNoncommercialShare Alikesome rights reserved by mjaniec]

Selon le CNNIC [1], le nombre total d’utilisateurs d’Internet sans fil en Chine a atteint 302,7 millions à la fin de 2010, représentant 66,2% de la base utilisateur d’Internet locaux. Premièrement, ces taux d’équipement en progression ont été principalement tirés par des infrastructures de données sans fil de qualité supérieure et la disponibilité des applications mobiles telles que les portails WAP, la messagerie instantanée (IM) et les jeux sociaux. Deuxièmement, alors que le texto (SMS) a continué à se développer, l’année  2009 a connu une croissance explosive de plusieurs services dont le micro-blogging qui a émergé comme un acteur majeur des médias sociaux en Chine. Le premier acteur, Sina Weibo, va d’ailleurs s’internationaliser en 2012.

L’industrie Télécom est d’abord une industrie locale en Chine : plus pour longtemps !

Une caractéristique de l’industrie des technologies chinoise est que relativement peu de ces entreprises chinoises ont pros la décision d’aller au-delà de leurs propres frontières. Il y a des contre-exemples avec des firmes comme Huawei qui a maintenant réussi à devenir une entreprise mondiale et possède des clients dans de multiples pays, en fournissant des équipements d’infrastructure et des services aux réseaux des pays du monde entier. Avec l’arrivée de China Telecom sur le marché européen en 2012, cette internationalisation va se renforcer.

Et le gagnant est … Tencent

Pour en revenir à la question posée au début de cet article, le leader mondial de l’Internet en termes du nombre de transactions en ligne au quotidien n’est ni Google ou Facebook. C’est une entreprise chinoise qui s’appelle Tencent.

La seconde partie de cet article est dédiée au succès de Tencent.

… à suivre

________________

[1] http://www.cnnic.net.cn/

La Chine, futur géant de l’Internet (1/2) was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

téléchargez avec un tweet : « les médias sociaux expliqués à mon boss » sur Locita

C’est la sélection du jour et peut-être du trimestre ! notre livre “les médias sociaux expliqués à mon boss” est accessible en téléchargement via LOCITA.FR qui vous permettra de le lire en le payant avec un tweet. explications :

Écrit par Yann Gourvennec et Hervé Kabla, ce livre est un vrai guide pratique des médias sociaux en entreprise expliqué par des professionnels. Un livre avec des outils et des recettes qui marchent, des schémas et dessins originaux pour mieux comprendre et appliquer, des témoignages de ceux qui mettent en place les médias sociaux en entreprise…

1 tweet pour 1 partie du livre

LOCITA vous propose de télécharger l’ouvrage en échange de tweets. Le livre « Les médias sociaux expliqués à mon boss » sera découpé et diffusé en plusieurs parties. Vous allez pouvoir tweeter l’information grâce à l’application Paywithatweet utilisée au sein des articles pour avoir accès aux documents au format PDF.

Chaque jour, 1 partie du livre

Tous les jours, à partir de lundi 15 janvier, un nouvel article sera publié et une nouvelle partie du livre sera accessible gratuitement sur fr.locita.com, un simple tweet sera demandé en échange.

Vous pouvez également télécharger la version ebook complète sur l’iBookstore d’Apple ou sur Numilog. Vous préférez la version papier ? Profitez de 10% de réduction et des frais de port offerts en utilisant le code promo LOCITA sur la Boutique Kawa.

téléchargez avec un tweet : « les médias sociaux expliqués à mon boss » sur Locita was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

tableau de bord des médias sociaux : décembre 2011 et analyse

Il y a quelques mois, vers la fin de 2011, alors que je donnais un discours sur le ROI/ROE des médias sociaux à la conférence iStrategy d’Amsterdam, je demandais à mon équipe chez Orange de mettre en place un tableau de bord mensuel, plus élégant que celui que nous établissons toutes les semaines sur la base de fichiers Excel plus ou moins bien fichus, et qui cependant serait un bon outil de travail et de décision pour les managers, y-compris moi-même. Et j’en livre ici même la version de décembre, très largement remaniée suite aux justes remarques et critiques de notre ami Philippe Nieuwbourg, observateur avisé de la statistique décisionnelle. Ceux qui le désirent, peuvent revenir à la version d’octobre et vérifier les différences réalisées grâce aux remarques de Philippe de Decideo et de Claude Henri Meledo de Visual Decision.

Comme je le faisais remarquer dans ma présentation d’Amsterdam (voir ci-dessous), ce tableau de bord est en mode apprentissage et le sera toujours. Il est donc amené à changer en fonction du temps. Nous ne désirons pas utiliser ce tableau de bord pour nous vanter que nous sommes les meilleurs, ou pour montrer que nous sommes fiers de nous, mais au contraire pour montrer en toute transparence et humilité notre désir de faire mieux (je livre les chiffres tels qu’ils sont et partage ce fichier en toute transparence, qu’ils soient bons ou mauvais).

Ce tableau de bord, doit se lire également en fonction de la présentation que j’ai faite à Amsterdam (ci-dessus) et qui en donne le contexte. Je vous demanderai donc si vous le pouvez de passer un peu de temps à écouter cette explication qui permet de comprendre ce que nous avons essayé de faire et dans quel contexte nous l’avons fait. J’ai y ai introduit également certaines réflexions autour du retour sur investissement qui me semblent importantes dans ce cadre.

to Klout or not to Klout?

Sur le sujet de la mesure elle-même, un grand nombre de choses peuvent être dites, à commencer par la qualité des mesures elle-même. J’ai suffisamment écrit d’articles critiques sur Klout pour prendre en compte le fait que nous devrons bientôt changer cette mesure. J’envisage de la remplacer assez rapidement par le système TweetLevel d’Edelman, car il faut bien reconnaître qu’une mesure est néanmoins nécessaire ; Edelman fournit une telle mesure de façon assez fiable et surtout autour de laquelle il y a beaucoup moins de bruit, ce qui nous permet de nous améliorer à l’abri des interférences.

engagement rates … what are we measuring here?

En ce qui concerne le taux d’engagement (engagement rate) le problème est encore plus aigu, dans la mesure où la mesure issue de l’outil Social Bakers (dont je ne pense que du bien par ailleurs, c’est un outil très utile) se révèle pénalisante pour nous, car elle ne prend en compte ni les sondages que nous réalisons souvent sur notre mur, ni le fait que nous soyons multilingues et multi pays, et nous nous trouvons donc pénalisés de façon indue. Deux solutions donc s’offrent à nous : la première que nous avons déjà entamée, qui consiste à nous retourner vers Social Bakers afin de faire corriger cette mesure et faire prendre en compte des critères non utilisés aujourd’hui ; la deuxième consiste à créer notre propre calcul de taux d’engagement qui prendra en compte ces critères, et qui viendra pondérer la mesure initiale. A suivre …

Tout ceci pour montrer qu’il faut véritablement avoir beaucoup d’humilité par rapport à ces mesures, mais qu’elles sont nécessaires pour nous aider à nous améliorer (je répète, plutôt que d’essayer de faire de la gonflette) en toute humilité et en restant professionnels. En espérant que ce travail puisse vous être utile, nous le mettons en accès libre sur Internet dans un format creative commons que vous êtes libres de partager et de télécharger (la résolution est meilleure une fois téléchargée).

voici notre tableau de bord de décembre 2011:

tableau de bord des médias sociaux : décembre 2011 et analyse was last modified: janvier 13th, 2012 by Yann Gourvennec

clavardage ZEVILLAGE : c’est maintenant !

La sélection du jour …

C’est le clavardage d’aujourd’hui à 17.00 c’est à dire maintenant (clavardage un néologisme super sympa en provenance du Canada, pour remplacer l’horrible « chat ») sur le thème du « coworking » (pas de francisation pour ce barbarisme là par contre). En partenariat avec zevillage.

Reprise des #Clavze (Clavardage + Zevillage), chats thématiques de Zevillage sur Twitter, le jeudi 12 janvier 2012, de 17 à 18h. Thème : Bonnes pratiques pour animer un espace de coworking.
Ce #ClavZe se tiendra depuis les Rencontres d’Autrans. Pour participer, c’est simple, vous publiez sur Twitter en ajoutant le hashtag #ClavZe.

logo ClavZe

Vous aussi pouvez suivre les échanges en ligne, en temps réel.

clavardage ZEVILLAGE : c’est maintenant ! was last modified: janvier 12th, 2012 by Yann Gourvennec