9 conseils pour mettre en œuvre le changement – #likeminds (1/10)

confessions d’un intrepreneur (1/10)

image

Le 19 octobre 2011 à Exeter, au Royaume-Uni, je livrai ce discours d’ouverture à la conférence Like Minds. Déjà publié en anglais (http://bit.ly/likemindsyag), je vous en livre ici la traduction et l’adaptation française. Il est intitulé « confessions d’un intrapreneur », et constitué de neuf anecdotes et conseils que j’ai utilisés pour décrire mon approche fétiche de la conduite du changement.

[photographies tous droits réservés – Harry Duns]

chaque conseil étant publié séparément, pour retrouver l’ensemble de l’article, taper : http://bit.ly/likemindsfr

ceci est le synopsis de l’introduction de la présentation

pas de slides …

J’ai délibérément choisi ce jour-là de ne pas présenter de slides. Les applaudissements de la salles m’ont d’indiqué clairement que je n’étais pas le seul à être lassé de ces présentations fortement imagées, où la projection n’ajoute rien à ce qui est dit. Place donc à l’expérience …

le problème des Français

« le problème des Français c’est qu’ils n’ont pas de mots pour ‘entrepreneur’ ». Telle est la phrase qu’on attribue à George W. Bush lors d’une discussion sur l’économie française qu’il aurait eue avec le premier ministre britannique Tony Blair, bien que cette phrase soit certainement le résultat d’une rumeur et qu’il n’est aucunement prouvé que le président Bush ait dit cela (même si on ne l’aime pas et qu’on le trouve stupide, c’est quand même un peu gros !). Ce « Bushisme » a été recyclé à l’envi sur Internet : tant que même les gens de bonne foi finissent par donner plus de crédit au faux qu’au vrai … Ceci étant, le mot « entrepreneur » est bien français, à la différence de « impossible », comme tout le monde le sait. Il existe aussi un mot, dérivé du premier,  » intrapreneur « , qui désigne ces femmes et ces hommes, qui sans relâche, tentent de mettre en place la nouveauté dans leurs grandes entreprises, de conduire le changement, de faire avancer les choses ; sans relâche…

Je fais partie de ceux-là, et j’aime ça ! Peut-être est-ce le fait d’avoir rêvé et tenté parfois – sans avoir véritablement saisi ma chance – d’être mon propre patron plus d’une fois ? ! Quoi qu’il en soit, le changement fait partie de mon travail de tous les jours, j’aime changer les choses, j’ai toujours aimé cela et l’aimerai toujours. Cela doit être une deuxième nature je suppose.

Je ne peux m’empêcher de penser que parfois, il serait plus confortable de laisser les choses telles quelles, que cela serait moins risqué et compliqué ; mais je ne pourrais pas vraiment m’en persuader moi-même.

être intrapreneur …

  • Etre intrepreneur c’est faire le pont entre les stratèges, les chercheurs, les développeurs et les opérationnels qui font tourner la boutique au jour le jour ;
  • les intrapreneurs sont des faiseurs qui aiment faire aboutir les projets, et qui aiment quand les idées se frottent à la réalité du terrain ;
  • c’est comme cela que je conçois mon travail.

Scott Gould (organisateur de la conférence et cofondateur de Like Minds) a décidé de nommer mon discours d’introduction « confessions », et de l’orienter sur les anecdotes qui ont fait mon quotidien professionnel pendant près d’un quart de siècle.

Pourtant, ce mot de « confessions » évoque, si j’en crois les dictionnaires, qu’on a commis un crime ou un péché ! Je suis donc pas sûr que ce soit un titre approprié. Je vous l’accorde, bien des fois, un intrapreneur doit batailler contre les règles établies, les résistances au changement, surmonter les obstacles difficiles …

Mais les vrais entrepreneurs ne sont pas des fauteurs de trouble car ils savent toujours agir pour le bien commun.

 

en mémoire de Trey Pennington

L’origine de ce thème et de ce discours est une discussion initialement entamée sur le sujet lors d’un séminaire Like Minds organisé à Bovey Castle (dans le Dartmoor) en mars 2010, alors que nous étions réunis avec quelques-uns de nos amis américains et britanniques, dont notre regretté confrère Trey Pennington, disparu cette année et à qui je dédie cette présentation.

Le sujet de ce séminaire était « comment mettre en œuvre les médias sociaux en entreprise » et je me suis vite rendu compte que mon expérience permettait d’aborder le sujet sous un angle différent que celui de mes confrères, car je vis cette problématique de l’intérieur, que j’ai mis en œuvre des innovations côté client pendant des années que le fait que cela n’ait pas concerné toujours les médias sociaux, qui sont encore relativement récents, n’avait aucune espèce d’importance.

faire un blog pour soi c’est facile, pour une entreprise …

Il est plus difficile de mettre en place changement dans une entreprise. Faire un blog pour soi, pour une TPE ou même une PME n’est pas bien difficile. Vous allez sur WordPress.com, cliquez sur quelques boutons et hop ! Il n’y a plus qu’à être célèbre, tout cela en à peine quelques minutes…

si j’étais Nestlé ou Danone

Il n’est pas possible d’agir ainsi lorsqu’on est le représentant d’une grande entreprise cotée ! L’approche est plus complexe, il y a des règles à respecter et des obstacles à surmonter. Il est facile aussi de regarder le problème de l’extérieur et de se contenter d’émettre des recommandations. Si j’étais Nestlé ou Danone, je ferais ci et je ferais ça ! On l’entend assez. Mais voilà, tout est dans le « si ».

Je le sais bien car j’ai été aussi de l’autre côté de la barrière, comme consultant, pendant de nombreuses années… Plus facile d’émettre les recommandations … et pourtant j’ai toujours éprouvé personnellement de la frustration par rapport au fait que celui qui émet ces recommandations est rarement celui qu’il met en œuvre ! Vu du client, être conseilleur n’est pas pas payeur, et ces conseils à l’emporte pièce peuvent être particulièrement irritants; intrinsèquement les consultants n’y sont pour rien, mais cela mérite d’être dit.

le sens du terrain

Alors voici ma « confession », si on accepte ce terme, c’est-à-dire, les quelques leçons que j’ai apprises sur le terrain – volontairement simplifiées pour être mises dans un discours – pour mettre en oeuvre le changement et devenir un intrapreneur. Pour chacune de ces leçons, je fournirai une anecdote, tirée de mon expérience réelle.

à suivre… http://bit.ly/likemindsfr  faire pour rassembler toutes les parties de cet article reconstitué dans son intégralité

9 conseils pour mettre en œuvre le changement – #likeminds (1/10) was last modified: janvier 14th, 2014 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

Une réflexion sur “ 9 conseils pour mettre en œuvre le changement – #likeminds (1/10) ”

Votre avis nous intéresse :