Monia Essaidi : »la révolution (tunisienne) a été pacifique et numérique »

DSC_3702

photo : Pierre Moscovici député, avec Dame Helen Alexander à sa gauche, Pdte de CBI (Medef britannique) – Photo Yann Gourvennec

LA RECOMPOSITION DU MONDE

Je me suis rendu ce matin aux universités du MEDEF pour la 3ème fois consécutive en ce qui me concerne. Ce matin avait lieu un débat avec des personnalités de très haut niveau, animé par Nicolas Rossignol. La conférence étant la première de la journée, il semblait y avoir un peu moins de  public et je n’ai pas eu trop de mal à trouver une place.

DSC_3704

photo : Mme Essaidi, à la gauche de Gérard Longuet, ministre de la défense – Photo Yann Gourvennec

C’est à un monde en pleine reconfiguration que nous sommes confrontés en ce moment. Les constats sont nombreux et unanimes quant aux évolutions du monde que tout le monde a pu observer depuis le printemps 2011, mais les conclusions ne sont pas forcément très différentes de celles de l’année dernière où nous avions abordé l’évolution du monde sous la pression des pays émergents.

Toutefois, d’un point de vue économique, selon les participants au débat, l’adaptation aux nouvelles configurations politiques va demander

  • d’un point de vue domestique, que les pays du “nord” se décrispent par rapport à la migration (“qui reste marginale » d’un point de vue statistique” comme l’a souligné Mme de Wenden, M. Longuet soulignant que les migrations ne sont même pas assez nombreuses dans nos sociétés dites “mondialisées”),
  • qu’on sorte de la défiance, et qu’on apprenne à faire confiance aux pays du Sud, et notamment africains, car le “21ème siècle devrait être celui de l’Afrique”, en particulier les nouveaux pays issus des révolutions arabes récentes.

Soulignons enfin que ces révolutions, pacifiques et “numériques” selon Mme Essaidi, mettront sans doute du temps à émerger et rassurer, ce qui rend le deuxième point ci-dessus particulièrement délicat ; mais l’enjeu est primordial.

_______________________________________

Voici quelques notes prises lors de cette réunion

Gilles Kepel : ce qui a changé cette année

  • le 11 Septembre a 10 ans, et nous sommes en train de refermer la page Ben Laden, qui a changé complètement notre rapport au monde
  • En même temps, le monde arabe a été entièrement reconfiguré, alors que le régime de la Lybie est tombé il y a quelques jours
  • La Syrie et le Yemen sont encore dans une situation délicate
  • Au Bahrein, il y a eu de grandes inquiétudes, non seulement à cause des troubles mais surtout à cause des inquiétudes autour des approvisionnements pétroliers dans le monde.
  • Va-t-il y avoir mise en place de nouvelles structures ou installation du chaos, il y a beaucoup d’interrogations

Pascal Boniface, géopolitologue, directeur de l’IRIS : “il n’y a plus de régimes totalitaires”

  • La Syrie va probablement tomber selon P Boniface, mais il y aura d’autres régimes qui resteront,
  • Mais c’est une onde de choc mondiale, qui va au-delà du monde arabe : l’ensemble de l’humanité est politiquement active
  • à des degrés divers, selon M. Boniface, il n’y a plus de régimes totalitaires, sauf peut-être en Corée du Nord …

Jean Louis Guigou, DG de l’IPEMED: “réaliser un marché commun avec l’Afrique”

  • dans un monde multipolaire, il y a plusieurs blocs (“quartiers d’orange) : Amérique et amérique du Sud, Asie (Nord et Sud) et l’issue pour l’Europe est aussi de faire une alliance rapide avec le Sud : Europe Méditerranéenne et aussi l’Afrique sub saharienne.
  • Selon lui, le 21ème siècle est celui de l’Afrique
  • L’issue pour l’Europe est selon M. Guigou de faire un marché commun avec l’e Sud.
  • L’enjeu géopolitique est de travailler avec ses voisins, notamment si le prix du baril atteint des sommets, cela devient un impératif.

Monia Essaidi, DG de Socotex : “la révolution a été pacifique et numérique”

  • Il y a effervescence et enthousiasme mêlé à une certaine peur, car il ne faut retomber dans une nouvelle forme de dictature.
  • Mme Essaidi a fait part de son inquiétude vis à vis de la menace islamique en Tunisie

Catherine Withol de Wenden, politologue : “nous sommes devenus un monde de migrants”

  • dans la plupart des cas, les révolutions de ce genre, il y a peu de mouvements migratoires … mais (en prenant un peu de recul)
  • Cependant, il y a 220 millions de migrants internationaux, et ce chiffre a triplé depuis 40 ans ! C’est que nous sommes devenus un monde de migrants
  • Les migrations SUD-SUD sont aussi importantes que les migrations Sud-Nord !
  • Les profils sociologiques sont de plus en plus diversifiés : des non qualifiés, des très qualifiés, des touristes, des gens qui s’installent sur divers espaces, des retraités etc.
  • le différentiel économique en faveur de l’Europe attire les migrants, c’est inévitable
  • Il y a difficultés à imposer une gouvernance mondiale des migrations et c’est quelque chose d’impérieux à réaliser
  • >> Pascal Boniface : “on sort de la décennie post 11 Septembre et on a beaucoup fonctionné sur la peur et le monde occidental a perdu le monopole de la puissance qu’il avait depuis 5 siècles. Or la peur est mauvaise conseillère. Il y a une soixantaine de pays émergeants dans le monde, il n’y a pas que les BRIC. Il faut s’adapter à ces nouveaux rapports de force et ne pas céder à la peur”.

Pierre Moscovici, député : “il faut faire confiance  à ces pays arabes”

  • Il y a un an, on aurait fait une table ronde, on serait passé à côté de quelque chose, c’est le printemps arabe. 3 conséquences :
  • la politique du statu quo (soutenir les dictatures) n’est plus possible
  • être uniquement basé sur la peur des migrations est une erreur
  • ces démocraties jeunes peuvent avoir des rechutes,car c’est un processus difficile, mais il faut apprendre à leur faire confiance, nouer des relations économiques etc. et éviter de tomber dans le cynisme.

DSC_3706Gérard Longuet, ministre de la défense (photo à droite) : “je suis d’accord avec Pierre Moscovici, s’il y a un mort, c’est la Real Politik)

  • ce qui est une vérité statistique, c’est le caractère marginal de l’immigration (souligné par Mme de Wenden)
  • sur le plan militaire, le monde a moins changé qu’il n’y paraît.
  • Il faut faire attention aux vieux conflits qui peuvent se rouvrir et les cartes ne sont pas redistribuées autant que l’on croit.
  • Gérard Longuet a fait remarquer que “la Chine n’est pas une démocratie et que la Russie est une démocratie qui émerge lentement)
Monia Essaidi : »la révolution (tunisienne) a été pacifique et numérique » was last modified: septembre 1st, 2011 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

Votre avis nous intéresse :