Souhaitez vos bons vœux et réduisez la fracture numérique !

La sélection du jour …

Ce sont nos bons voeux de fin d’année, qui me permettent de vous remercier de votre fidélité de lecteurs,  et de vous conseiller de faire une bonne action, en scannant avec votre mobile, la carte de vœux conçue par Orange et sa fondation afin de réduire la fracture numérique (chaque scan du QR code suivant permettra à la fondation de reverser 1€. Alors faites une bonne action (ou même plusieurs, il n’y a pas de limite … 1 par jour par exemple). Joyeux Noël à toutes et à tous. 

Cette année, au travers de sa carte de voeux, Orange a décidé de soutenir le programme Solidarité Numérique de sa Fondation.

Orange_carte_de_voeux_2011

Plus qu’une jolie carte de voeux geek, ce flashcode présente un réel intérêt

>> le reste de l’article sur le blog d’Orange

Souhaitez vos bons vœux et réduisez la fracture numérique ! was last modified: décembre 23rd, 2011 by Yann Gourvennec

start-up du mois : tripattitude.com, pure player collaboratif à l’assaut du tourisme

imageLa désintermédiation du Web a épargné miraculeusement certains secteurs (l’alimentaire par exemple) et frappé de plein fouet certains autres comme la photographie et le tourisme. Dans ce secteur durement touché, où un acteur historique comme Thomas Cook connaît le pire moment depuis le XIXe siècle qui l’a vu naître, de jeunes acteurs comme tripattitude viennent bousculer encore la donne et qui sait… Peut-être asséner le coup de grâce. Je recevai le 28 novembre 2011 Olivier Le Grelle, fondateur de tripattitude. Interview et zoom sur une start-up et peut-être future star du e-tourisme.

cliquer sur le bouton « play » pour écouter l’interview d’Olivier Le Grelle – 6:15

exclamation-large« les voyagistes n’ont pas assez de valeur ajoutée »

« Ce qui arrive à Thomas Cook est logique » affirme Olivier Le Grelle, jeune entrepreneur et fondateur du site tripattitude.com. « Les voyagistes n’apportent pas pas assez de valeur ajoutée » ajoute-t-il. Car tout se passe désormais sur Internet. « Les voyagistes ne produisent plus rien » poursuit-il, « ils font semblant de vous vendre ce qu’ils n’ont pas créé ». Quiconque a voyagé ces dernières années le sait : un voyagiste, Nouvelles Frontières par exemple, achète un voyage à un autre voyagiste, par exemple un spécialiste des trek, qui achète … la prestation à une petite agence de Marrakech (atlas voyage par exemple). Pourquoi donc passer par un voyagiste qui prend sa marge au passage ? Même si à cette question vous pourriez répondre « du fait de la confiance que j’ai en un voyagiste connu comme Nouvelles Frontières », ce qui n’est pas un point négligeable. Olivier Le Grelle pense au contraire que « les voyagistes mentent aux clients ». Les experts en ce domaine, ne sont donc peut-être plus les généralistes, ce sont les DMC : « destination management companies », autrement appelés « réceptifs » en Français. Il s’agit des agences locales qui « prennent en charge les clients de tous opérateurs sur le lieu de vacances » (lire Wikipédia)

favoriser le circuit court…

Fort de ce constat, tripattitude se propose de limiter le nombre d’intermédiaires et de s’adresser à directement aux DMC. « Nous faisons la même chose que les généralistes, mais nous avons l’honnêteté de le dire » explique Olivier Le Grelle. Pour cela, il faut labelliser les réceptifs, ce qui demande un gros travail en amont en termes de contrats, de recherche de crédibilité et de démarches administratives locales. C’est là le travail de tripattitude.com, mais peuvent-ils s’en tirer tout seuls ?

La communauté va valider

network-largeComment en effet s’assurer que les agences locales sont sérieuses ? Le travail de tripattitude n’y suffira pas, le site agira donc en véritable outil de validation collaborative. Tripattitude n’acceptera pas les utilisateurs anonymes et proposera un scoring sur chaque voyage et voyagiste par les utilisateurs qui pourront s’exprimer au travers de forums dédiés. « C’est la communauté qui va valider » insiste Olivier Le Grelle.

rendre accessible le sur-mesure

Le site agira également sur la base de suggestions émanant de la communauté. Si un opérateur remarque qu’une communauté émet une demande, il pourra ainsi faire une offre adaptée, par exemple, pour 15 à 20 personnes. Les voyageurs peuvent donc créer un produit sur mesure de façon dynamique et ensuite chercher leur co-voyageurs. Une sorte de « onvasortir » du tourisme en somme, un concept déjà éprouvé ! Ce qui fait dire à Olivier Le Grelle que sa société devient le « Groupon » du voyage. Souhaitons-leur moins de soucis avec leurs clients.

un concept nouveau, une fenêtre de six mois

aeroplane-largePeu de concurrents existeraient encore selon M. Le Grelle. Groupenture aux US semble assez seul mais « 2 concurrents vont naître outre-Atlantique et 3 en France » précise Olivier Le Grelle. Ce qui fait dire au fondateur de la start-up qu’il a « six mois de répit jusqu’à l’arrivée du prochain acteur ».

Tripattitude (qui a levé €220k de fonds d’amorçage selon Frenchweb) va se mettre bientôt aux médias sociaux (blogs et twitter notamment), et il pense devenir leader des agences en ligne. Le site anglais lui, n’est pas encore lancé mais il viendra bientôt. Manque encore une version pour les mobiles, mais qui ne saurait tarder je suppose, vu l’importance que ce mode d’accès à l’information prend aujourd’hui.

En dehors des défis habituels de ces sortes de communautés (montée en charge, participations et décollage) que même des géants comme Google rencontrent malgré leur empreinte dominante, Tripattitude va devoir s’imposer sur ce marché hyper concurrentiel ; l’internationalisation n’est pas non plus triviale, dans une Europe où les comportements sont si radicalement différents, et les acheteurs en grande partie idiosyncratiques. Ceci étant, en surmontant ce défi du réseau et celui de la crédibilité de la confiance, on peut entrevoir un réel potentiel sur un marché en difficulté et où l’atentte des consommateurs est réelle.

Souhaitons-leur bonne chance dans cette aventure.

start-up du mois : tripattitude.com, pure player collaboratif à l’assaut du tourisme was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

et pan sur le klout (suite)

Grâce à Twitter, j’ai fait la connaissance virtuelle de Cyril Rimbaud qui a rebondi sur les articles précédents de Visionary Marketing et de E-influenceur sur le sujet de l’influence et de sa « mesure » pour nous envoyer un lien vers cette BD issue de son blog en Oct 2011, au moment du changement de la mesure de Klout.

>> lire la suite de la BD sur le site de Cyril : « Klout kred les kons qui les écoutent »

et pan sur le klout (suite) was last modified: décembre 22nd, 2011 by Yann Gourvennec

@WalmartLabs = Social + Mobile + Retail

Le titre de cet article résume à lui seul l’équation que l’entité née du rachat de Kosmix par l’enseigne Walmart a l’ambition de résoudre. En effet, grâce à ce rachat, Walmart a acquis la maîtrise du ‘génome’, technologie permettant de cibler la diffusion des offres en fonction des centres d’intérêt des consommateurs … et l’enseigne compte bien l’exploiter au travers de l’application Facebook Shopycat.

Le ‘social positionnement’ de Walmart ne débute pas avec le lancement de cette application : l’enseigne a en effet

  • été la première à référencer les ‘facebook credits’ dans ses linéaires
  • conclu un partenariat avec facebook pour que chacun des 3500 points de vente dispose de sa page

Au travers de Shopycat, WalMart confirme donc son intention de devenir une enseigne résolument ‘sociale’. Une telle application laisse même deviner ses ambitions de concurrencer Ebay ou Amazon …

@WalmartLabs a par ailleurs vocation à travailler sur de nouveaux concepts comme par exemple celui d’un points de vente où les consommateurs pourraient échanger via leurs smartphones sur les offres promotionnelles et autres avis consommateurs sur les réseaux sociaux de WalMart. Des tests de magasins éphémères dont l’objectif est d’être un showroom des cadeaux highTech et autres biens d’équipement et permettre l’achat en ligne sur le site de e-commerce de l’enseigne.

Tout l’enjeu de la grande distribution semble donc de concilier efficacement Mobile – Relationnel Conso et Point de vente. Ou alors, les réseaux sociaux sont-ils les distributeurs de demain?

Pour poursuivre la discussion, retrouvez les exemples de :

Source : Marketing vox et Internet Retailer

@WalmartLabs = Social + Mobile + Retail was last modified: décembre 20th, 2011 by christelle

JDNet donne une mauvaise note à Viadeo … trop vite ?

la sélection du jour …

est cette étude circonstanciée et pas très gentille qui compare Viadeo et LinkedIn. Elle semble sans appel, Viadeo ne serait qu’un challenger national en perte de vitesse alors que LinkedIn croquerait des parts de marché à la vitesse grand V. Il est vrai que LinkedIn, créé en 2003 et entré en bourse en 2011 est rapidement passé de 100 millions à 136 millions d’utilisateurs cette année. Son rattrapage en France est particulièrement spectaculaire, ceci malgré un départ tardif dans notre pays, du fait de l’absence de francisation de leur interface pendant de nombreuses années (un comble quand on pense que leur CTO, Jean-Luc Vaillant, a obtenu son diplôme à Marseille !). Mais le JDNet se serait-il emballé et sera-t-il obligé de manger son chapeau ? Viadeo contre-attaque en effet avec une offensive en Russie et 1 partenariat avec le fournisseur de service suédois Mancx. Nos informateurs nous disent aussi que Dan Sarfaty est parti pour la Chine afin d’y établir des bases solides pour notre Viadeo national. Les paris sont ouverts ; à suivre …

Réseaux sociaux pro : Viadeo KO face à LinkedIn – Journal du Net e-Business

Viadeo est-il un véritable challenger à Linkedin dans le monde ? Pas vraiment. Le JDN et Comscore ont épluché leurs audiences en France et à l’international. Résultat : le Français ne dépasse son concurrent américain que dans un seul pays.

via Réseaux sociaux pro : Viadeo KO face à LinkedIn – Journal du Net e-Business.

JDNet donne une mauvaise note à Viadeo … trop vite ? was last modified: décembre 20th, 2011 by Yann Gourvennec