10/27/10

rattrapage : le guide de la e-reputation de Skema (Sup de Co Lille) est sorti … en 2009 et je l’avais raté

J’avais raté ça et il est temps que je me rattrape. Voici l’excellent guide sur l’identité numérique préparé par l’équipe Web marketing de Sup de Co Lille en mars 2009, qui a développé une véritable expertise reconnue sur ce domaine (transparence : je suis diplômé de Sup de Co Lille, alias SKEMA). Le guide est bien fait, lisible gratuitement sur Internet, il fournit des pistes pour votre stratégie personnelle (quels objectifs / quels outils). Pratique, esthétique et concret. A mettre en toutes les mains.

10/21/10

réunion IABC : Marques et médias sociaux : faut-il en être ou pas ?

J’ai participé le 20/10 au matin à une réunion organisée par IABC (http://france.iabc.com/fr/, l’association Internationale des communicants d’entreprise) et ceci était ma 2ème réunion IABC d’ailleurs. L’organisation était impeccable, l’ambiance sympathique, le cadre superbe et j’ai découvert Stanislas Magniant de Publicis avec mon ami Hervé Kabla. Bonne table ronde, où tout le monde se renvoyait la balle, animée de main de Maître par notre confrère et ami Canadien Matthew Fraser.

Mais en rentrant hier soir, quelle surprise ! un compte-rendu intégral et circonstancié avec photos à l’appui et tutti quanti par  Olivier Cimelière himself, sur son superbe blog. Alors lecteurs, chapeau bas, j’abandonne le micro et je passe la parole à Olivier :

J’ai participé comme auditeur à une intéressante conférence intitulée « Digital Branding: The Latest Trends and What You Need to Do About Them » qui s’est tenue le 20 octobre à Paris à l’initiative de l’association IABC France et de l’American University of Paris (AUP). Les médias sociaux sont en effet au cœur des préoccupations des communicants. Qu’ils soient en charge de marques produits ou de marques d’entreprise, la question lancinante demeure identique : faut-il céder à la « mode » des réseaux sociaux ? En d’autres termes, doit-on engager la conversation avec les internautes ou doit-on finalement se taire quand on n’a rien à dire ou à partager, voire qu’on a guère la volonté de s’investir ?

Sous la houlette de Matthew Fraser, professeur associé à l’AUP et auteur d’un ouvrage sur le sujet (Throwing Sheep in the Boardroom: How Online Social Networking Will Change Your Life, Work & World), trois experts ont débattu des dernières tendances et enseignements des expériences menées par différentes entreprises dans l’univers fascinant et fluctuant du Web 2.0. Le Blog du Communicant 2.0 vous propose un substantifique (à ses yeux !) résumé des principales interventions de Yann Gourvennec, directeur Internet & médias numériques chez Orange Business Services (ainsi que membre fondateur de l’association Media Aces en France), Hervé Kabla, président fondateur de l’agence de communication stratégique Blog Angels (et autre membre fondateur de Media Aces en France) et enfin Stanislas Magniant, directeur de stratégies digitales de Publicis Net Intelligenz.

la suite de ce post sur le blog d’Olivier Cimelière

10/15/10

le tour de la fraude sur Internet en 4 interviews par Christophe Beauvais (Orange Business Services)

Dans le cadre de la préparation de mon cours annuel sur les paiements en ligne pour le MBE ebusiness de l’Ecole Supérieure de Gestion de Paris (ESG) du début Octobre, j’ai rencontré Christophe Beauvais, responsable marketing paiements chez Orange Business Services fait un état des lieux de la fraude en France, en cette fin 2010.

Sans une première interview, Christophe a dressé l’état des lieux de la fraude sur Internet :

ll faut situer la fraude sur Internet par rapport à la fraude en général : la sécurité pour les paiements physiques est largement maîtrisée en France et notamment la carte à puce (maintien de la fraude à un pourcentage extrêmement faible); en revanche, dans le secteur de l’Internet, augmentation de la fraude progressive, tous les ans environ 20 % de plus, liées aux achats en vente à distance en général.
Cependant, il faut tempérer ce constat, car en réalité, il ne s’agit pas du pourcentage de fraude qui augmente, mais du e-commerce qui lui-même est en pleine croissance, organique, en termes de nombre de sites, le nombre de ventes et de revenus et montants générés.
De ce fait, le même pourcentage induit une forte augmentation du montant de la fraude.

Les grands réseaux bancaires ou les tutelles bancaires, ont apporté des réponses à ce phénomène de deux façons différentes :

  • d’une part le programme PCI pour protéger la donnée elle-même, et faire en sorte que les équipements qui traitent les données soient suffisamment robustes pour empêcher les vols et les corruptions,
  • d’autre part 3D-SECURE : uniquement pour le e-commerce, permet de d’établir la vérification de l’identité du porteur.

Puis dans une deuxième interview, Christophe a décrit plus en détail ce qui caractérisait la fraude sur Internet en 2010

Second volet de notre série d’interview de Christophe Beauvais, responsable marketing paiements chez Orange Business Services, autour de la fraude sur Internet.

Il faut savoir que la confiance des porteurs de carte sur Internet s’est extrêmement améliorée et aujourd’hui on a 1 personne sur 2 en France qui fait des achats sur Internet avec la carte, alors qu’en 2007 on n’avait que 37%.

La vente à distance en général est responsable de 7% du montant des achats mais en réalité est responsable de 57% de la fraude !
Quand on sait que tous les ans il y a environ 20% de plus d’acheteurs sur Internet on voit la courbe des montants s’envoler, et c’est pour cela que le milieu bancaire a décidé de réagir en apposant des normes de sécurité sur Internet qui soient suffisamment coercitives pour limiter cette fraude.

On assiste sur Internet :

  • non pas à une augmentation du pourcentage de la fraude mais à celui de son montant (voir interview n°1)
  • à des comportements qui consistent à lutter contre les systèmes de détection de fraude, où les fraudeurs s’attaquent à des sites où les montants moyens sont peu élevés (de façon à être en-dessous du radar)
  • ces fraudeurs sont de plus en plus organisés en réseaux en utilisant la carte à plusieurs endroits, à plusieurs moments pour essayer de perturber le dispositif de géolocalisation des systèmes de détection de fraude.

Ce phénomène de réseaux est nouveau, en général ils sont situés dans les pays de l’Est mais pas exclusivement. En outre ils ont l’intelligence de s’intéresser à des secteurs qui sont en boom et dont les montants correspondent à leurs cibles comme celui de l’habillement par exemple, qui est particulièrement visé.

Continue reading

10/7/10

Media Aces dévoile son futur livre: “expliquer les médias sociaux à mon boss”

Au lendemain d’une conférence Média Aces qui a vu son buzz passer au-dessus d’Hadopi et Kerviel (sans pour autant  mettre personne en prison) je reviens dans ce post sur une annonce faite lors de la conférence, à savoir celle de l’annonce de notre ouvrage  « les médias sociaux expliqués à mon boss » .  J’ai participé aussi il y a quelque temps à une interview sur Tribune Experts où j’ai résumé les objectifs de l’association Media Aces dont je suis co-fondateur et   évoqué en avant-première le livre sur les médias sociaux qui sera publié par l’association Media Aces chez l’éditeur Kawa, sous la direction d’Henri Kaufman.

Le livre est disponible en pré-vente au prix exceptionnel de 30€ si vous le réservez, en cliquant directement sur ce lien, sur le blog de l’association Media Aces. Voici ci après quelques extraits de l’interview:

Vous êtes co-fondateur de l’association Média Aces. Pouvez-vous la présenter ?

Media-Aces , c’est l’association européenne des entreprises utilisant les médias sociaux.

Pour l’instant nous avons surtout développé le chapitre français, mais l’Europe viendra bientôt, au début 2011. Au centre de cette association on retrouve bien entendu les entreprises, pas seulement les grandes mais aussi les moyennes et même les petites qui utilisent les médias sociaux soit en interne soit en externe et qui veulent témoigner sur leurs usages.

En fait, l’association a plusieurs objectifs : d’une part, l’entraide entre les membres. Car mettre en œuvre les médias sociaux dans une entreprise est beaucoup moins facile que de le faire pour une personne ou pour une petite association.

Deuxièmement, évangéliser sur le sujet des médias sociaux dans un but d’efficacité mais aussi d’éthique.

Troisièmement, diffuser des états de l’art sur le sujet en montrant ce qui se passe réellement au sein des entreprises, et non à travers de discours éthérés, éloignés du terrain et de la pratique.

Quatrièmement, résumer ses travaux au travers de publications, mais j’y reviendrai bientôt dans une question suivante. Au total, notre association comporte 31 membres, ce qui est encourageant pour une association qui a moins d’1 an d’existence.

L’association organise des conférences tous les trois mois, quels sont les objectifs de ces événements ?

L’objectif de ces conférences est multiple. D’une part poursuivre l’évangélisation autour des médias sociaux et de leur utilisation dans le cadre professionnel.

Ensuite, faire témoigner les entreprises qui les utilisent et montrer les pratiques réelles du terrain, afin de partager avec les autres entreprises, et toutes les parties intéressées par ces expériences. Enfin, dégager les bonnes pratiques qui peuvent servir à la communauté.Ce qui positionne l’association par rapport à ce qui existe déjà dans ce domaine, c’est la réalité de la pratique que nous avons sur le terrain ; ici pas de bla-bla, que des résultats concrets, souvent sans langue de bois : quand ils sont mauvais, on n’hésite pas à le dire, c’est ce qui fait l’originalité de l’association. Après tout, tout ne peut pas toujours réussir, c’est ceci aussi qui donne de la crédibilité à ces retours d’expérience. Les conférences Media Aces, c’est du vécu !

Avez-vous des projets pour l’association à moyen terme ?

Nous avons pour objectif de publier un livre qui portera les couleurs de l’association Media-Aces et que nous annoncerons à la prochaine réunion, le 6 octobre 2010.

Ce livre recueillera les bonnes pratiques et les témoignages de nos membres ; six de nos membres ont déjà témoigné à ce jour au travers de ce livre qui se construit et qui avance bien.

Il sera publié par l’éditeur français des grands noms américains des médias sociaux, Diateino, c’est un gage de réussite pour la diffusion de cet ouvrage.

Le titre provisoire de l’ouvrage sera « les médias sociaux expliqués à mon boss ».

 

10/5/10

Frédéric Charles de Suez Lyonnaise des eaux sur les systèmes d’information collaboratif à la conférence Media Aces du 6 octobre 2010

Alors que la prochaine réunion de Media Aces du 06 octobre 2010 (14:00-18:00 à Mines ParisTech à Paris, 30€ SEULEMENT)  est déjà à 139 inscritsil nous reste encore à annoncer 2 conférences. Voici celle de Frédéric Charles de Suez Lyonnaise, qui nous fait l’honneur de participer à notre 3ème rencontre de l’année 2010. Article suivant par mon compère Hervé Kabla :

A une semaine de la conférence Media Aces, je n’ai pas pu résister à l’envie de partager avec vous quelques éléments dont Frédéric Charles nous livrera le détail mercredi prochain, à l’école des Mines ParisTech.

Le sujet de son intervention, les systèmes d’information collaboratifs, est un thème d’actualité. Nombre d’entreprises se posent la question d’animer des communautés en interne ou en externe. Des outils existent, mais au-delà du choix d’une technologie, c’est la démarche, la manière de conduire du changement, qui sont souvent les éléments déterminants pour la réussite d’un tel projet. On peut alors parler de « gouvernance de la plateforme communautaire ».

Continue reading