sécurisation des paiements en ligne : salon e-commerce 2010 4/4

Enfin, pour clore cette matinée destinée aux moyens de paiements une dernière présentation par MM. Sébastien Begel, DG de relay.com et Frédéric Loos, directeur des solutions monétiques de Paybox Services, ce dernier étant également l’animateur du groupe dédié aux paiements en ligne sur Viadeo.

Cette présentation était dédiée à l’optimisation de la distribution digitale et son objectif était de ne pas être (trop) commerciale, même si finalement on a balayé toutes les solutions de Paybox. Il faut bien vivre…

introduction : Relay.com est l’acteur bien connu dans la distribution de livres et de magazines, notamment dans les gares. Paybox est une solution de paiements en ligne qui maintenant intègre les paiements physiques. Paybox est multiservice et ne fait pas que du bancaire (fidélité). Paybox a 14.000 commerçants et 7.5 millions de transactions par mois. La partie “haute disponibilité” est importante, avec 2 plateformes de traitement distantes de 900 km. Présence dans 39 pays en Europe. Paybox ne traite pas des moyens de paiement par SMS, Internet + etc. Une nouveauté, c’est la partie MONEO, qui se positionne désormais sur Internet

Les différents types de paiements:

  1. les paiements à l’acte : pas le plus compliqué à gérer. traditionnel. on donne ses coordonnées à chaque achat
  2. paiement express (1click est breveté par Amazon, on ne peut pas utiliser ce terme).
  3. paiement par abonnement : paiement régulier, mensuel ou annuel en gérant un échéancier
  4. l’agrégation : regroupement de plusieurs commandes en une seule transaction (cumul selon les règles du commerçant)

Zoom sur les 3 derniers types qui sont traités par Paybox:

  • Paiement en 1 clic : l’inventeur c’est Amazon, le leader c’est iTunes. C’est favorable à l’achat impulsif – aussi sur mobile/tablette – et le client finit par oublier les prix. L’inconvénient et la cofiance du client pour créer un compte et la perte de garantie 3D Secure. Par contre cela a un bénéfice en termes de réduction de la fraude car cela permet de mieux étudier le client dans la durée. Enfin, la gestion des dates de fin de validité des cartes et leur mise à jour peut poser des problèmes. Beaucoup de projets ne pensent pas à ce problème de renouvellement de carte ou de changement de banque ;
  • abonnements : cette formule est intéressante à cause des encaissements récurrents. c’est un peu le système des opérateurs téléphoniques. En outre, il y a un delta entre la volonté de résiliter le service et l’action de résilier son compte. Les incnvénients sont les mêmes en termes de confiance. Gestion des rejets et des incidents de paiement est un problème à surveiller. Peut générer des conflits du fait de la tacite reconduction avec des consommateurs qui ne comprennent pas bien. Même problème sur les dates de validité que l’exemple précédent ;
  • agrégation : c’est l’étape ultime et pas la plus facile à mettre en place. iTunes nous a habitué  à cela et a éduqué les clients. mais les 2 bénéfices principaux sont 1. les économies sur les frais financiers 2. économies sur la plateforme de paiement. Cette solution permet aussi d’éviter les rejets des doublons par les banques (achats répétitifs d’un même montant la même journée). Les inconvénients sont que le service doit être de première nécessité ou très désirable. Facturation post-service donc la solvabilité peut évoluer avec le temps et créer des risques. Les dates de validité créeent aussi un problème.

les services paybox sur ces scénarios:

  • collecte des données : Paybox va afficher une page de paiement mobile ou pas
  • interface mobile optimisée
  • webservices pour gérer le cycle de vie
  • offre d’essai gratuite possible avec débit différé de 3 jours par exemple
  • stockage des données et des profils des moyens de paiement des clients
  • Paybox est aux normes PCI-DSS
  • réversibilité : la base de données appartient aux commerçants. contractuel chez Paybox, pas forcément chez tous les fournisseurs
  • reporting : structuration des reporting des paiemnts qui se sont bien passés et ceux qui se sont moins bien passés.
  • réconciliation et surveillance avec suivi des paiements par type et par criticité de la transaction
  • ex: musiques en ligne, vod, annonces (leboncoin = revendu hier plus cher que Priceminister) , telecom, livre numérique, digital, ecoaching, learning, abonnements antivirus, m-commerce …

Questions/réponses

  • Q: quelle valeur ajoutée vs. une banque
  • R: Gérer un abonnement ce n’est pas simple. Il y a en moyenne 10% d’incidents, mais on peut anticiper. Les banques revendent aussi la solution Paybox. En fonction de la volumétrie, les solutions varient.

Illustration des services par Sébastien Begel DG de Relay.com

  • Relay.com (hds digital : filiale du groupe Lagardère) : lancement d’une offre de magazines et de livres numériques
  • cette offre s »’étend aux iPhones et aux tablettes
  • déploiement en marque blanche en commençant par leur marque forte Relay : 3 Suisses, Virgin France, alapage.com, rueducommerce, cultura, maisondelapresse, BernardTapie
  • 450-500 magazines à télécharger et quelques titre étrangers
  • essentiellement des magazines numériques, mais ouverture aux ebooks, logiciels, jeux videos, etc.
  • lancement il y a quelques semaines du lecteur sur iPad : achat des contenus en ligne et synchro possible sur la tablette. La V2 permettra les transactions à l’intérieur de la tablette
  • La tendance : boom en 2008 ‘(> 2.5 millions de téléchargements en 2010).
  • Objectif : consommer la presse autrement
  • 4 modes de consommation :
    • éco forfait illimité : 400 magazines à volonté pour 17.90€ : illimité dans cette limite 😉
    • forfait first (10 crédits pour 9.90€) : innovation, qui permet de télécharger 10 magazines par mois.
    • abonnement au n°, le 1er gratuit, aucun engagement de durée. résiliation possible à tout moment, c’est le mode qui a le vent en poupe
    • promo 4.99€
    • les moyens de paiement proposés sont
      • CB
      • Paypal
      • Paybox direct plus
        • permet de gérer les paiements récurrents en sécurisant les transactions de serveur à serveur. les données serveur ne sont pas stockées chez le commerçant. Expérience utilisateur très facile qui “permet de verrouiller le client à l’intérieur du site, sans l’envoyer sur un site bancaire externe avec une logique de retour qui est parfois traumatisante”
        • proposition économique adaptée au micro-paiement
        • travaillent avec Paybox depuis le début, il y a 4 ans
      • l’achat d’impulsion en 1 clic est primordial, il a été popularisé par iTunes.
sécurisation des paiements en ligne : salon e-commerce 2010 4/4 was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

Une réflexion sur “ sécurisation des paiements en ligne : salon e-commerce 2010 4/4 ”

Votre avis nous intéresse :