Leçons chinoises de Wait Marketing

source : Chine informations

source : Chine-informations.com

Dans les villes chinoises, on prend vite l’habitude de faire la queue, même si les Chinois partagent sans doute avec les Français le record du monde de resquillage dans les files d’attente. Eh oui, il y a du monde, partout, tout le temps.

Les nouveaux cadres de l’Empire du Milieu, fraîchement diplômés de leur école de gestion chinoise ou internationale, ont su transformer ce temps d’attente en un filon. Dans des villes où la publicité est devenue omniprésente, chaque occasion de capter l’attention non sollicitée du consommateur est exploitée.

Parmi les exemples qui me frappent le plus, je citerais volontiers :

- les ascenseurs

Un écran diffuse des spots aux étages où l’on attend patiemment son ascenseur (les immeubles font en général au minimum 15 étages), quand il n’y en a pas à l’intérieur même des cabines.

- les salles d’attente

Dans les salles d’attente des banques, par exemple, on a tout le loisir de voir en boucle des spots pour les automobiles (le marché chinois étant le premier de la planète, les annonceurs se déchaînent).

- les taxis

Un écran incrusté dans le repose-tête du fauteuil en face de vous diffuse des annonces. Tactile, il vous permet de naviguer dans différents menus. Ses fonctionnalités ne vont toutefois pas jusqu’à vous permettre d’éteindre l’écran. Seule possibilité pour échapper aux messages : monter à l’avant, à côté du conducteur (c’est fréquent, en Chine).

- le métro

Vous attendez votre train : des publicités sont dans les stations, comme chez nous ; vous êtes dans le train : des écrans diffusent également des films. Mais le plus fort, c’est l’affichage de messages publicitaires directement sur les parois du tunnel. Je serais curieux de connaître la technologie employée car l’effet est tout à fait saisissant : alors que le train se déplace à vive allure, les messages apparaissent sur les parois, de manière fixe.

Si les consommateurs occidentaux se préoccupent de plus en plus de l’immixtion des marques dans leur vie personnelle, comme en témoigne le baromètre de l’intrusion, en Chine, il devient de plus en plus difficile d’échapper à la pub.

2 avis sur “Leçons chinoises de Wait Marketing

  1. Toutes proportions gardées, j’ai l’impression qu’en France, nous avons eu le même phénomène au milieu des années 80, lors d’une des rares vagues libérales que notre pays ait connu et de l’explosion du PAF avec l’avènement des chaînes privées.

    Aujourd’hui, il reste vrai que, sur Internet, nombre de sites ne survivraient pas sans la pub. C’est le corollaire du « tout gratuit ». Il faut bien que quelqu’un paye (les annonceurs).

    En ce qui concerne la Chine, l’omniprésence de la pub doit être moins forte dans les petites villes d’un million d’habitants :) !

Votre avis nous intéresse :