Société Générale : 1 an après Kerviel, le bilan

affaire Kerviel : 1 an après

affaire Kerviel : 1 an après

Un an après, l’affaire Kerviel et plus largement celle de la société générale, fait encore parler d’elle. Dans cet excellent article de Laurent Magloire, sur son blog Opinion Watch, Laurent fait un retour de l’intervention du directeur de la communication de la société générale dans le cadre de l’observatoire de la communication de crise & sensible de notre ami Didier Heiderich. On le verra, la banque reste fragilisée par cet événement et le directeur de la com de la Société Générale, M. Marquet, insiste largement et à juste titre, sur le manque de prise en compte par la banque de l’univers Internet, dont on sait la particularité, du moins pour ceux qui lisent habituellement nos pages.

 

Ceci étant, ce que je trouve particulièrement intéressant dans l’article de Laurent, c’est qu’il insiste sur le fait que un certain moment intense de la crise, jusqu’à 1000 articles pouvaient être publiés dans les journaux sur ce sujet. Le Net a donc encore une fois encore réagi comme une caisse de résonance, non en opposition de phase avec la presse traditionnelle, mais dans une relation symbiotique où les 2 s’amplifient mutuellement. Il n’est donc pas question de décrire l’Internet comme l’endroit où naîtraient et mourraient toutes les crises, mais plutôt comme une caisse de résonance par rapport à des médias traditionnels qui, bien qu’on nous en annonce sans arrêt la mort (bien entendu, je n’y crois pas), restent le point de référence, du moins aujourd’hui. Je renvoie d’ailleurs à mon article précédent sur ce sujet : buzz et e-reputation, le grand méchant loup n’est pas celui qu’on croit

Voir également ici la chronologie de la crise de la Société Générale décortiquée avec rigueur et brio par Laurent Magloire

Le DirCom de la Société Générale chez Communication Sensible 

Je reviens sur la communication de crise de la Société Générale déjà abordée dans un précédent billet au moment de l’affaire Kerviel car le magazine Communication de Crise & Sensible animé par Didier Heiderich propose une interview intéressante sur le sujet de Denis Marquet, un des membres de la cellule de crise et aujourd’hui DirCom du groupe.

Au cours de cet entretien, M.Marquet aborde les forces et les faiblesses des décisions prises par la cellule de crise :

  • “Les points faibles portent sur une insuffisante prise en considération du média Internet et nous aurions dû couper court aux rumeurs qui s’amplifiaient et qui présentaient Jérôme Kerviel comme une sorte de Robin de Bois avec ses comités de soutien.”
  • “j’ai découvert l’importance de ce que je considère comme le meilleur rempart, à savoir la réaction des salariés.”

>> lire la suite sur le blog de Laurent Magloire : ‘Opinion Watch

0 thoughts on “Société Générale : 1 an après Kerviel, le bilan

  1. Merci pour le coup de projecteur, assorti de vos réflexions sur le sujet. Les rapports entre le web et les autres espaces médiatiques est tout a fait passionnant.

    A la lecture de l’article de Nicolas Vanbremeersch sur la loi Hadopi, il semble que le web ait fonctionné cette fois-ci en contre-temps et en totale opposition par rapport aux positions défendues en tv, radio, presse…

    L’article en question : http://www.slate.fr/story/hadopi-t%C3%A9l%C3%A9chargement-ill%C3%A9gal-versac

  2. Pingback: la start-up du mois : Synthesio décrit les quatre types de marque sur le Web (2/2) « Marketing & Innovation

  3. Pingback: Avéyo - Experts en systèmes d'information : la start-up du mois : Synthesio décrit les quatre types de marque sur le Web (2/2)

Votre avis nous intéresse :