François Laurent : poil à gratter du marketing à Papa

François Laurent, le trublion du Marketing à Papa
François Laurent
le trublion du
Marketing à Papa

 François Laurent, co-président de l’Adetem et ami/partenaire de Visionarymarketing.com depuis plusieurs années, vient de participer à une interview réalisée par 2 étudiantes du groupe ESG sur leur blog, dont j’ai déjà eu l’occasion de dire du bien dans ces colonnes. Elles poursuivent ainsi leur tour du piste du Marketing en mouvement (pour paraphraser notre ami Bernard Cova) et enclenchent le turbo en demandant à François – sa question préférée – si le Marketing est bel et bien « mort ».  Présider l’Adetem avec un blog intitulé Marketing is Dead est un défi, mais c’est aussi la preuve que notre belle discipline est aussi prompte à douter d’elle même, et donc de se remettre en question, ce qui est le point de départ pour se réinventer. 

morceau choisi :

Je pense que le marketing dit traditionnel (au singulierest un marketing qui part de la marque. Certaines marques ont des moyens et le savoir pour aller ausculter le consommateur, détecter ses attentes, façonner des produits, les mettre en rayon et faire des campagnes de pub qui vont bien dans des médias à forte audience… Aujourd’hui, le marketing va dans tous les sens et il s’agit là de la résultante d’une communication entre producteurs et consommateurs. En effet, les initiatives peuvent venir de ces deux côtés d’où le fait qu’on ne puisse plus parler de marketing au singulier. 

Puisque j’ai cité Bernard Cova, on se souviendra avec émotion du Néomarketing, ouvrage que Bernard avait co-écrit avec Olivier Badot, qui décrivait déjà par le menu ce phénomène du « marketing va dans tous les sens », c’est-à-dire dès 1992 (!). Quelle vision.

Votre avis nous intéresse :