Club des blogueurs non influents (one more time!)

Web 2.0Et hop! Encore un article dans les gencives des blogueurs dits influents (mais d’ailleurs comment ça s’écrit en Français cette chose là, 2g, 1g, 1u, pas de u ? 😉 ) avec cet article de notre ami Alain Beauvieux. Le modèle ‘blogueurinfluent ?’. Une application mal à propos d’un vieux modèle basé sur l’audience à un nouveau médium basé sur la confiance.

On nous aurait menti ? …

Le Club des non « bloggeurinfluents »!

Cela ressemble à une plaisanterie de potaches (et nous nous en sommes bien amusés) mais cette question est plus sérieuse qu’elle en a l’air. Lorsque nous avons commencé à nous intéresser à l’analyse d’opinions sur le Web, très vite le « bloggueur influent » et ses soirées V.I.B. sont apparus notamment auprès de certaines agences et instituts qui y attachent beaucoup d’importances. Pourquoi? D’abord, parce que c’est un concept rassurant. S’il est influent c’est qu’il « compte » et donc qu’on va pouvoir mesurer l’impact de ses propos. Finalement c’est un peu comme avec la presse et les bons vieux modèles vont s’appliquer. Rassurant car pas grand chose à changer aux méthodes de travail habituelles et donc aux modèles économiques en cours. 

Club des blogueurs non influents (one more time!) was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

Une réflexion sur “ Club des blogueurs non influents (one more time!) ”

  • 01/04/2009 à 01:21
    Permalink

    I am damn not influent pantoute et très fier de l’être. Du moment que mon intervention a fait réfléchir une personne au moins, je sens que j’aurais fait ma part pour la société.

    Réponse

Votre avis nous intéresse :