Ecocomparateur : marketing de la transparence (suite)

image-2.pngTesté ce matin l’écocomparateur de voyages-sncf.com. Comme on le voit, pour un aller-retour Paris-Maubeuge pour 2 personnes, pas de mystère, et pas de mensonge : la voiture personnelle est moins chère. Et Voyages SNCF le dit alors qu’elle n’a rien à y gagner. En revanche, le côté « éco »…logique plaide largement en faveur du train : les émissions de CO2 sont presque 25 fois inférieures. On appréciera que cette estimation n’émane pas seulement de la cyber-agence mais soient établies en fonction des travaux de l’ADEME. Un gage d’authenticité. Les premières réactions des internautes sont disponibles sur le blog de l’Ecocomparateur. Le premier billet a été rédigé le 9 octobre 2006 par Mathias Emmerich, Directeur général de voyages-sncf.com. Seul regret à l’heure où nous écrivons ces lignes : il n’a pas encore réagi aux commentaires (déjà 49 et ça monte). A suivre…

Ecocomparateur : marketing de la transparence (suite) was last modified: octobre 26th, 2006 by Jérôme Delacroix
Jérôme Delacroix
suivez moi

Jérôme Delacroix

DG et fondateur chez Smartwords
Jérôme Delacroix est contributeur sur le blog de Visionary Marketing. Il dirige Smartwords, agence de marketing par le contenu.
Jérôme Delacroix
suivez moi

6 réflexions sur “ Ecocomparateur : marketing de la transparence (suite) ”

  • Ping : marketingrama.info

  • 30/10/2006 à 13:15
    Permalink

    Quoi, il n’y a pas encore de vol régulier Paris/Maubeuge.
    C’est vraiment paumé cette région 😛
    Pas mal la notion de nuisance écologique pour donner tout de même un avantage au train, même lorsqu’ils sont perdants au niveau du prix

    Réponse
  • 01/11/2006 à 14:06
    Permalink

    Permetez moi de réagir mon bon monsieur…

    Mais le coté ECOLOGIQUE doit primer aujourd’hui sur la notion de soit disant liberté et de propriété d’un moyen de locomotion.

    Ne pouvons pas imaginer un futur où nous utilisons le moins possible la voiture… y en a-t-il vraiment besoin pour aller acheter du pain dans son vilage ???
    Nous ne perdons pas de temps à y aller à pied et à rencontrer ses voisins, à bouger son corps et à prendre son TEMPS.

    Sinon pour une fois que la SNCF a une TRES bonne idée… ils ne leur restent plus qu’à diminuer leur tarif et ça sera parfait.

    Sinon au niveau de l’indicateur de l’ADEME, ça m’interreserait de trouver un autre pourcentage de polution : celui qu’entraîne l’utilisation du train par exemple pour 100Km (construction rail, voitures, locomotives et apport et consomation en énergie) par rapport aux autres moyens de locomotion.

    Réponse
  • 02/11/2006 à 08:46
    Permalink

    Nous sommes d’accord pour dire que l’idée de la SNCF est bonne. Elle est en outre très courageuse, c’est là tout le sens de l’article de Jérôme. Quant à votre dernière remarque sur les coûts induits elle est également judicieuse. Encore faudrait-il y ajouter un coût écologique, tel que celui qui fait traverser des régions encore vertes en y apportant du bruit et en y rognant l’espace, sans pour autant y apporter de la vie car le TGV ne s’arrête pas où il n’y a rien, à l’inverse des trains qui passaient dans les régions et qui ont été souvent supprimés. Le monde ne peut être parfait hélas …

    Réponse
  • 02/11/2006 à 14:45
    Permalink

    C’est intéressant de voir la mutation de la SNCF : lancement de Voyages-Sncf.com, de l’éco-comparateur sur ce site, de la possibilité de faire des rencontres dans le TGV ou même dans les trains de banlieue.

    L’eco-comparateur est en effet une initiative courageuse. Il joue sur les 2 sens du mot « éco » : économique et écologique.

    Sur les coûts induits et notamment la pollution sonore, je suis d’accord, encore que le monde n’étant pas parfait, l’indicateur idéal n’existe pas. Attention à ne pas complexifier trop une initiative déjà innovante.

    Quant aux vols réguliers Paris-Maubeuge, je crois qu’une compagnie low-cost est sur le coup mais ça reste confidentiel.

    Réponse
  • 15/02/2009 à 06:27
    Permalink

    Bonjour,

    le gros problème de ces éco-comparateurs, c’est que la plupart des informations données à l’ADEME par la SNCF sont très approximatives, vieilles (un partie date de 1999) et de toute façon d’avant 2005 pour la consommation électrique date à laquelle la consommation électrique a été très largement satisfaite non par des achats d’électricité d’origine nucléaire (écolo, écolo cela se discute aussi…) mais d’origine thermique (charbon) et là tout est FAUX !! L’éco-comparateur est bien du marketing mais pas de la transparence…

    Réponse

Votre avis nous intéresse :