28% des lecteurs du JDN ne reconnaissent pas un site Web 2.0

Their Confusion - Anne Karin Glass Visual ArtsL’illustration ci-jointe est l’oeuvre d’Anne Karin Glass, et est intitulée « Their Confusion »

Dans un dossier récent le journal du Net dresse ce triste constat: près de 30% de leurs lecteurs ne sont pas capables de reconnaître un site Web 2.0. Et pour cause, il s’agit en effet d’un concept fourre-tout qui regroupe des réalités extrêmement disparates. Et Raphaëlle Karayan, auteure de cet article de nous fournir un décryptage en 5 points sur ce qui fait ou non un site Web 2.0. On y verra des choses aussi hétéroclites que le communautarisme, l’arrondi des logos, les noms bizarres en « o » ou en « r » (Flickr, Talkr, …) et … le moteur en Ajax. Pas étonnant qu’on s’y perde. Les lecteurs du JDN étant souvent des professionnels de ces domaines, ou du moins bien informés, on imagine la réponse à la même question posée dans le grand public. Au delà du simple (épi)phénomène Web 2.0 on peut se demander si ce qui est en cause, ce n’est pas cette surmédiatisation conceptuelle du monde des technologies qui relance indéfiniment le débat autour de vraies fausses questions afin de créer un mouvement perpétuel et relancer la machine à chaque fois qu’elle s’essouffle. Euro, An 2000, folie du CRM, folie de la bulle, fièvre du J2EE, champignonnage du middleware, etc. sont autant de modes lancées au fur et à mesure de marchés qui s’essoufflent. Au risque de perdre de vue la réelle finalité du concept en question et de jeter avec excès les bons côtés après en avoir indûment ignoré les mauvais. Car que le Web 2.0 soit un bon ou mauvais concept importe peu, à côté des bonnes idées qui peuvent en sortir et des concepts marketing basés sur la collaboration avec le client. On se moque donc de savoir s’il s’agit d’une « panacée » marketing (Badot, Coca & Bucci 2006), mais on se préoccupera plutôt de remettre le client au centre du marketing.

A se demander si finalement, la meilleure façon de décrire des web 2.0 serait de ne pas les décrire, et de partir du principe qu’il s’agit de sites marketing collaboratifs . Après tout, ce n’est déjà pas si mal.

L’article du JDN ici : http://www.journaldunet.com/0609/060901-qrweb2.shtml

28% des lecteurs du JDN ne reconnaissent pas un site Web 2.0 was last modified: septembre 11th, 2006 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

Une réflexion sur “ 28% des lecteurs du JDN ne reconnaissent pas un site Web 2.0 ”

  • Ping : marketingrama.info

  • 11/09/2006 à 12:54
    Permalink

    Merci pour le lien Sébastien. Et bien oui, le Web a toujours été le moyen de lier des personnes entre elles. Ceci étant, je pencherais pour une analyse qui reconnaît l’accélaration notable de ces échanges, et peut-être que c’est cela aussi le Web 2.0 …
    Dans notre domaine, le site http://Marketingrama.info en France et http://Marktd.com (en anglais) ou http://Mybloglog.com en sont des exemples concrets. Ce qui m’a mis des années à construire de façon artisanale se fait en quelques clicks. C’est une vitesse de libération de plus pour le Web sans doute. avec le risque d’y passer trop de temps d’ailleurs et de tomber dans une dictature de l’immédiateté et de la relation. Mais pour animer la communauté, quelle chance !

    Réponse
  • 11/09/2006 à 13:07
    Permalink

    Oui c’est pourquoi je considère que la révolution est plus dans les usages que dans la technique ou le concept. Tu parles d’acceleration : une voiture qui va plus vite reste une voiture, elle ne devient pas voiture 2.0 😉

    Une révolution pour moi est plutôt l’usage de RSS dans la veille et la collecte d’information : on est passé du statut de chasseurs (d’info) au statut de cueilleurs (l’information nous est livrée, on ne la cherche plus, ou moins).

    Réponse
  • 11/09/2006 à 13:35
    Permalink

    Certes. Nous sommes d’accord sur le fond. Et aussi sur les RSS qui sont d’ailleurs eux aussi la réalisation d’un vieux rêve de l’Internet des premiers jours (pousser l’information vs la tirer). OK pour l’analogie de la voiture. Une voiture qui va trop vite peut aussi donner le mal de mer 😉

    Réponse
  • 15/09/2006 à 09:00
    Permalink

    Le web 2.0 aka « le web dont je suis le héros » revient sur un des fondamentaux du web : c’est LE média des centres d’intérêts partagés.

    Réponse
  • 15/09/2006 à 11:49
    Permalink

    En effet Sylvain, comme je le disais dans cet autre article http://visionary.wordpress.com/2006/09/11/etudiants-en-marketing-de-tous-les-pays-unissez-vous/
    « Décidément, 2005-2006 signe le renouveau des initiatives de l’Internet collaboratif (alias Web 2.0) et remet les bons vieux concepts de partage et d’entraide à l’ordre du jour. (pour ceux qui auraient oublié, je les renvoie au résumé de Jérôme Delacroix [cooperatique] sur Bénéfices sur le Net ou Netgain de Hagel & Armstrong sur le site Miconos. »

    Réponse

Votre avis nous intéresse :