Professionnels de l’IT : votre avis sur les enjeux de mise en oeuvre du cloud privé

Visionary Marketing organise, depuis 2014, pour le compte de son client Orange Business Services les Webinaire sur les sujets du Computing de l’IT. Pour cette rentrée 2017, et à compter du 10 octobre, nous changerons légèrement le format avec un nouveau dispositif plus attractif et interactif, qui permettra aux participants de poser des questions directement à nos experts du cloud computing. Nous avons appelé ce nouveau dispositif « les mardis des experts du cloud ».

 

Cloud privé : des opportunités et des limites

Bien que l’investissement soit parfois trop important pour les entreprises, elles ont pris conscience de l’opportunité d’investir dans les nouvelles technologies numériques et les infrastructures informatiques. En effet, pour 57% des décideurs en entreprise le cloud permet d’aller plus vite dans le développement de nouveaux services, selon l’étude Markess “A chacun son cloud” réalisée en 2017.

Face à ce succès, Orange Business Services a mis en exergue 12 éléments cruciaux de cette mise en œuvre du cloud dans les entreprises. Chacun de ces éléments, correspond à des enjeux, mais aussi à des solutions, auquel 3 de leurs experts tenteront d’apporter des réponses.

Lire la suite

Le point sur l’influence marketing B2B agrémenté de quelques tendances

Influence marketing B2B et tendances de cette fin d’année

L’influence marketing B2B est un sujet dans l’air du temps. Enfin, je l’espère car elle le mérite. C’est l’interview de la rentrée des classes 2017, rentrée qui d’ailleurs, pour mon Master spécialisé de Stratégie Digitale sur le campus parisien de Grenoble Ecole de Management commencera dans à peine deux jours avec une session de trois jours à l’occasion de laquelle je réserve quelques surprises à mes élèves : Master class avec une superbe brochette de CDO et de directeurs digitaux, intervention depuis Sydney de notre amie Joanne Jacobs, speed dating pour choisir ses propres équipes et de longues journées passées à analyser les cas annuels des 10 grandes marques qui nous ont confié leurs sujets cette année.

influence marketing B2BAvant d’en arriver là, voici un petit détour par le blog de SMARP, dont les animateurs ont eu la gentillesse de me demander d’intervenir sur le sujet de  l’influence marketing B2B. On m’a fait remarquer sur LinkedIn que ce sujet est peu traité, ce qui ne m’étonne qu’à moitié vu que la plupart des marketeurs regardent le B2B sinon avec mépris du moins avec ignorance : il s’agirait d’une matière obscure et impénétrable, et certainement minoritaire. Alors qu’en fait il n’en est rien, puisque le B2B représente environ les deux tiers de l’économie et qu’il s’agit en outre de sujets passionnants pour lesquels, les experts du terrain ne manquent pas dans les entreprises elles-mêmes. Souvent ils n’ont besoin que de “traducteurs”, ou de “passeurs” qui leur permettent de s’exprimer et de devenir eux-mêmes influents.

Avant de devenir soi-même influent cependant et surtout de chercher à influencer les autres (la nuance n’est pas minime) on peut essayer de travailler ou de faire travailler les fameux experts cités plus hauts avec les micro influenceurs donc parlait Mark Schaefer dans une interview que j’ai réalisée juste avant l’été. L’influence marketing B2B passe en effet par soi, mais avant tout par l’écosystème, une constante dans le business to business. Lire la suite

Outils de communication : qu’en pensez-vous ? [sondage]

Le digital a recentré la communication autour d’un mot d’ordre : la collaboration. En théorie, mettre en place une stratégie collaborative faciliterait les échanges, la polyvalence et la créativité des collaborateurs. Les entreprises semblent l’avoir compris : en 2016, plus de 50% des entreprises considèrent les systèmes d’information et communication dans l’intranet comme annexes, car elles préfèrent se concentrer sur le déploiement et l’utilisation des outils collaboratifs et sociaux. Désormais, nous sommes constamment en contact avec des outils de communication : nous écrivons et recevons des mails, nous communiquons par tchat ou par webconférence, nous utilisons le traitement de texte ou le tableur en ligne, ou encore nous partageons notre emploi du temps avec nos différents collaborateurs. Les outils de communication sont au coeur de notre activité professionnelle. Et vous, en tant que collaborateurs, comment utilisez-vous ces outils de communication ? Que pensez-vous de leur utilité ? Pour mesurer votre avis sur le sujet, notre client Alcatel Lucent Enterprise a créé une étude nommée “Perception des outils de communication“.

 

Comment participer à ce sondage ?

Etes-vous amené à utiliser des outils de communication (mails, tchat, webconférence, etc.) ? Si oui, nous vous invitons donc à consacrer 5 minutes de votre temps pour répondre aux 9 questions de cette enquête ci-dessous. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques sur les outils de communication. Vos réponses à ces questions seront anonymes.

Gestion du savoir : pilier des nouvelles pratiques collaboratives

Allier les technologies numériques aux organisations est désormais indispensable pour les entreprises. Intégrer le digital dans les entreprises à l’échelle mondiale permettrait de générer jusqu’à 9000 milliards de dollars de revenus additionnels ou d’économies de coûts en 2030. Cette ère du digital a amplifié le phénomène des pratiques collaboratives. Un véritable basculement s’est naturellement produit au moment du déploiement des technologies du web 2.0 caractérisé par l’échange et le partage de contenus ainsi que l’interactivité. Mettre en place une stratégie collaborative a pour principal objectif d’améliorer jusqu’à 61% l’efficience de l’organisation. Pour mener efficacement cette stratégie, il est important d’avoir une démarche managériale basée sur la gestion du savoir également appelé le knowledge management (gestion des connaissances). Mais sont que les pratiques de gestion du savoir ? Pour répondre à cette question, j’ai interviewé Jean-Pierre Bouchez, créateur de PlaNet S@avoir et chercheur associé au laboratoire de recherche en management à l’université de Versailles-Saint-Quentin. Il est l’auteur de « L’entreprise à l’ère du digital – Les nouvelles pratiques collaboratives » publié aux éditions De Boeck.

Combiner un académique et opérationnel pour structurer une approche managériale

Le monde d’aujourd’hui est VICA ! Cet acronyme inventé par l’armée américaine caractérise un contexte Volatile, Incertain, Complexe et Ambigu. Ces paramètres peuvent être mal appréhendés par les managers. C’est pourquoi la posture “hybride” de praticien-chercheur parait à Jean-Pierre tout à fait pertinente. Car “schématiquement, compte tenu des exigences des actionnaires et des donneurs d’ordre, les consultants et les dirigeants d’entreprise ainsi que leurs collaborateurs opérationnels sont le plus souvent contraint de s’inscrire dans une logique à court terme, quite à ne pas suffisamment approfondir et étayer leurs décisions.” A l’inverse, les chercheurs sont soumis à une autre exigence. Sur la base de recherche et de travaux de long terme, ils publient des revues académiques. Mais, elles sont en principe peu compréhensibles par les opérationnels. Jean-Pierre a donc “la conviction, par expérience, qu’il existe une voie médiane prometteuse combinant ces deux approches.” Parmi les nombreux enjeux managériaux (responsabilité des équipes, innovation collaborative, etc.), Jean-Pierre retient que l’approche praticiens-chercheurs ou de “praticiens réflexifs” de Donald Schön est la plus prometteuse.

pratiques collaboratives Lire la suite

Le télétravail et ses options quand on est coupé du monde

Le télétravail est une de mes vieilles marottes. Cet été j’ai même poussé l’expérience à l’extrême et je ne l’ai pas regretté : avec les 15 jours de travail au vert que je me suis accordé, cela m’a permis de bien me reposer, sans pour autant prendre de retard dans mon travail. Souvent j’entends des entrepreneurs faire les malins en faisant croire qu’il ne faut pas prendre de vacances, mais c’est une grosse bêtise. Il faut se mettre au vert et couper l’Internet pendant au moins 1 semaine et si possible 2. C’est ce qui permet de recharger les batteries et de préserver son allant et sa productivité. Cela évite aussi de devenir polarisé sur son activité, une erreur néfaste pour la performance. Les 2 premières semaines d’août se prêtent particulièrement à ce type d’exercice car il n’y a vraiment pas grand monde au travail à cette époque-là. Et on peut ainsi profiter à plein de la nature.

Télétravail
Le site sublime des mines de Bentaillou dans la vallée du Biros, près de Sentein (et à vol d’oiseau, pas très loin de chez nous pour peu qu’on saute par dessus les montagnes qui culminent à 2 400 m à cet endroit là)

Le télétravail, coupé du monde

Mais voilà, une fois que l’on a décidé de se couper du monde, le problème est justement qu’on est … coupé du monde. Et il y a dans ce pays, un endroit que j’adore particulièrement, dans l’extrême Sud Ouest de la France, à 800 km de Paris, en plein milieu des Pyrénées, un lieu magique et vraiment reculé : il s’agit de l’Ariège (que les Français, assez mauvais en géographie, confondent quasi systématiquement avec l’Ardèche), et même plus particulièrement du Couserans, un état dans l’état, au beau milieu des montagnes. Lire la suite